En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des chercheurs de l'Inra démontrent le lien entre conflits d'intérêts et études favorables à l'industrie OGM

Des scientifiques de l'Inra ont analysé la recherche sur les OGM. Les conflits d'intérêts y sont répandus, selon les auteurs. Or, le phénomène augmente de 50% les probabilités que le résultat soit favorable aux intérêts de l'industrie OGM.

Agroécologie  |    |  Guillaume Krempp Actu-Environnement.com

De l'eau ou de l'huile sur le feu ? Seules les réactions des politiques et de l'industrie des semences OGM nous diront ce que constitue l'étude menée par trois chercheurs de l'Inra, publiée le 15 décembre. Les scientifiques ont travaillé sur l'influence des conflits d'intérêts dans la recherche sur l'efficacité et la durabilité des semences génétiquement modifiées. Ils se sont tout particulièrement penchés sur la littérature liée à la modification génétique Bt, connue pour ses propriétés herbicides. Le sujet est inflammable, en particulier en Europe, où la controverse est régulièrement alimentée. A cet égard, cette publication comble un étonnant manque de réflexions scientifiques sur une question pourtant cruciale : à quel point la recherche académique est-elle influencée par les conflits d'intérêts ? Les chercheurs n'ont en effet relevé que deux études tentant de répondre à cette question. Il s'agissait ainsi de combler un vide scientifique face à une problématique toujours d'actualité.

Des conflits d'intérêts dans 40% des études

Relever les conflits d'intérêts au sein de la recherche sur les semences OGM est un travail plus complexe qu'un simple inventaire. Car les liens entre industriels et recherche sont plus nombreux que le laissent croire les seules déclarations de conflits d'intérêts. Ces dernières étaient présentes dans 7% des 672 études analysées alors que les scientifiques de l'Inra ont recensé des conflits d'intérêts dans 40% des cas. Un constat à relativiser : les chercheurs ont ici considéré comme source de conflits d'intérêts le financement de l'étude par des entreprises de semences OGM. Or, près d'un tiers de la recherche est supportée financièrement par ces acteurs économiques.

Après avoir établi les catégories de conclusions "favorables", "neutres" et "non-favorables" aux intérêts de l'industrie OGM, les auteurs de l'étude se sont penchés sur deux domaines de la recherche : l'efficacité et la durabilité de l'OGM Bt. Au sein du premier champ d'étude, les chercheurs ont ainsi relevé 17 études "non-favorables" et exemptes de conflits d'intérêts contre 81 conclusions "favorables" issues d'analyses concernées par un conflit d'intérêts. Sur la durabilité des semences OGM, les scientifiques ont dénombré deux fois plus de rapports "non-favorables" en l'absence de conflits d'intérêts (83) que de rapports "favorables" en présence de conflits d'intérêts (42). D'où les conclusions de l'étude : les conflits d'intérêts augmentent la probabilité de conclusions "favorables" de 26% pour les articles sur l'efficacité et de 50% pour les recherches sur la durabilité des OGM. Le traitement statistique de l'étude aboutit au résultat général suivant : la fréquence de résultats "favorables" aux intérêts de l'industrie des semences OGM augmente de 49% lorsqu'il y a conflit d'intérêts.

Les chercheurs font leur auto-critique

Les auteurs de l'étude admettent que cette analyse mérite d'être élargie à d'autres types de conflits d'intérêts puisque seuls ceux d'ordre professionnel ont été analysés. De même, les conflits d'intérêts non-financiers, d'ordre politique, idéologique ou religieux n'ont pas été pris en compte. Enfin, une telle étude attend encore d'être réalisée sur le lien entre recherche académique et organisations non-gouvernementales.

Les chercheurs ont notamment anticipé certaines critiques. Ils admettent que la corrélation forte entre conflit d'intérêts et conclusions "favorables" pourrait être renforcée par le fait qu'une entreprise de semences OGM peut a posteriori retirer la mention de son financement si l'étude en question a donné des résultats "non-favorables". Inversement, il est possible que les universitaires mentionnent des co-auteurs issus d'entreprises seulement lorsque leurs conclusions sont "favorables" à l'industrie OGM.

A ces critiques formulées par les auteurs de l'étude s'ajoutent celles d'Alain Deshayes, président de l'Association française des biotechnologies végétales (AFBV). Cet ancien directeur de recherches à l'Inra, qui fût notamment directeur-adjoint du centre de recherches de Nestlé France, estime que "sur le plan scientifique, c'est un très mauvais article". Dans la distinction entre conclusions "favorables", "neutres" et "non-favorables", M. Deshayes observe "un biais idéologique fondamental". Enfin, le membre fondateur de l'AFBV estime que ces catégories, construites à partir des titres et des résumés des recherches, ne sont pas solidement établies.

Des mesures préconisées

Alain Deshayes partage en revanche les mesures préconisées pour mettre fin à cette influence de l'industrie sur la recherche académique. Il serait tout d'abord nécessaire, selon les auteurs, de rendre obligatoire les déclarations de conflits d'intérêts. De même, les scientifiques de l'Inra proposent de mettre en place un fonds d'investissement indépendant dans la recherche sur les OGM. Gouvernements, ONG et industriels contribueraient tous à ce fonds. Ainsi pourraient disparaître les liens financiers directs entre science et intérêts économiques ou politiques. Le président de l'AFBV approuve cet objectif "depuis plus de 20 ans" en admettant l'erreur des scientifiques et de l'industrie au sujet des OGM : "Là où on a échoué en France et en Europe, c'est qu'on a tenté de faire passer ça comme quelque chose d'anodin".

Réactions4 réactions à cet article

 

Répandre à outrance, c'est une pratique bien connue de nombreux agricultueurs.

Quelle est la position officielle de la FNSEA sur les OGM ?

Sagecol | 22 décembre 2016 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sagecol,

Entre la position officielle de la FNSEA et l'avis de Xavier Beulin, président du syndicat agricole, sur les OGM , il peut y avoir une différence, mais probablement mince: interrogé par BFM TV le 26 février 2016 sur la culture OGM, Xavier Beulin a indiqué ne pas être hostile à l'idée d'introduire des cultures OGM en France, estimant qu'elles pouvaient être synonymes de progrès pour les agriculteurs.
Au cours des dernières années, la FNSEA a notamment plaidé pour un débat plus "ouvert" sur ce sujet.

Cordialement,

Guilllaume Krempp

La rédaction | 22 décembre 2016 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai entendu l'auteur de cette étude, Monsieur Guillemaud, sur les ondes lundi midi. Il ne donne absolument pas la conclusion que les chercheurs sont des vendus prêts à falsifier la réalité, il est tout à fait conscient des limites de cette étude.
Pour faire court, ce que vous appelez "conflits d'intérêts", ce sont les articles où le financement par un industriel semencier ou fournisseur d'intrants est rappelé dans l'article (moins de 7% des articles).
Monsieur Guillemaud cite lui-même l'exemple d'études financées par un industriel mais dont les résultats ne lui sont pas favorables. Très souvent l'industriel financeur demande de ne pas apparaître dans l'article. Pas étonnant à l'arrivée que quand un financeur est cité dans l'article les résultats sont favorables à ses intérêts.
Je m'étonne que les études financées par des entreprises ayant intérêt à entretenir le doute (la distribution en particulier), par le lobby écolo ou même par les fonds publics orientés par des politiques sensibles au sens du vent médiatique ne bénéfient pas du même type d'étude. Les résultats seraient à coup sûr encore plus marqués. Deux exemples:
Plusieurs études ont montré que la biodiversité des insectes , vers etc était beaucoup plus riche sous les cultures OGM Bt que sous les cultures classiques (avec insecticides). Est-il envisageable que des crédits publics puissent financer une contre-expertise? Non, c'est inenvisageable car la probabilité de résultats favorables aux OGM Btest trop importante

VD69 | 22 décembre 2016 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Suite...

Deuxième exemple. Il n'est pas strictement dans le domaine de Monsieur Guillemaud il est sur les OGM RR (RoundUp Ready).
L'étude de Séralini qui a fait fait tant de mousse, était financée à hauteur de 3 millions d'euros (dix fois le budget habituel d'une telle étude...) essentiellement par la grande distribution Carrefour, Auchan, Casino dont l'objectif affiché est d'entretenir le doute sur les OGM pour justifier de marges importantes sur les produits "sans OGM", ces distributeurs n'apparaissent pas dans les remerciements dans l'article. L'autre grande partie du financement l'est par des associations écolo (CERES, Leopold Mayer, CRIIGEN ) remerciées et par le ministère français de la Recherche, lui aussi remercié, CAP21 n'est pas remercié, ni Corine Lepage.
Séralini déclare la main sur le coeur "that there are no conflicts of interest". Ce qui ne l'a pas empêché de bidouiller à outrance les résultats de son étude et de les négocier en post prod avec le Nouvel Obs.
D'après les critères de Monsieur Guillemaud cette étude ne fait pas apparaître de "conflit d’intérêt"...

VD69 | 22 décembre 2016 à 12h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager