En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Air intérieur : l'encens plus émissif que la bougie, selon l'Ineris

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les encens les plus polluants, qui émettent plus de 2 microgrammes par mètre cube de benzène, seront interdits. Cette mesure figure dans le plan d'action sur la qualité de l'air intérieur présenté le 23 octobre par les ministères de la Santé, de l'Ecologie et du Logement. Les bougies les plus émissives pourraient également être interdites.

Mais les encens seraient "beaucoup plus émissifs que les bougies et leur utilisation semble présenter des risques même dans le cas d'un usage mensuel", prévient l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) dans un rapport publié le 23 octobre relatif à l'étiquetage des produits de consommation. Le troisième plan national santé environnement (PNSE 3), qui sera adopté à l'été 2014, prévoit l'étiquetage obligatoire des produits désodorisants quant à leurs émissions en polluants volatils.

De part leur usage en combustion, les encens émettent davantage de composés particulaires et gazeux que les bougies, souligne l'Ineris. Les principales substances toxiques émises par l'encens sont les particules, l'acroléine, le benzène mais aussi l'éthylbenzène, le formaldéhyde, l'acétaldéhyde et le naphtalène. Pour les bougies, il s'agit de l'acroléine, des particules et du formaldéhyde.

Des risques cancérogènes

La combustion d'encens présente "potentiellement des risques aigus, des risques chroniques et des risques cancérogènes, et ces risques sont portés par plusieurs polluants". Les particules présenteraient un risque quelle que soit la fréquence d'utilisation et quels que soient les taux d'émission utilisés comme données d'entrée. En ce qui concerne les composés organiques volatils (COV), l'acroléine pourrait présenter également des risques. Le benzène, le formaldéhyde et l'acétaldéhyde pourraient, quant à eux, être à l'origine de risques cancérogènes potentiels.

Que ce soit pour les encens et les bougies, "le seul indicateur de risque marquant" est lié à l'acroléine en utilisation quotidienne d'une heure, tous les jours de l'année. Ce risque "semble maintenu" pour un scénario d'une fois par semaine si la bougie est utilisée pendant quatre heures, ajoute l'Ineris.

L'étiquetage des encens pourrait être basé sur le suivi des émissions de ces polluants. Pour les bougies, l'acroléine est "la substance principalement émise et semble présenter un risque potentiel". Toutefois, les particules et le formaldéhyde pourraient également faire partie des composés cibles, estime l'institut.

Réactions1 réaction à cet article

 

Maintenant voila que l'Encens est toxique cancérigène etc...Pendant des siècles on l'a utilisé sans jamais rien remarquer. Il ne reste plus qu'a convaincre les utilisateurs en orient, en asie, en europe des risques encouru...
En vérité on est en train de s'apercevoir que tout ce qui brule peut émettre des toxiques.
Il y a d'abord eu le Tabac, puis le Bois, et maintenant l'Encens et les Bougies.
Depuis l'Age du Feu on est exposé aux fumées, aux toxiques et on a jamais remarqué une limitation de la démographie.....

ami9327 | 04 novembre 2013 à 00h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…