En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Arrêté d'autorisation du purin d'ortie : pas la bonne recette de fabrication ?

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Alors que le ministère de l'Agriculture a publié le 28 avril l'arrêté d'autorisation de vente du purin d'ortie, la recette de fabrication imposée dans le texte ne serait pas la bonne ? C'est ce que dénonce l'association Aspro qui n'a pas fini de mener sa ''guerre de l'ortie" visant à promouvoir l'usage des préparations naturelles peu préoccupantes (Pnpp).

Seules les préparations de purins d'orties, obtenues à partir de feuilles fraîches ou séchées d'ortie et suivant la recette figurant dans l'arrêté, sont désormais autorisées. Or, selon l'association Aspro, les producteurs n'utiliseraient pas le procédé de fabrication rendu obligatoire dans le texte législatif. Conséquences : ''ils ne pourront toujours pas commercialiser leur production'', déplore l'association dans un communiqué. Leurs purins d'orties demeuraient donc hors-la-loi en France, alors que le phytosanitaire naturel doit être soumis à la même procédure européenne d'autorisation que les pesticides, conformément au décret de juin 2009.

 
La recette rendue obligatoire par l'arrêté 1. Faire macérer les feuilles d'orties (choisir des pousses jeunes et non montées en graines) dans de l'eau (eau de pluie ou de source de préférence) à raison de 1 kg pour 10 litres d'eau, sans aucun autre ajout. La fermentation peut être facilitée si l'ortie est préalablement hachée.
2. Brasser le mélange tous les jours.
3. Laisser macérer 3 à 4 jours à 18° C pour obtenir un effet insecticide et fongicide.
4. Filtrer la macération et diluer le filtrat dans environ 5 fois son volume d'eau (eau de pluie ou de source de préférence) dans un récipient fermé et identifié. S'assurer que le pH du purin obtenu sera de l'ordre de 6 à 6,5, gage d'une fabrication et d'une conservation dans de bonnes conditions.

 

''Le seul «purin » autorisé par l'arrêté est une piquette d'ortie'', fustige l'association. Il semblerait qu'il y ait notamment une différence de temps de macération des feuilles d'orties (4 jours dans la recette de l'arrêté contre 8 jours dans les pratiques locales).

''En continuant à commercialiser et à utiliser du vrai purin d'ortie, préparé suivant les bons usages en vigueur, nous respectons la loi'', estime l'association. Aspro a appelé le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire à ''modifier en conséquence son décret et son arrêté d'application'' en s'inspirant des réglementations en vigueur en Allemagne, Autriche ou Espagne qui ''autorisent largement les PNPP tout en respectant la même réglementation européenne''.

La fougère et la consoude exclues de la liste des Pnpp ?

Seul le purin d'ortie a fait l'objet d'une autorisation officielle. La première liste des substances autorisées pour faire des Pnpp, annoncée le 20 avril par M. Le Maire se fait toujours attendre….

L'association écologiste pointe également du doigt la future liste qui exclurait déjà des plantes comme la fougère ou la consoude et d'autres produits non végétaux (argile, petit lait, eau chaude...) couramment utilisées. D'après elle, seules les procédures concernant les produits industriels brevetés seraient retenues au détriment de la solution adaptée aux Pnpp.

Aspro va lancer une nouvelle action de protestation le 14 mai à Maclas (Loire).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager