Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le braconnage des Ortolans se poursuit en France

Biodiversité  |    |  Graziella Dode  |  Actu-Environnement.com

La France sera-t-elle à nouveau condamnée pour le braconnage des ortolans ? Selon l'association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), la Commission européenne aurait fait parvenir une mise en demeure à l'Etat le 25 janvier 2013.

Une cible prisée pour la gastronomie

D'après l'Aspas, 50.000 ortolans seraient capturés chaque année dans les Landes lors de leur voyage migrateur vers l'Afrique tropicale. "Tous les pauvres oiseaux attrapés sont ensuite engraissés pendant trois à quatre semaines, dans le noir complet, pour être finalement noyés dans un verre d'Armagnac", alerte l'association. "Puis ils seront vendus environ 100 euros pièce à des restaurateurs ou d'autres réseaux qui alimenteront, pour bien plus encore, les tables des plus fortunés", poursuit-elle.

Elle dénonce un "pacte de tolérance entre la fédération des chasseurs des Landes et les autorités françaises qui "autorisent" les braconniers à tendre leurs matoles" (pièges servant à la capture de l'oiseau).

Des condamnations répétées

La France semble ne pas tirer leçon de ses erreurs puisqu'elle a déjà été condamnée plusieurs fois pour de telles pratiques, rappelle l'Aspas. En 1999, la condamnation intervenue à l'encontre de la France est assortie d'une astreinte de 142.425 euros par jour, ajoute l'association. Le gouvernement indique depuis longtemps se préoccuper du problème mais cela n'a pas empêché la dernière mise en demeure.

L'ASPAS n'est pas la seule association dénonçant le braconnage de l'ortolan. En septembre 2012, au moment des captures, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) avait jugé "légitimes" les opérations menées par des membres du Committee Against Bird Slaughter (CABS) visant à libérer les oiseaux.

Désormais "lassée par la mauvaise foi manifeste de nos différents gouvernements", l'Aspas décide de donner des arguments permettant à la Commission européenne de saisir la Cour de justice de l'Union européenne, prévient-elle.

Réactions2 réactions à cet article

 

.."lassée par la mauvaise foi manifeste de nos différents gouvernements"..
Comment en effet ne pas l'être !

Et ce n'est pas avec la lâcheté de mme Batho que cela va changer hélas.

jms | 08 mars 2013 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"50 000 ortolans pris dans les Landes chaque année". Ce genre d'affirmation gratuite me laisse plutôt perplexe. Je suis un ancien chasseur, je milite au sein d'une ONG environnementaliste mondiale, je suis né et j'habite dans les Landes. A ces titres, je suis plutôt bien placé pour me méfier de ces comportements plus extrémistes qu'autre chose. Je me souviens alors que je chassais, il y a bien longtemps, suivre mes oncles qui pratiquaient cette chasse. Leur tableau de chasse fleurait les 20 ortolans au mieux par an, et je doute qu'il y ait encore 2500 chasseurs d'ortolans dans mon département.

Encore mieux, à cette époque une étude avait fait grand bruit. Elle annonçait la connaissance exacte de la population sauvage d'ortolans. Cette année là, il s'est pris dans les Landes la totalité de cette population. Si l'on croyait l'étude il n'y avait plus d'ortolan. L'année suivante fut celle d'un passage exceptionnel et mémorable. Si la population d'ortolan est menacée, alors je suis parfaitement d'accord avec sa protection, mais méfions nous des vérités scientifiques rêvées. La détermination de la population de ce petit oiseau très discret est extrêmement difficile. Soyons coopératifs, évitons les guerres absurdes, les affirmations gratuite d'un côté comme de l'autre. N'oublions pas que les chasseurs sont dans les Landes une entité de protection et de connaissance de la nature importante. Bien sûr, il y a parmi eux des intégristes, mais yen a t il moins chez les protecteurs ?

Tach-lanes | 09 mars 2013 à 09h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat