En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Amiante : le procès Eternit relancé en France

Alors qu'une juridiction italienne a condamné en février les dirigeants du groupe Eternit, la procédure semblait sur une voie de garage en France. Mais la Cour de cassation vient de redonner espoir aux victimes de l'amiante.

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

La Cour de cassation a rendu mardi 26 juin une décision susceptible d'ouvrir la voie à un procès Eternit en France. Elle a en effet cassé la décision de la chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris qui avait annulé les mises en examen de la société Eternit et de cinq de ses anciens responsables pour "homicides et blessures involontaires".

Premières plaintes, il y a 16 ans

"En France, les premières plaintes de travailleurs exposés à l'amiante avaient été déposées il y a 16 ans, au tribunal de grande instance de Valenciennes ! Les plaignants sont morts depuis... Il n'y a aucun grands procès", a déclaré, Sylvie Topaloff, l'une des avocates des victimes, selon des propos rapportés par l'AFP.

Les anciens directeurs généraux de la société Eternit, Joseph Cuvelier et Daniel Vast, avaient été mis en examen en 2009 pour avoir involontairement causé la mort de 23 salariés et occasionné des blessures involontaires à 10 salariés entre 1971 et 1994.

Les dirigeants n'auraient pas pris les mesures de sécurité nécessaires pour protéger les salariés de l'exposition aux fibres d'amiante dans cinq usines du groupe situées à Vitry-en-Charollais (Saône-et-Loire), Valenciennes-Thiant (Nord), Caronte-Martigues (Bouches-du-Rhône), Albi (Tarn) et Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine).

Mais le 16 décembre 2011, la chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris avait annulé les mises en examen. C'est cette décision que la chambre criminelle de la Cour de cassation vient à son tour d'annuler, renvoyant les parties devant la même juridiction qui devra statuer de nouveau sur les demandes de nullité de mise en examen de Messieurs Cuvelier et Vast.

Vers un grand procès pénal de l'amiante ?

"Mais on peut maintenant imaginer qu'elle les rejettera, en se conformant à la position de la Cour de cassation", a déclaré à l'AFP Jean-Paul Teissonnière, l'un des avocats des victimes. "Cela ouvre la perspective d'un renvoi des responsables d'Eternit devant le tribunal correctionnel de Paris. Le premier grand procès de l'amiante en France pourrait alors commencer !", ajoute-t-il.

Les "milliers de victimes contaminées et les familles endeuillées par l'amiante d'Eternit (...) reprennent espoir que se tienne enfin le procès pénal qu'elles attendent depuis seize ans", s'est réjouie l'Association nationale de défense des victimes de l'amiante (Andeva) à l'origine de la procédure, rapporte l'AFP.

Les sénatrices Marie-Christine Blandin (EELV - Nord) et Aline Archimbaud (EELV – Seine-Saint-Denis) applaudissent également "un pas salutaire vers un procès pénal de l'amiante en France". "Alors que la presse internationale et de très nombreuses organisations de victimes ont salué comme un événement historique la condamnation à 16 ans de prison des anciens propriétaires des usines Eternit (Italie), l'espoir en France se réveille", soulignent-elles. Même si les sénatrices relèvent que cette décision "ne règle pas tous les problèmes entourant la tenue de ce procès", en particulier le manque de moyens pour mener l'instruction, dénoncé également par FO-Magistrats.

La juge Marie Odile Bertella-Geffroy, dessaisie en décembre de l'ensemble du dossier Eternit qu'elle instruisait depuis dix ans, en sera-t-elle de nouveau chargée compte tenu de sa connaissance du dossier ? Ce serait en tout cas le souhait de l'Andeva et de certains avocats, relate l'AFP.

Réactions3 réactions à cet article

 

Si il y avait une justice dans ce pays cela se saurait et dans ce cas les dirigeants d'éternit eut été mis sous les barreaux depuis longtemps. Aujourd'hui on en est à payer pour se débarrasser de l'amiante qui a enrichi les empoisonneurs, pour la dépose de deux tuile en amiante ciment on vous réclame plus de cent euros, autant dire que tout finira comme d'habitude dans la nature.Quelle mascarade.

T137 | 28 juin 2012 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai été en contact avec l'amiante pendant 4 ans dans l'Usine Martigues Caronte.ne possédant plus mon certificat de travail , quelqu'un pourrait-il m'expliquer , comment procéder pour obteneir un duplicata dans la mesure où l'usine a fermé en 19997!merci

sylvain | 12 mai 2014 à 08h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Sylvain

Contactez la Dreal de votre région : http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/venir-a-la-dreal-paca-r3.html

Daaaavid | 12 mai 2014 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager