En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“ J'interdirai les pesticides et les perturbateurs endocriniens ”

En amont du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste précise pour Actu-environnement ses propositions en matière de mix énergétique, d'agriculture ou encore de santé environnementale.

Interview  |  Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
“ J'interdirai les pesticides et les perturbateurs endocriniens ”
Benoît Hamon
Candidat à la Présidentielle 2017 pour le Parti socialiste
   

Actu-Environnement : Comment vous inscrivez-vous par rapport à la transition énergétique lancée par le précédent quinquennat ?

Benoît Hamon : Le précédent quinquennat a été marqué par plusieurs avancées pour la transition écologique et dans la lutte contre le dérèglement climatique. La loi de transition énergétique a été une étape nécessaire et a engagé la France dans une dynamique vertueuse (développement des énergies renouvelables, lutte contre le gaspillage et l'obsolescence programmée, rénovation énergétique du bâtiment, etc). La COP21, qui a débouché sur l'Accord de Paris, est également une réussite à souligner, avec un engagement des pays et d'acteurs non-étatiques (villes, entreprises). Le travail engagé est donc à féliciter.

Nous sommes encore malheureusement trop éloignés d'une trajectoire visant à limiter le réchauffement à 2 degrés d'ici 2100. Par ailleurs, la plupart des plans présentés par les pays en développement sont conditionnés à un soutien financier des pays riches bien supérieur à son niveau actuel. J'entends donc m'inscrire dans la continuité de l'engagement pris par le gouvernement précédent, tout en l'accélérant.

AE : La santé est une préoccupation majeure des Français. Que prévoyez-vous en matière de santé environnementale ?

BH : Notre santé est de plus en plus affectée par des maladies chroniques (cancers, maladies cardio-vasculaires, affections respiratoires, diabète, obésité, etc). Plus de quinze millions de nos concitoyens vivent chaque jour avec elles. Une alimentation déséquilibrée, la sédentarité, ainsi qu'un environnement pollué et toxique (diesel, pesticides, perturbateurs endocriniens, etc) en sont la cause. Face à cette transition épidémiologique, la prévention doit être au cœur de nos politiques publiques et notre système de santé doit être conforté pour l'adapter. Politique de soins pour soigner les pathologies. Politique de prévention pour chercher et combattre les causes des maladies.

J'interdirai les pesticides et les perturbateurs endocriniens pour prévenir les effets nocifs de ces substances sur la santé de nos enfants et de nos concitoyen(ne)s. J'appliquerai le principe de précaution : je retirerai les autorisations de tous les pesticides dangereux et j'interdirai l'importation des denrées alimentaires utilisant une substance interdite en France. Au niveau européen, nous labelliserons les pesticides pour conditionner les subventions de la politique agricole commune (PAC) au respect de hautes exigences en la matière.

Je ferai sortir la France du diesel à l'horizon 2025 pour lutter contre la pollution de l'air, responsable de la mort de 49.000 Français(e)s chaque année. Je mettrai fin à l'avantage fiscal accordé au diesel, je ferai installer des bornes de recharge électrique sur tout le territoire et je financerai la recherche pour l'autonomie des batteries pour voiture électrique.

AE : Comment envisagez-vous l'évolution du modèle agricole français ?

BH : Notre modèle agricole doit être repensé pour se tourner davantage vers l'agroécologie et des productions biologiques, paysannes et locales. Je soutiendrai l'agriculture biologique à prix accessibles, pour protéger la santé des consommateurs et des agriculteurs, et j'interdirai progressivement les pesticides et les perturbateurs endocriniens.

Je négocierai au niveau européen pour qu'une partie de la PAC soit consacrée au financement des agriculteurs prêts à adopter le modèle agroécologique. Ce modèle réduit l'usage des engrais et autres intrants, préserve les ressources naturelles et respecte l'animal.

Nous aiderons à la structuration des filières bio et équitables, pour une juste rémunération des agriculteurs. Je lancerai un programme d'investissements agricoles pour soutenir les projets durables, en circuits courts et coopératifs.

AE : L'arrivée du phénomène de ZAD complique l'aménagement du territoire. Comment concilier développement économique local avec le respect des milieux ?

BH : Lorsque l'existence d'un lourd impact écologique est établie dans le cadre d'un grand projet d'investissement local ou national, une Conférence de Consensus, réunissant experts, citoyens, élus, associations, sera organisée pour faire émerger des solutions alternatives, alliant le réalisme économique, le progrès social et la préservation de l'environnement.

AE : De quelle manière entendez-vous mettre en œuvre votre politique environnementale au sein de votre gouvernement ? Quel budget prévoyez-vous pour vos mesures et comment les financez-vous ?

BH : Pour réussir la transition écologique, tout en favorisant la justice sociale, il est nécessaire de remettre la politique au volant. Pour être écologique et sociale, la fiscalité verte doit être intégrée à une refonte plus globale du système fiscal. Je mettrai la finance au service de la transition écologique pour trouver les 60 milliards d'euros nécessaires sans attendre le bon vouloir du marché. J'instaurerai une TVA différenciée pour les produits à faible empreinte carbone afin de les rendre plus attractifs. Je rendrai la fiscalité incitative pour guider l'épargne des Français vers des investissements verts.

Je redonnerai une vision stratégique à l'Etat en faisant d'EDF un pilier de la transition énergétique. EDF sera ainsi incité à renforcer ses recherches sur la production et le stockage d'énergies renouvelables, plutôt que de privilégier le nucléaire. L'entreprise accompagnera également la décentralisation de la production d'énergies vertes.

Je construirai et proposerai un plan européen d'investissement de 1.000 milliards centré sur la transition écologique. Il nous appartient de reconstruire la légitimité de l'Union européenne sur cette thématique fondamentale à travers une contribution ambitieuse des Etats, le fléchage des financements privés vers les investissements verts grâce à des mécanismes incitatifs et la suppression de toutes les subventions aux énergies fossiles.

Réactions5 réactions à cet article

 

C'est un programme ambitieux, réaliste, mais qui demande des précisions. Réduire les voitures "Diesel" pour des véhicules électriques, pourquoi pas, mais quid pour la fabrication des batteries des réserves de Lithium ? D'autres moyens de stockage sont à l'essai ou à l'étude, quelle est leur avancée, leur fiabilité, leur durabilité ?
La position sur le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes doit être clair, mais il est vrai que ce pose le problème de la protection de la zone humide vitale pour ce secteur Nord du département.

BJ50320 | 20 mars 2017 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que disent les autres candidats sur le sujet svp?

Merci de votre réponse

Uncinulanecator | 20 mars 2017 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

La rédaction prévoit de publier les interviews des neuf autres candidats à l'élection présidentielle, en amont du premier tour.

Vous pouvez consulter leurs positions dans notre dossier sur les présidentielles 2017 : https://www.actu-environnement.com/dossier-actu/election-presidentielle-2017-programme-environnement-candidats-62

Rachida Boughriet Rachida Boughriet
20 mars 2017 à 12h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

supprimer les voitures diesel ? Elles produisent à puissance égale 25% de CO2 de moins que celles à l'essence (consommation plus faible, je parle d'expérience). Quelle est l'urgence ? Si c'est les particules, alors, ce n'est pas le diesel qu'il faut supprimer, mais la bagnole en ville "en soi" et l'étalement urbain. La vraie raison à l'hystérie actuelle sur le diesel, c'est que les raffineries qui produisent le diesel sont saturées du fait de l’augmentation du parc et que ça revient plus cher aux pétroliers... le reste est essentiellement de la manipulation : le chiffre de 49000 morts par an est parfaitement fantaisiste !

dmg | 21 mars 2017 à 08h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

dmg a raison: le diesel n'est pas l'ennemi. Ce qu'il faut éviter, ce sont les petites voitures diesel citadines et en général toutes les utilisations de ce carburant qui ne se font pas dans des conditions optimales de température (et qui génèrent des pollutions, dont des particules).
En bref, le diesel a parfaitement sa place pour des usages "heavy duty" comme toutes sortes d'engins du camion-poubelle à la grue de chantier. Le diesel n'a pas sa place en ville pour de courts trajets.
Peugeot, diéseliste devant l'éternel a renoncé à l'ineptie de l'hybride diesel pour les voitures de tourismes (jamais utilisées dans les conditions optimales de combustion du gazole).
La voiture électrique, sanctifiée par les écolos notamment ici, n'est curieusement jamais critiquée pour la désastreuse analyse de cycle de vie des batteries. Etonnant, non?

Albatros | 23 mars 2017 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…