En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Poteaux et traverses usagés : vers une meilleure élimination du bois pollué

80.000 tonnes de bois traités avec des produits cancérogènes seront retirées chaque année par RFF, France Telecom et ErDF de leurs réseaux d'infrastructures. Un engagement concrétisé par la signature d'une charte jeudi 15 juillet.

Déchets  |    |  Victor Roux-Goeken Actu-Environnement.com
   
Poteaux et traverses usagés : vers une meilleure élimination du bois pollué
   
Arrêt de la vente de poteaux électriques, de télécommunications et de traverses de rails en bois usagés, mise en place d'un système de traçabilité, collecte et élimination de ces déchets dangereux... La première pierre d'une filière d'élimination des bois traités à la créosote et/ou aux sels de cuivre-chrome-arsenic (CCA) a été posée jeudi 15 juillet au ministère de l'environnement. Une charte d'engagement volontaire a été signée par la secrétaire d'Etat à l'écologie Chantal Jouanno, Réseau ferré de France (RFF), ErDF, France Télécom, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) ainsi que par l'association Robin des Bois.

Utilisés pour protéger le bois des poteaux et des traverses de chemin de fer, la créosote et les sels de CCA sont respectivement classés cancérogènes de catégorie 2 et 1 par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ).

Récupéré pour leur bois noble

Pendant des années, ces poteaux et traverses en bois ont été ''dispersés directement ou indirectement chez des grossistes ou des particuliers au motif que leur bois [chêne, hêtre, Ndlr] était noble, alors qu'ils contiennent 6 à 7 litres d'hydrocarbures dangereux pour la santé'', a rappelé Jacky Bonnemains, président de l'association environnementale Robin des Bois. Ils sont notamment utilisés comme éléments architecturaux (linteaux) ou de décoration dans les jardins, terrasses, piscines des particuliers.

C'est en effet cette ONG qui a pointé du doigt les chemins de traverse qu'empruntaient ces bois pollués. Elle a d'ailleurs été remerciée par Chantal Jouanno pour son ''rôle d'alerte''. L'association n'en est pas à son premier coup d'éclat, ayant déjà contribué à mettre sur pied en 2008 l'association Recyvalor, en charge de l'élimination des stocks de pneus usagés.

Avec 66.000 tonnes par an à éliminer, RFF aura le plus important gisement à sa charge. A raison de 6 euros par traverse, il lui coûtera 4,8 millions d'euros chaque année pour en éliminer 800.000. ErDF évalue ce coût à 1 million d'euros par an. France Télécom entre 1,5 et 2 millions d'euros pour éliminer 300.000 poteaux annuellement, soit 12.000 tonnes. Ces bois usagés serviront essentiellement à alimenter les fours de cimenterie.

Une filière qui peine à émerger

La mise en place de cette filière ne sera pas sans difficulté. ''Elle nécessite une centralisation, un broyage de ces déchets pour qu'ils puissent être brûlés dans des fours de cimenterie et la mise à niveau de ces derniers pour qu'ils traitent correctement les déchets gazeux et solides'' issus de cette combustion, a indiqué Marc Fossier, directeur exécutif RSE de France Télécom.

Pour autant, le problème du traitement des traverses en bois n'est pas réglé. ''Nos nouvelles traverses sont toujours traitées à la créosote, a indiqué un représentant de RFF. Leur traitement doit avoir une durée de vie de 30 à 40 ans afin de réduire le plus possible leur renouvellement. Mais la créosote de 2010 n'est pas celle de 1970. Elle est largement moins concentrée en produits cancérogènes''

Enfin, l'émergence de cette filière n'a pas vocation à résorber le stock des particuliers. Trop diffus, le traitement de ce stock coûterait trop cher, selon Jacky Bonnemains. Ces déchets dangereux étant souvent vendus sans facture, il sera difficile pour leur propriétaire de se retourner contre le revendeur.

Réactions5 réactions à cet article

 
Quel dommage

N'est-il pas possible de:
Faire subir un traitement par bain de décomptamination
Ou de rabotter tous ces poteaux plutot que de les bruler
pour en retirer un max de ces produits dits cancérigènes? Comment s'éliminent-ils, comment nous atteignent-ils?
Ne peut-on pas donner des conseils à ceux, particuliers, qui en ont chez eux
Par exemple en les recouvrant de paille tressée ou ???, quand ils sont sur des terrasses à l'air libre, pres des habitants. J'habite dans un village africain au Sénégal où la termite reigne en maitresse insidueuse et ses poteaux nous ont permis d'avoir des terrasses et habitations DURABLES.
Faut-il vraiment tout détruire?
Ces poteaux dits EDF ont-ils tous été traités avec ces produits J'ai l'impression que c'est un produit qui ressemble à du goudron qui se trouve dessus. Ils arrivaient ainsi d'Europe.

QUEL DOMMAGE DE TOUT DeTRUIRE!Il a fallu tant de forets et tant de villages africains seraient contents d'avoir des poteaux pour leurs cases qui ne soient pas attaquables par les termites SANS DETRUIRE LES DERNIERES FORETS DE COCOTIERS , les troncs servant pour les poteaux et charpentes.

Oui le produit est dangereux, mais faire la cuisine ET LES DEVOIRS DES ENFANTS pres d'un KANOON PERMANENT dans une case close sans l'ombre d'une cheminée est encore plus DANGEREUX, tous respirant en permanence les oxydes de carbone...

A la veille d'une inexorable sécheresse ANNONCEE du Sénégal à l'Ethiopie, ne peut-on pas évaluer LE RISQUE et LA BALENCE
D'un coté AVEC LES BUDGETS prévus pour la destruction SI LES PAYS RECEVEURS L'ACCEPTENT On envoie tous ces bois pour les toitures et habitations de brousse ET ON NE COUPE PLUS LES ARBRES pour laisser les forets se reconstituer
DE l'autre ON gagne 10 ANS SUR LA SECHERESSE pour permettre de préparer LA SURVIE DES GENERATIONS FUTURES, LE PARTAGE DE L'EAU, les usines de dessalement ETC.

De toutes les façons, la brousse africaine est déjà MOURANTE de tant de maux et de faim Par exemple parmi tous les produits dangereux qui font le quotidien de la population, on nous inonde déjà de PILES genre WONDER qui sont beaucoup plus dangereuses et insidueuses SANS AVANTAGES VITAUX, sans informations SIMPLES et PERMANENTES à la population, sans recyclage...OU EST LE PIRE ??? Avoir des maisons décentes longtemps sans détruire les forets, avenir de l'Afrique, peut sauver leurs futures générations...
OUI JE SAIS l'EUROPE, la FRANCE vont etre accusés de se servir de l'Afrique comme POUBELLE mais il doit bien rester des gens capables de peser le pour et le contre dans l'interet ENFIN de la brousse...OUI JE SAIS LES DECIDEURS DORMENT DEPUIS LONGTEMPS DANS DES MAISONS EN DUR ET CLIMATISEEES Est ce leur problème? Ce n'est pas TAPE A L'OEIL, la brousse! Bon je me calme...

Bettyboop2010 | 19 juillet 2010 à 15h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Association pour la protection de l'environnement

Un sentiment de révolte et d'injustice !
Voilà ce qu'on peut ressentir devant tant d'inconscience !

Gijou | 22 juillet 2010 à 15h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Cent fois sur le métier...

Il y a plus de 10 ans que des décrets sont parus sur le sujet avec obligation de stocker sur des aires devant éviter les infiltrations et interdiction de vendre aux particuliers!...
A part le travail de quelques "mordus" de l'environnement qui ne lacheront pas leur effort auprès de leur hiérarchie, je ne vois pas ce qui pourra faire avancer le projet : Ce ne sera sans doute pas la 1ère ligne budgétaire d'une entreprise!

jps | 22 juillet 2010 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour , je souhaite vous informer que malgré toutes ces dispositions et directives le bizeness de la traverses de chemain de fer continu à tollent et utilisées par des élus nous representant auprés de l'environement . oui un agriculteur et la mairie utilisent en quantités ses traverses pour clores prairies et marais ''dans zones humide !! il es tant de réagir et faire envever ces traverses imprégnées de creosote , phenols et arcenic ccc !je méne ce combat depuis 2006 . je compte sur vous ,merci !christian

crinature | 04 décembre 2010 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais que fait on depuis ? Rien n'a bougé, c'est dégueulasse les enjeux sont financiers et on s'en moque si des populations sont malade du cancer.
Je pousse mon crie car j'habite près d'une usine de transformation ou la créosote est utilisé plein pot 3 a 4 fois par jour on a des fumées noires toxique qui sortent des cheminées 365 j/an. On les respire et elles retombent sur les sols donc s'infiltre dans les culture et les eaux de ruissellement. C'est criminel . Que faut il faire ?

espoir | 12 septembre 2014 à 15h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager