Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Approvisionnement en gaz : la France est prête pour l'hiver

Le système gazier entame l'hiver confiant : les réserves sont pleines et les capacités d'approvisionnement convenables. Un hiver « normal » ne devrait pas poser de problème, même si le risque est plus marqué en cas de grand froid.

Energie  |    |  Philippe Collet
Approvisionnement en gaz : la France est prête pour l'hiver

Le système gazier français devrait répondre à la demande cet hiver, estime GRTgaz et Teréga, à l'occasion de la présentation, ce mercredi 14 septembre, des perspectives du système gazier pour l'hiver 2022-2023. Les deux gestionnaires des réseaux français de transport de gaz expliquent que leurs modélisations montrent que la France ne devrait pas manquer de gaz et devrait être en mesure de contribuer à la solidarité européenne. « Des situations de tension pourraient toutefois se développer en cours d'hiver », nuancent les deux opérateurs, attirant l'attention sur la nécessité de mettre en place, dès maintenant, des mesures de sobriété pour en réduire l'impact. En situation extrême, l'interruptibilité rémunérée, voire le délestage, pourrait s'appliquer aux grands consommateurs industriels.

Des scénarios adaptés aux conditions actuelles

Premier constat encourageant : les stocks français sont remplis à 94 % et devraient frôler les 100 % au 1er novembre. À l'échelle européenne, le remplissage atteint 84 %. Ce point est essentiel pour assurer le passage de l'hiver. Il l'est aussi pour assurer un débit suffisant en cas de pointe. En effet, lorsque les treize stocks français sont pleins, la capacité de soutirage atteint un peu plus de 100 gigawatts (GW). À 50 % de leur capacité, la pression résiduelle ne permet de soutirer que 85 GW.

 
Des situations de tension pourraient toutefois se développer en cours d'hiver  
GRTgaz et Teréga
 
Pour évaluer le risque de pénurie, les opérateurs de réseaux ont élaboré des scénarios basés sur la situation qui prédomine depuis le début de la guerre en Ukraine. Ces modèles prennent notamment en compte le fait que l'approvisionnement depuis l'Allemagne est interrompu, que l'on exporte du gaz vers la Belgique (alors que traditionnellement on en importe) et que les flux avec l'Espagne sont à l'équilibre (alors qu'on exportait du gaz vers la péninsule ibérique). Ils prennent aussi en compte la possibilité d'exporter vers l'Allemagne jusqu'à 100 gigawattheures (GWh) par jour.

Attention aux éventuelles vagues de froid

Les scénarios montrent que si l'hiver est dans la moyenne attendue, il n'y aura aucun déficit de gaz. La consommation devrait atteindre 309 térawattheures (TWh) - elle s'est établie à 284 TWh en 2021 - et les exportations 84 TWh. Ces sorties seront couvertes grâce aux quatre terminaux méthaniers français (166 TWh mobilisables), aux importations depuis les réseaux adjacents (125 TWh, depuis la Norvège notamment) et aux stocks (99 TWh). Le biométhane complétera l'approvisionnement, avec 3 TWh attendus.

GRTgaz et Teréga pointent toutefois un risque de déficit limité, si cet hiver moyen était marqué par une pointe de grand froid. L'hypothèse retenue est une vague de froid intense, dont la probabilité de retour est d'une fois tous les cinquante ans. Alors, le déficit serait de l'ordre de 1,4 TWh (soit 0,4 % de la consommation de l'hiver). À noter : l'impact d'une vague de froid varie selon la période à laquelle elle intervient. Plus c'est tôt dans l'hiver, plus le système peut la franchir aisément puisque les stocks de gaz offrent encore une puissance de soutirage élevée. Le déficit sur une journée pourrait être de l'ordre de 65 GWh, en début d'hiver, et atteindre 258 GWh, en fin d'hiver.

De 2 à 5 % de déficit en cas d'hiver rigoureux

Les gestionnaires de réseaux ont ensuite évalué deux scénarios dégradés. Le premier est un hiver froid, comme celui qu'a connu la France en 2012-2013. Alors, il manquerait 6,8 TWh de gaz pour franchir la période, soit 2 % de la consommation. Si l'hiver était plus intense encore, le déficit atteindrait 16,2 TWh (4,7 % de la demande). Ce second scénario prend l'hiver 2010-2011 pour référence.

Bien sûr, la France dispose de leviers pour répondre à ces tensions. Les fournisseurs de gaz peuvent gérer au mieux les stocks, notamment en les regarnissant en cas de redoux ponctuels. Les consommateurs sont invités à économiser l'énergie. Et de rappeler qu'une baisse de 1 °C de la température du chauffage permet de réduire de 7 % la consommation. Par ailleurs, GRTgaz, Teréga et l'Agence de la transition écologique (Ademe) vont déployer, en octobre, un dispositif d'information et de sensibilisation de type Écowatt appliqué au gaz.

Enfin, il reste l'interruptibilité, qui permet à des industriels volontaires de réduire leur consommation contre rémunération en cas de forte tension. « En derniers recours, le délestage ciblant les grands consommateurs permettrait de protéger les clients résidentiels », expliquent les deux gestionnaires. Mais cette éventualité ne s'applique qu'à des « situations extrêmes, dont la probabilité d'occurrence est très faible ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Un peu de méfiance vis à vis des discours, même s'ils émanent de gens honnêtes et sérieux. Il est évident qu'aucun gouvernement ne peut tout dire, le principal est d'éviter les catastrophes. Jusqu'à présent ce fut fait, espérons.

28plouki | 15 septembre 2022 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

28plouki, "rassurer" tout en manipulant en permanence "urgence climatique" et catastrophisme pour gouverner par la peur irrationnelle et justifier à peu près n'importe quoi, voilà qui est bien paradoxal, non ?
Un exemple : nous achetons du gaz de schiste US que nous vendons aux Allemands qui nous vendent en retour (et bien plus cher au MWh) leur électricité produite au lignite.
Ne marcherait-on pas sur la tête ?
Par dessus le marché, on "accélère" le déploiement d'une énergie intermittente et non-fiable dans le plus grand désordre au bénéfice des petits malins de l'éolien et du solaire qui achètent chinois.
Bravo !

Albatros | 16 septembre 2022 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]