Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Amiante sur le site de Draka Paricable : la Cour d'appel de Rouen rend son verdict

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Draka Paricable, une entreprise fabricant des câbles industriels, a stoppé son activité le 18 octobre dernier depuis que de l'amiante friable a été décelé dans deux des fours de l'usine d'Aubevoye, dans l'Eure. C'est le comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) qui a constaté cette anomalie découverte par hasard par des salariés et avait saisi l'inspection du travail. 86 salariés avaient  alors exercé leur droit de retrait, malgré la menace du directeur du site de ne pas leur verser leurs salaires. Ces derniers, inquiets pour leur santé
 en avaient appelé à la justice le mois dernier alors que la direction les appelait à reprendre le travail, sans même attendre les résultats de prélèvements sur le site.

Le 31 octobre, le Tribunal de grande instance (TGI) d'Evreux avait ainsi ordonné en référé la fermeture temporaire de l'atelier. Il avait exigé qu'avant toute reprise soient effectuées des opérations de désamiantage et des analyses du site. Mais la direction avait fait appel de ce jugement invoquant une très faible quantité d'amiante, sans conséquences pour les salariés.

Selon France 3, la décision du 31 octobre dernier a été confirmée par la Cour d'appel de Rouen le 16 décembre qui a donné raison aux salariés. Le directeur de Draka Paricable devra laisser les experts examiner à nouveau le taux d'amiante de son entreprise en vue d'un possible nettoyage de la zone contaminée. Si les travaux de désamiantage ont lieu, l'entreprise rouvrira ses portes en février 2012.

Réactions1 réaction à cet article

 

bonjour je suis salarié de paricable .plusieurs énormités se sont glissées dans cette article, la découverte de la présence d'amiante n'a pas été faites par des salariés mais par des membres du chsct qui étaient deja au courant de la présence de cette amiante depuis de longues années. ces personnes ont saisie l'opportunité du retrait, non fait dans les régles de l'art , de cette amiante ( quantité 2 kg ) pour faire intervenir l'inspéction du travail et par la meme occasion régler quelques conflits personnel avec la direction . d'autre part la demande de la direction de reprendre le travail était appuyée par des résultas d'analyse d'air négatif certe tous les résultats n'étaient pas revenu mais il faut savoir que l'entreprise vient d'effectuer un chantier de 3ans pour le remplacement de la toiture du batiment qui comportait de l'amiante et que durant ce chantier beaucoup d'analyses d'air ont été effectué en présence des salariés et les résultats ont toujours étaient négatif.bref suite à la reprise du travail dans le batiment par une poignée de salariés qui n'etaient pas en droit de retrait et qui ont donc fait confiance aux résultats négatif , ce ne sont pas les salariés mais l'inspection du travail (prévenu de la reprise du travail par le chsct) qui à saisie le tribunal d'evreux.a ce jour la question du désamiantage n'est toujours pas réglé et la date de réouverture ( fevrier 2012) n'est qu'un espoire et non une certitude.
vérifier vos sources avant d'ecrire n'importe quoi

stephane | 22 décembre 2011 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BTX : analyseur XRD et XRF de paillasse pour matières sur poudre Olympus France