En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'agrivoltaïsme fait ses preuves pendant les canicules

La société Sun'Agri a équipé des parcelles de démonstration de panneaux photovoltaïques dynamiques. Pendant l'été 2019, l'ombrage a permis de protéger vignes et pommiers du stress hydrique et des fortes chaleurs.

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
L'agrivoltaïsme fait ses preuves pendant les canicules

Comment éviter la concurrence d'usage des sols entre centrales photovoltaïques et agriculture ? En implantant les panneaux solaires au milieu des cultures. C'est le pari que fait l'agrivoltaïsme, et notamment Sun'Agri.

La société a lancé, en 2009, des travaux sur l'agrivoltaïsme et, dans la foulée, sur l'agrivoltaïsme dynamique, qui permet de piloter les panneaux installés quatre mètres au-dessus des cultures. Un algorithme a été conçu pour répondre aux besoins de chaque culture, en fonction, notamment, de l'ensoleillement et de l'ombrage. L'ambition est de conserver les rendements des cultures, voire de les améliorer, en leur apportant des « co-bénéfices comme la protection aux aléas météorologiques ou encore la diminution des consommations d'eau », indique la société. La production d'électricité fait également partie des co-bénéfices.

Lauréat en 2017 d'un appel à projets de l'Ademe, Sun'Agri s'est entouré de l'Inrae, d'Itk (éditeur d'outils d'aides à la décision pour les agriculteurs) et du fabricant de modules Photowatt, pour lancer des démonstrateurs : une quinzaine de projets à taille réelle, de quelques hectares, situés chez des agriculteurs, et accompagnés d'une zone témoin. Toutes ces parcelles, situées sur le bassin méditerranéen, font l'objet d'un suivi agronomique.

En 2019, Sun'Agri a installé des capteurs sur certaines de ces parcelles pour obtenir des données chiffrées sur un an. Il s'agissait de mesurer le micro-climat (température de l'air, humidité, vent, rayonnement) à différentes hauteurs de la plante, le rayonnement actif pour la photosynthèse ainsi que le comportement de la plante (humidité, données dendrométriques).

Des dispositifs bienvenus pendant les canicules

 
L'ambition est de conserver les rendements des cultures, voire de les améliorer, en leur apportant des co-bénéfices comme la protection aux aléas météorologiques ou encore la diminution des consommations d'eau.  
Sun'Agri
 
À Piolenc (Hérault), les vignes équipées donnent des résultats prometteurs malgré les conditions météorologiques. « Entre les gels printaniers et la canicule de l'été, l'année 2019 aura été particulièrement dévastatrice pour les vignobles français », souligne Sun'Agri. Dans les vignes équipées de dispositifs agrivoltaïques, les besoins en eau sur l'année ont été réduits de 12 à 34 % par rapport à la zone témoin. La protection des panneaux pendant les différentes canicules a également permis d'éviter les phénomènes d'arrêt de croissance, en maintenant un brin de fraîcheur.

Les panneaux auraient également permis d'améliorer qualitativement la production et le profil aromatique du vin, qui affiche « + 13 % d'anthocyanes (pigments rouges) et entre 9 et 14 % d'acidité en plus ».

À Pugères (Bouches-du-Rhône), des vergers de pommiers ont été suivis. « Entre les menaces sur les IGP [indications géographiques protégées], les floraisons plus précoces, l'apparition de nouvelles maladies ou encore les risques de brûlures solaires, le changement climatique modifie considérablement les habitudes du secteur arboricole », estime Sun'Agri. Comme pour les vignes, les panneaux ont permis, pendant la canicule, de limiter le stress hydrique des arbres (- 63 % par rapport à la zone témoin). À l'ombre des panneaux, les températures étaient inférieures de 2 à 4°C.

La phase de démonstration doit se poursuivre jusqu'en 2022. Elle doit permettre de valider la technologie et d'identifier un modèle économique pertinent.

Réactions4 réactions à cet article

 

C'est très futé et pragmatique. Et la présence de poteaux porteurs présente probablement également l'avantage de gêner les passages d'engins agricoles de traitement des vignes et des vergers, ce qui devrait faire coup double au plan environnemental. Cela ne constitue néanmoins qu'une piètre satisfaction au regard des impacts du réchauffement climatique sur la biosphère.

Pégase | 27 février 2020 à 22h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ca a l'air chouette comme idée pour joindre l'utile à l'agréable.

Félicitations aux chercheurs

Sagecol | 28 février 2020 à 08h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'agroforesterie est aussi efficace en milieu agricole pour l'ombrage et la préservation de conditions pédoclimatiques favorables.
De plus c'est meilleur pour le fonctionnement des écosystèmes
Les panneaux vont créer des problèmes avec le machinisme agricole (hauteur, rotation..)
Réservons le photovoltaique à l'équipement des batiments et ainsi ne pas augmenter l'artificiallisation des milieux

lameraboire | 01 mars 2020 à 16h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ lameraboire : vous avez parfaitement raison ! Je me suis pour ma part laissé quelque peu emballer par une technologie tout récente alors que la nature en a créé une utilisant aussi l'énergie lumineuse du Soleil depuis quelques 2 à 3 milliards d'années (la photosynthèse).

Pégase | 02 mars 2020 à 20h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager