En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un nouveau label pour les produits biosourcés

Bâtiment  |    |  Eva Gomez  |  Actu-Environnement.com

L'entreprise Karibati, spécialisée dans le bâtiment biosourcé, vient de lancer son label de "produits biosourcés", à destination des fabricants de matières premières du secteur du bâtiment.

Virginie Gautier, responsable commerciale de Karibati, explique que la création de ce label entre dans le cadre de la Stratégie nationale bioéconomie et du label bâtiment biosourcé''Ce label « produit biosourcé » apportera une garantie, une visibilité et une transparence sur les quantités biosourcées incorporées, confortera le marché, et promouvra la filière française des matériaux biosourcés'', indique le responsable innovation et R&D de Karibati, Yves Hustache.

Pour obtenir ce label, les produits devront répondre à trois exigences : ''le produit de construction doit intégrer un pourcentage minimum de matière première issue de la biomasse'', rappelle Yves Hustache. Il est de 70% pour les isolants semi-rigides par exemple. Le produit doit également être ''apte à l'usage et relever de règles professionnelles, d'un avis technique ou d'une norme'' et enfin, la transparence des informations environnementales, de la composition des produits et de l'origine de la matière première, doit être assurée.

Une option ''filière française''

Pour obtenir ce label, le demandeur doit remplir un dossier en ligne, qui est ensuite instruit par le comité de label présidé par Karibati. L'organe externe d'audit, Alpes contrôles, est ensuite missionné pour vérifier la conformité du produit au label. Une option permet d'ajouter la mention ''filière française'' au logotype, pour favoriser les matières premières biosourcées de fabrication française. A la suite de l'obtention du label dans un délai d'environ quatre mois, un suivi annuel sera mis en place auprès de l'entreprise.

Le comité de label, composé de Karibati, de l'association des industriels de la construction biosourcée (AICB), d'Eiffage, du collectif des filières du bâtiment biosourcé (CF2B), de Bouygues immobilier, ou encore d'Icade, ''cible en priorité les maîtres d'ouvrage, les pouvoirs publics locaux, architectes, bureaux d'étude et responsables d'entreprises du bâtiment''. Le coût de labellisation d'un produit sera compris entre 3.000 et 5.000 euros pour une PME. Un tarif sera adapté aux TPE ''pour ne pas les freiner'', souligne Yves Hustache : pour ces TPE, la labellisation d'un produit coûtera entre 1.800 et 3.000 euros.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager