En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Produits et équipements du bâtiment : des données environnementales plus riches

Les informations environnementales des produits et équipements du bâtiment s'enrichissent. La base de données Inies fait peau neuve sous l'impulsion de l'expérimentation Energie+Carbone- des bâtiments neufs.

Bâtiment  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Produits et équipements du bâtiment : des données environnementales plus riches

L'Alliance HQE-GBC, organisme propriétaire gestionnaire de la base nationale Inies, a annoncé le 28 avril une hausse des données environnementales collectées en 2016 pour les produits de construction et les équipements des bâtiments. Des données indispensables au calcul de la performance environnementale des constructions pour répondre à l'expérimentation des seuils du label Energie positive & réduction Carbone (E+C-) des bâtiments neufs, lancée en novembre 2016.

Pour rappel, créée en 2004, Inies est la base de données en ligne de référence en France qui regroupe les fiches de déclarations environnementales et sanitaires (FDES) pour les produits de construction ainsi que les profils environnementaux produits (PEP ecopassport®) pour les équipements des bâtiments (électriques, électroniques ou de génie climatique). Ces données, fournies par les fabricants, syndicats professionnels et centres techniques, permettent d'évaluer leur impact environnemental dans les calculs d'analyse de cycle de vie (ACV) multicritères des bâtiments. Figurent la consommation énergétique (énergies primaire, renouvelable, non renouvelable etc.), la lutte contre le changement climatique (émission de gaz à effet de serre exprimée en kg équivalent CO2 (dioxyde de carbone)), la consommation de ressources, les déchets solides valorisés ou éliminés (dangereux, inertes etc.). Sont également prises en compte la consommation et la pollution de l'eau, la pollution de l'air extérieur et intérieur (émissions de polluants, émissions de composés organiques volatils (COV) et de formaldéhyde, etc.), l'acidification atmosphérique, la formation d'ozone photochimique ou l'eutrophisation, etc.

Inies alimente les logiciels de calcul ACV

"Les données environnementales, en tant que données d'entrée des logiciels de calcul ACV compatibles avec le référentiel, représentent un élément central de l'expérimentation E+C-. La base de données Inies en est le réceptacle", a souligné Laurent Girometti, directeur de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP) au ministère du Logement. Le label E+C- préfigure la prochaine réglementation environnementale à l'horizon 2018-2020 des bâtiments neufs qui intègrera pour la première fois l'empreinte carbone calculée sur le cycle de vie du bâtiment, soit 50 ans. Deux niveaux de performance pour les émissions carbone ont été fixés. Une nouveauté qui orientera les choix des acteurs de la construction vers des matériaux et équipements moins émetteurs, biosourcés.

La base de données Inies a ainsi été mise à jour et enrichie ces derniers mois. Les données ont été complétées par des valeurs fixées par l'Etat comme par exemple, le contenu carbone d'un kilowattheure (kWh) électrique. L'Etat a aussi comblé les vides en fixant des données environnementales par défaut, là où elles manquaient dans certains secteurs. Les fabricants sont invités à mettre à disposition des informations précises pour valoriser leurs produits et équipements. D'autant que les données mises par défaut par l'Etat sont plus élevées. L'analyse du cycle de vie est également "sensible" aux données utilisées de dimensionnement du bâtiment (métrés, volumes, ...), a rappelé Emmanuel Acchiardi, sous-directeur à la DHUP.

Fin 2016, Inies comptait 1.651 fiches de déclarations environnementales (FDES) représentant 35.718 références commerciales et 403 profils environnementaux produits (PEP ecopassport®) pour les équipements. Si le nombre de fiches est stable par rapport à fin 2015 (1.650), celui des PEP a fait un bond de 500% fin 2016 (contre 73 PEP en 2015). "Le nouveau label est un formidable élan", s'était félicitée, fin janvier dernier, l'association P.E.P. qui développe le programme d'éco-déclaration PEP ecopassport®.

Les données de la base Inies sont exportables, sous format numérique, vers les cinq logiciels de calcul ACV compatibles aujourd'hui avec le référentiel E+C-. Il s'agit des logiciels "Elodie" édité par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), "ClimaWin" édité par BBS Slama, "novaEQUER" édité par IZUBA énergies, "ThermACV" édité par les logiciels Perrenoud et "OneClick LCA" édité par le Finlandais Bionova Ltd.

Produits biosourcés en hausse

Au sein d'Inies, les produits biosourcés ont notamment augmenté de 40% par rapport à 2015, avec 167 FDES renseignées pour "une large gamme de produits" : isolants (laines de fibres végétales ou animales, de textile recyclé, ouate de cellulose, bottes de paille, etc.), mortiers et bétons (chanvre), linoléum et éléments en bois massif, reconstitué et contrecollé. Soit 8.420 références commerciales.

646 FDES ont également leur étiquette sur les émissions de composés organiques volatils (COV) numérisées (+22% par rapport à 2015), relative à la qualité de l'air intérieur et la qualité de vie dans le bâtiment. Cette étiquette est obligatoire depuis le 1er septembre 2013.

Près de 300 données génériques par défaut

Inies recensait également, fin 2016, 292 données par défaut : 175 pour des produits et 102 pour des équipements. 15 lots ont également été renseignés par des valeurs forfaitaires qui "seront supprimées à terme" durant l'expérimentation E+C-, avait indiqué en janvier M. Acchiardi, dès que les données spécifiques seront jugées suffisantes pour ces lots. Les produits d'isolation et les équipements de génie climatique recueillent le plus de données par défaut. Tandis qu'aucune déclaration environnementale PEP n'est renseignée concernant les fils et les câbles.

Le ministère a aussi complété la base Inies de 50 données conventionnelles de services. Il s'agit de données sur les impacts des énergies ou sur ceux des services (transport, eau potable, eaux usées, déchets, fluides frigorigènes).

Moins de la moitié des données environnementales spécifiques (44%), déclarées par les fabricants, disponibles dans Inies, ont été vérifiées en 2016 par une tierce partie indépendante. A partir du 1er juillet 2017, cette vérification sera obligatoire, selon l'arrêté du 31 août 2015.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…