Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lutte contre la chrysomèle du maïs : consultation sur le nouvel arrêté

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le ministère de l'Agriculture soumet à consultation publique jusqu'au 10 avril le projet de nouvel arrêté encadrant la lutte contre la chrysomèle des racines du maïs. "Au vu de l‘évolution réglementaire européenne", le texte vise à abroger l'arrêté ministériel du 28 juillet 2008 modifié instaurant des mesures nationales de lutte obligatoire contre le ravageur. Cet arrêté donnait la possibilité de définir des zones de confinement, c'est-à-dire des zones où la présence de l'insecte a été mise en évidence au cours de trois années consécutives et où l'éradication n'était plus envisageable. L'arrêté prévoyait deux mesures de lutte obligatoire : des traitements larvicides et la rotation des cultures.

Mais, en décembre 2013, le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale de la Commission européenne a exclu la chrysomèle de la liste des organismes classés "en quarantaine" au niveau européen. La directive d'exécution 2014/19/UE de la Commission européenne du 6 février 2014 "a modifié le statut de cet organisme en le supprimant de la directive 2000/29/CE", précise le ministère.

"Cette évolution réglementaire fait suite au constat que la chrysomèle du maïs est aujourd'hui établie sur une grande partie du territoire de l'Union", explique le ministère de l'Agriculture. "Si aucune mesure ne permet plus désormais d'espérer son éradication ou confinement, des moyens de contrôle efficaces et durables peuvent par contre être mis en œuvre pour réduire au minimum l'impact de cet organisme sur le rendement du maïs, notamment par une rotation des cultures", assure le ministère.

Réactions1 réaction à cet article

 

Pour lutter contre ce ravageur "établi sur une grande partie du territoire de l'Union", le ministère oublie un troisième moyen de lutte, après les insecticides obligatoires et les rotations aléatoires , il s'agit des variétés auto-protégées comme le MON810.
Ne pas y penser revient à privilégier la lutte par insecticides aux mains du lobby de la chimie soutenue par le lobby écolo.

VD69 | 25 mars 2014 à 11h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager