En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Arrêt d'un parc éolien pour raison économique en Outre-mer

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°333 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°333
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

La filiale du groupe Quadran, Eole Miquelon, a annoncé l'arrêt de son parc de 10 éoliennes (60 kW) sur le site de l'anse au Wary de l'archipel de Saint Pierre et Miquelon. "Cette centrale emblématique, une des premières installations au monde à démontrer la faisabilité industrielle du fonctionnement mixte éolien/diesel, va être arrêtée faute de vision des décideurs techniques, politiques et financiers impliqués dans ce dossier", déplore Jérôme Billerey, le directeur général de Quadran. Au final, la société aurait cumulé des pertes de près de 1,5M d'euros depuis la mise en service industrielle, le 31 décembre 1999.

Pourtant selon Eole Miquelon, pour la période 2000-2013, la centrale aurait produit 15% de l'électricité consommée au niveau local et permis d'économiser 2.000 tonnes de gazole.

L'entreprise avait fixé, pour des conditions normales d'exploitation, un prix moyen de vente contractuel à EDF de l'électricité délivrée par la centrale inférieur à 14 ct d'euros/kWh. Dans le même temps, le coût de production des groupes diesels d'EDF se situe dans une fourchette de 35 à 40 ct d'euros/kWh, selon Eole Miquelon.

"Cette installation, mise en service en 2000, (...) n'a jamais été autorisée à produire à pleine capacité – 1,7 Gwh annuel attendu soit presque 30% de la consommation moyenne de l'île -, et ce pour une impossibilité d'injecter la production dans le réseau du fait du fonctionnement imposé par EDF qui privilégie l'usage prioritaire de ses groupes diesel", déplore dans un communiqué Eole Miquelon. Selon l'entreprise, la production de la centrale éolienne aurait été régulièrement bridée de plus de 50% de ses possibilités par une gestion inadaptée des moyens de production diesel d'EDF.

Réactions8 réactions à cet article

 

Cela ressemble à la politique mené par le groupe en métropole, il faut seulement substituer le nucléaire au gazole et on en arrive au même constat!

lio | 16 janvier 2014 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le parc n'est pas rentable car la production n'a pas été acceptée à ses justes valeurs.

Celle du prix 14 ct alors que le gazole coute 35 ct min ... il fallait payer 25 ou 30 ! voir meme 35 ct, l'aspect environnementale étant gagnant
Celle de la non exploitation à pleine puissance du parc.

Bref, arrêt du parc pour raison économique du fait de la mauvaise volonté d'EDF.
C'est triste.

Terra | 16 janvier 2014 à 15h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la transition énergétique est en marche ! (ou pas .....)
c'est scandaleux ce lobby des énergies grises et ces blocages d'EDF qui préfére polluer, et faire payer au consommateur des coûts inutiles, dans une période où - parait-il - on a besoin de faire des économies ...

stéphane | 16 janvier 2014 à 16h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci d'avoir employé la bonne abréviation kWh, contrairement à l'AFP qui nous matraque toujours des Kw/h qui n'ont aucune signification physique ni aucune légalité au vu du Système international d'unités.

BRS | 16 janvier 2014 à 21h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce fiasco préfigure le début de l'effondrement de cette filière dont les prix de revient et de maintenance sont prohibitifs et qui est maintenue en dépit du bon sens à coup de milliards payés par le contribuable; milliards qui pourraient être bien mieux utilisés pour financer des techniques énergétiques plus rentables et plus respectueuses de l'environnement (photovoltaïque, hydrogène à partir de l'eau etc.)
Il faut sortir du carcan imposé par les Khmers verts pour imposer des sources énergétiques raisonnables et durables et cesser de développer des aberrations technologiques en pure perte pour flatter une minorité sectaire dont les délires nous ramèneraient vite à l'age de la pierre (même pas polie) si l'on n'y prend pas garde.

Le Glaude | 16 janvier 2014 à 22h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le choix du pseudo "le glaude" et en accord avec les propos développés, des généralités de comptoir.

lio | 17 janvier 2014 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le Glaude : Le fiasco est due à EDF qui a préféré utiliser ses centrales au fioul et n'a jamais utilisé le parc éolien à sa juste valeur.
Forcément, le parc ne devient pas rentable, ce qui ne remet pas en cause le procédé.
C'est juste une affaire de gros sous qui a tué cette filière, pourtant adéquate sur une île exposée au 4 vents ...

Terra | 20 janvier 2014 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout n'est pas dit dans l'article, me semble t il
La production des éoliennes n'est pas continue tout au long de l'année.
Les jours sans vent, il faut produire avec des groupes au fuel et les jours de vent puissant , la production des éoliennes (capables de fournir 30% de l'électricité locale) est supérieure à la consommation d'où la nécessité de brider les éoliennes. La gestion de l'intermittence de la production de l'électricité éolienne est le grand paradoxe de cette énergie et à mon avis une vraie limite à son usage.
L'éolien ne peut exister que couplé à une énergie fossile de même puissance pour les jours et nuits sans vent qui représentent 60 à 80% du temps d'une année

ITC78 | 20 janvier 2014 à 13h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager