En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bruxelles ajoute 235 sites protégés au réseau Natura 2000

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

La Commission européenne a approuvé l'ajout de près de 25.000 km² d'espaces naturels au réseau européen de zones écologiques protégées Natura 2000, a-t-elle annoncé ce lundi 26 novembre. Cela représente 235 sites supplémentaires protégés proposés par une vingtaine d'États membres. Parmi eux, le Royaume-Uni, la Roumanie, la Lettonie, l'Italie, la Suède, la Bulgarie, le Danemark, la France ou encore la Slovaquie, l'Estonie et Malte. "L'ajout le plus important de cette année est la désignation par le Royaume-Uni de Dogger Bank (12.330 km²), un bassin maritime peu profond comportant des bancs de sable immergés situé dans la partie centrale de la mer du Nord qui, avec les sites adjacents de l'Allemagne et des Pays-Bas, crée un grand site Natura 2000 transfrontalier de plus de 18.000 km²", souligne la Commission européenne. Les ajouts "majeurs dans la région de la mer Baltique sont la désignation par la Suède et la Lettonie de 10 nouvelles zones marines couvrant une superficie de près de 4.000 km²", indique-t-elle.

Les États membres disposent désormais d'un délai de six ans pour mettre en place les mesures nécessaires pour protéger ces sites.

Le réseau Natura 2000 - qui fête ses 20 ans - couvre aujourd'hui 768.000 km² des terres émergées de l'Union européenne (soit 17,9 % du territoire terrestre) et plus de 217.000 km² de zones protégées marines (représentant près de 4 %). Il comporte 26.000 sites au total dans l'UE.

Réactions1 réaction à cet article

 

ah rigolo ; mais que va décider le gouvernement pour les sites de sables bretons qui d'une part auraient dû être classés en NATURA 2000 mais ne l'ont pas été ; par exemple du côté de ce qui donne lieu à manifs en ce moment ; d'autre part permet des solutions alternatives, sur ce même site ; il suffit de ne pas favoriser un opérateur donné et sa longueur de dragues pour des techniques permettant d'aller creuser plus loin et plus profond ; enfin se pose la question de l'emploi de la ressource ; or, c'est lié à l'impéritie agricole en violation probabilité 0 9 du droit de l'UE y compris par l'Etat co gestionnaire ; et d'autre part au refus de rechercher des stratégies alternatives d'emploi de matériaux pour la construction et le btp ; et il n'y a aucun certitude d'absence d'impact et d'intégrité d site ou des sites adjacents ; sachant que derrière cela les mines et l'industrie cherchent des précédents à leur avantages pour d'autres types d'exploitation... dans l'espèce pour un exploitant très privilégié depuis des années pour son influence à obtenir des titres provisoires en lieu et places de titres définitifs (TA Rennes Lost Pic? cjue jurisprudence 85/337 2001 42 92 43). Cela et d'autres choses vaut aussi des menaces et diverses manipulations des procédures voire contre les personnes.... Ah la social démocratie boeuf mironton, poignante, n'est pas plus aux normes que ceux qui ont été poussés dehors : on a les conseillers techniques qu'ont se fait choisir...

theolevertige | 27 novembre 2012 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…