En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les députés votent une aide fiscale en faveur du chauffage des serres

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Les députés ont adopté le 18 octobre dernier un amendement au projet de loi de finances pour 2020 (PLF 2020) qui modifie les règles applicables au remboursement partiel de taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel pour les entreprises agricoles (TICGN). Le montant du remboursement correspond à la différence entre le taux nominal de TICGN et un montant que l'amendement fait passer de 0,119 à 0,54 euro par millier de kilowattheures (kWh).

Cet amendement, présentée par la députée LR Isabelle Valentin, avait été repoussé en commission mais il a reçu le soutien du Gouvernement. Adopté sans discussion, il présente plusieurs objectifs selon son exposé sommaire : « restaurer la compétitivité de la filière maraîchère en France, diminuer la dépendance aux importations de tomates venues de l'étranger (…), continuer à maîtriser le climat dans les serres pour réduire l'utilisation de produits phytosanitaires ». L'élue avait préalablement rappelé les enjeux de la filière maraîchère sous serres chauffées : une surface de 1 081 hectares, 10 000 emplois directs, une consommation d'énergie représentant le deuxième poste de charges des exploitations maraîchères, une utilisation du gaz naturel comme combustible principale dans 77 % des surfaces de serres, une énergie moyenne consommée de 317 kWh par mètre carré de serre.

La Confédération paysanne dénonce « un cadeau fiscal mal venu ». « La production de légumes de contre-saison, qui bénéficie actuellement d'une aide à l'utilisation de gaz naturel plafonnée à 20 000 euros tous les trois ans, pourrait désormais toucher environ 25 000 euros par hectare tous les ans, pour avoir utilisé cette énergie fossile », décrypte le syndicat qui défend une agriculture paysanne. Ce déplafonnement, qui profiterait aux plus grandes exploitations et dont le coût se situerait entre 10 et 15 millions d'euros par an, « entre en contradiction avec l'engagement du Gouvernement d'accompagner les filières pour sortir de leur dépendance aux niches fiscales défavorables à l'environnement », pointe la confédération. Et de réclamer la réorientation de ce soutien vers « des techniques alternatives au chauffage pour produire des légumes sur nos territoires (serres froides, isolation de serres…) en adéquation avec les aspirations des citoyens ».

Réactions4 réactions à cet article

 

Tiens, encore un amendement adopté sans discussion... ! Cela devient une marque de fabrique !
Ce positionnement n'a rien de bien étonnant : comment des élus qui s'épanouissent totalement hors sol pourraient avoir les pieds sur terre et appréhender correctement les enjeux et la réalité de la demande de la véritable paysannerie et d'une part croissante de la population qu'ils sont censés représenter ? En dehors du sempiternel leitmotiv "restaurer la compétitivité..." mis à toutes les sauces, point de propositions de leur part !

Pégase | 22 novembre 2019 à 14h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@PAcgase
D'accord avec vous avec un bémol, c'est que les modalités de la concurrence (notamment telle qu' "encadrée" par l'Union Européenne) place les pouvoirs publics devant un choix: soit remettre en cause frontalement la "concurrence libre et non faussée" pour pouvoir protéger les pratiques agricoles (ou pas d'ailleurs..) les plus vertueuses, soit courir après une compétitivité mortifère pour le climat.
Quand on connait qui sont et d'où viennent celles et ceux qui nous dirigent (mais que "nous" avons élus...), pas étonnant qu'ils optent avec constance pour la seconde solution....

adjtUAF | 25 novembre 2019 à 09h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et zou, encore un amendement adopté sans discussion qui va augmenter notre production de gaz à effet de serre. Quelle sensibilité environnementale dans ce gouvernement, j'en suis ému...

dmg | 25 novembre 2019 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est ceux qui ont investis dans des chaudières biomasse ou géothermiques qui vont être contents... Ils auraient mieux fait de rester au gaz sans s’embêter !
Sinon, si on veut privilégier les productions locales, il existait le dispositif de l'éco-taxe poids lourds, qui en renchérissant un peu le transport donnait un petit avantage aux producteurs Français, en tout cas quand ils vendent en France.
Bon, les lobbys agro-alimentaires et agricoles (bonnets rouges, merci C. Troadec...), on réussit à faire reculer S. Royal là dessus, et maintenant ils pleurent la compétitivité des serres autours de Brest.
Donc, en résumé, une nouvelle subvention aux énergies fossiles !

Seb | 28 novembre 2019 à 17h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager