En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Affichage publicitaire : le projet de décret révolte les associations

Le décret sur l'affichage publicitaire mis en consultation par le ministère de l'écologie a provoqué de vives réactions du côté des associations impliquées dans ce dossier. S'il est adopté en l'état, le texte pourrait entrer en vigueur en septembre.

Aménagement  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Affichage publicitaire : le projet de décret révolte les associations
   

Suite au vote de la loi Grenelle 2, le projet de décret d'application concernant l'affichage publicitaire a été rendu publique cette semaine par le ministère de l'écologie. Le texte, mis en consultation jusqu'au 11 mars prochain, prévoit de limiter la publicité extérieure avec la mise en place de nouvelles règles concernant les différents supports de publicité.

Globalement le texte propose un encadrement national notamment en matière d'autorisation préalable. Les procédures seraient harmonisées avec celles du code de l'urbanisme et les demandes devront être adressées à la Mairie. Les nouveaux supports de publicité autorisés par la loi Grenelle 2 comme les bâches masquant les travaux seront encadrés. Les surfaces publicitaires de ces bâches ne devront pas excéder 12 m² maximum et les autorisations délivrées seront désormais limitées dans le temps.

Pour les publicités lumineuses, le seuil de taille d'agglomération est relevé à 10.000 habitants pour leur autorisation. Pour limiter la pollution lumineuse, elles devront être éteintes entre minuit et 6h du matin sauf pour le mobilier urbain. Les enseignes lumineuses des commerces devront également être éteintes le jour et à partir de minuit. Enfin les écrans digitaux ou numériques voient leur surface limitée à 2,5 m².

"La fin des couloirs publicitaires dans les entrées de ville est en passe de devenir une réalité. (…) Cette réglementation va enfin stopper la lente dégradation de nos paysages urbains et péri-urbains et améliorer notre cadre de vie et l'image même de nos villes" a déclaré la ministre de l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet à l'occasion de la présentation du projet de texte. Une analyse loin d'être partagée par les principales associations de lutte contre l'envahissement publicitaire.

L'unité urbaine en question

 
Bientôt un nouveau règlement local de publicité à Paris Après plusieurs années de concertation, le groupe de travail chargé de la révision du règlement local de publicité de la ville de Paris a présenté son nouveau projet. Cette révision se traduira par une diminution du nombre de dispositifs et devrait réduire d'environ 30% la densité publicitaire sur le territoire parisien selon les pronostics de la ville.
Ce nouveau règlement prévoit la réduction des formats des affiches publicitaires avec la suppression des supports de « 4x3 », un périmètre d'interdiction de la publicité de 50 mètres autour des entrées principales des établissements scolaires, une limitation de la publicité lumineuse et de la publicité sur les véhicules et l'interdiction de tout dispositif intrusif et de tout dispositif de comptage d'audience.
Ce nouveau texte qui devra encore recueillir l'avis favorable de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites et du Conseil de Paris sera arrêté par le maire de Paris d'ici juillet 2011.
 
"Ce décret se contente d'encadrer partiellement les nouvelles dérogations offertes aux afficheurs par la loi Grenelle II. Rien ne change donc, ou presque, pour tous les dispositifs qui existent actuellement. Le gouvernement fait clairement le choix de ménager les professionnels qui hurlent à la mort de la profession dès qu'il est question de toucher aux formats des panneaux", commente le collectif des Déboulonneurs. Ce dernier remarque surtout que les véhicules publicitaires ne sont pas interdits, qu'aucune limitation de surface n'est prévue pour les bâches publicitaires permanentes et que les dispositifs de 50 m² restent possibles en plein champs autour des aéroports et des gares en rase campagne.

L'association Paysage de France note avec exaspération que les dispositifs de 4 mètres sur trois (4x3) pourront continuer à être installés dans toutes les communes de plus de 10.000 habitants et même dans des agglomérations de quelques centaines d'habitants du moment qu'elles font parties d'une unité urbaine de 100.000 habitants. Pour l'association, l'introduction de cette notion d'unité urbaine est un "monstrueux tour de passe-passe" : "une telle mesure revient à ne pas tenir compte des évolutions prochaines qui vont aboutir, du fait de l'urbanisation galopante, à la création d'unités urbaines de plus de 100.000 habitants toujours plus nombreuses et plus étendues", explique-t-elle.

L'association regrette également que le décret ne prévoie toujours pas d'encadrer les dérogations à l'interdiction de la publicité dans les parcs naturels régionaux (PNR), la périphérie des parcs nationaux, les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) et les aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AMVAP).

L'association en appelle par conséquent à la ministre de l'écologie pour qu'elle "sauve, alors qu'il en est encore temps, le processus qu'elle a engagé
".

Réactions4 réactions à cet article

 

LE TROP DE PUB TUE LA PUB...CETTE NOUVELLE INDUSTRIE DES TEMPS MODERNES RISQUE DE TAPISSER LA PLANETE...ON RECONNAIT BIEN LA, LA BETISE HUMAINE...A QUI PLUS A QUI PLUS HAUT POUR DESCENDRE BIEN BAS...LES CLES DE NOS ECONOMIES FOLLES...CREER LE BESOIN QUE L ON N AVAIT PAS,FAIRE DE L ARGENT DE TOUT BOIS,ASPHYXIER COMPLETEMENT LA PLANETE JUSQU A EXTINCTION...VOILA LES VERITABLES PROJETS DE L HOMOS ECONOMICUS N AYANT JAMAIS ATTEIND CES STADES DE FOLLIES ET DE PERVERSION..POUR UN TEL PROJET MONSTRUEUX PAS BESOIN D ETRE 7 MILLIARDS...ARRETEZ DE VOUS REPRODUIRE LA PLANETE NE SUPPORTERA PAS ??? MAIS L IMBECILITE LES A RENDU AVEUGLES ET SOURDS...ILS VONT POURTANT A L ECOLE MAIS NE COMPRENNENT PLUS RIEN...

Bertrand | 01 mars 2011 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin ! un essai de limitation de cette pub qui nous detruit la vie, et enfi de compte c"est toujours l'utilisateur qui la paye.

fleurent | 02 mars 2011 à 16h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aucune des associations de défense des sites et des paysages n'avait été invitée au "Grenelle",on voit aujourd'hui une des raisons de cet ostracisme.

sirius | 03 mars 2011 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Plutôt d'accord pour limiter la propagation anarchique de la pub. Mais les commentaires postés ici correspondent à un point de vue de "consommateur"

Je viens de lancer mon activité dans le secteur de l'environnement. Je démarre, ne suis pas connu et dois pouvoir être visible à travers cette écrasante visibilité des groupes et multi-nationales. Je souhaite nécessairement communiquer sur mes services afin de trouver des clients puisque personne sait ce que je fais et que j'existe.
Sensibilisé à la problématique environnementale, je cherche des canaux de promotions respectueux pour me faire connaître. Comment faire pour sortir des sentiers battus ? Halte à la publicité qui pousse à la consommation de produits futils et superflus, mais moi je fais comment pour faire connaître mes services ?

entrepreneur | 03 mars 2011 à 16h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager