Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Greenwashing : l'Union européenne vent debout contre les compagnies aériennes

Alertée par la plainte d'une quarantaine d'associations de consommateurs, la Commission européenne s'est penchée sur le marketing « vert » des compagnies aériennes. Suspectées d'écoblanchiment, ces dernières vont devoir s'expliquer.

Transport  |    |  N. Gorbatko
Greenwashing : l'Union européenne vent debout contre les compagnies aériennes

Le vent est-il en train de tourner pour les compagnies aériennes européennes ? Soupçonnées de pratiques commerciales et publicitaires trompeuses, vingt entreprises du secteur – dont Air France, KLM et Ryanair – viennent en effet de recevoir une lettre de la Commission européenne les priant d'étayer leurs arguments écologiques par des preuves scientifiques solides, sous trente jours. Alertée en juin 2023 par le Bureau européen des consommateurs (Beuc) qui fédère une quarantaine d'associations issues de trente-et-un pays, la Commission a en effet listé toute une série de démarches pouvant relever du greenwashing de la part de ces entreprises : accoler les adjectifs « vert », « durable » et « responsable » sans préciser clairement ce qu'ils recouvrent, par exemple, ou utiliser le terme « carburants d'aviation durables » (CAD) sans justifier la réduction de l'impact environnemental réel de ces produits.

Mais aussi laisser croire aux passagers qu'ils peuvent contrebalancer leurs émissions de CO2 via du soutien à l'utilisation de carburants alternatifs ou des projets climatiques, moyennant une redevance. En raison du haut niveau de pollution du trafic aérien – à l'origine par exemple de 164,85 millions de tonnes de CO2 pour 6,1 millions de vols au départ de l'Europe en 2023 –, les allégations liées à la compensation ou à la neutralisation d'un trajet ne peuvent de toute façon qu'être qu'inexactes selon le Beuc. « Il est inacceptable que les compagnies aériennes aient librement incité les consommateurs à compenser les émissions de leurs vols, parfois à un prix élevé, insiste Monique Goyens, directrice générale de la fédération. On ne peut jamais être sûr que les arbres plantés pour compenser les émissions élevées d'un vol capteront le carbone dans le sol – s'ils sont plantés. »

“ Le greenwashing n'est plus acceptable et le fait que l'aviation soit l'un des secteurs les plus polluants le rend encore plus intolérable ” Monique Goyens, Transport & Environment
Autres tactiques marketing contestées : présenter aux consommateurs des « calculatrices » d'émissions de CO2 et autres comparateurs de vols ou affirmer que la compagnie évolue vers le « zéro émission nette », voire vers toute autre performance environnementale, sans y adjoindre, là encore, des éléments de vérification, des objectifs et des systèmes de suivi, indépendants, clairs et vérifiables.

Des explications attendues

Selon la directive européenne de 2005revue en mars dernier, « une pratique commerciale est réputée trompeuse si elle contient des informations fausses et qu'elle est donc mensongère ou que, d'une manière quelconque, y compris par sa présentation générale, elle induit ou est susceptible d'induire en erreur le consommateur moyen. » Les autorités européennes ont jugé que c'était le cas de toutes ces démarches. D'ici­­­ un mois, ces compagnies devront donc expliquer à la Commission les mesures qu'elles envisagent de prendre pour remédier à ces insuffisances ou à ces dérives.

6,1 millions

C'est le nombre de vols aériens au départ de l'Europe en 2023.
« Si nous voulons que les consommateurs se comportent de manière responsable, nous devons leur fournir des informations exactes, plaide Věra Jourová, vice-présidente de la Commission européenne chargée des valeurs et de la transparence. De plus en plus de voyageurs se soucient de leur empreinte environnementale et choisissent des produits et des services présentant de meilleures performances environnementales. Ils méritent des réponses précises et scientifiques, pas des allégations vagues ou mensongères. »

Les éclaircissements des entreprises feront l'objet d'échanges avec les autorités européennes. Une « excellente nouvelle » pour Monique Goyens. « Le greenwashing n'est plus acceptable et le fait que l'aviation soit l'un des secteurs les plus polluants le rend encore plus intolérable.» Selon la fédération d'ONG Transport & Environment, 78 % des émissions de CO2 de l'aviation n'auraient en outre pas été tarifées en 2023, en raison notamment des règles limitant les taxes carbone aux vols intra-européens. La Commission surveillera la mise en œuvre des modifications convenues avec les compagnies aériennes concernées. L'absence de mesures adéquates de leur part les exposeraient à de nouvelles mesures d'exécution ou à des sanctions.

Réactions4 réactions à cet article

Le mensonge quelque soit le contexte ou le thème va à l'encontre de la "bonne" structuration de notre société et de la "bonne" qualité des relations humaines. On le constate notoirement par le discrédit du monde politique dés que les supercheries sont découvertes.
Certains vous dirons, comme les platistes ou les négationnistes de tous poils qu'il faut donner la parole à tous au nom de la démocratie, mais quand les propos vont à l'encontre de l'intérêt général, il est nécessaire de se poser la question des moyens pour se protéger. Ce forum est déjà une bonne réponse pour ouvrir l'esprit au bon sens.
merci à votre média

paco55 | 03 mai 2024 à 13h04 Signaler un contenu inapproprié

A partir du moment où on oppose intérêt général et intêrêt économique, je crois que tout est dit. Mettez vous à la place d'un patron aussi.
Maintenant, quand je lis "si nous voulons que les consommateurs se comportent de façon responsable....." ...... il serait aussi pertinent que les dites assos de consommateur attaquent frontalement les pratiques et le conscience de ces mêmes consommateurs, non?
Au consommateur d'assumer aussi.
A ma connaissance, il n'est écrit nulle part qu'on voyage en avion (ou autrement) uniquement parce qu'une compagnie de transport nous met un pistolet sur la tempe pour utiliser sa compagnie.

nimb | 06 mai 2024 à 08h16 Signaler un contenu inapproprié

J'espère très sincèrement qu'au delà du simple coup de menton médiatique, la Commission européenne ira au bout du processus de démantèlement de ce greenwashing des compagnies aériennes. Mais j'ai tout de même un sérieux doute, la CE n'ayant jusqu'à présent guère brillé par sa volonté farouche de perturber des intérêts catégoriels et industriels au motif de la protection de l'environnement et/ou du climat...
Une mesure efficace ne serait-elle pas d'assujettir pleinement ces compagnies à la TGAP ? De même, il faut mettre un terme aux subventions déguisées, comme le petit jeu bien nocif pour le climat auquel les collectivités territoriales adorent jouer pour maintenir et développer coûte que coûte leurs aérodromes et financer les compagnies aériennes (notamment low cost).

Pégase | 13 mai 2024 à 17h12 Signaler un contenu inapproprié

Mais alors comment vont-ils aller à toutes ces COP pour sauver la planète, tous nos écolos prêcheurs-moralisateurs malthusiens de la nouvelle religion ?

Albatros | 21 mai 2024 à 16h26 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires