Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

MON810 : le gouvernement n'a pas convaincu les organisations agricoles opposées à la culture d'OGM

Agroécologie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Reçues vendredi 13 janvier par des représentants des ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie, la Confédération paysanne, l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) et la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP) "[ont] fait part de [leurs] craintes de voir réapparaître du MON810 dans les champs en 2012".

Les trois organisations ont demandé au gouvernement de prendre "une interdiction immédiate de cession et de culture". Pour appuyer cette demande, elles ont présenté "des éléments techniques et juridiques afin de renforcer la solidité de l'interdiction".

Le ministère de l'Ecologie a émis un communiqué à l'issue de la réunion indiquant que "le gouvernement maintenait son opposition à cette culture et que la culture du MON810 resterait donc interdite en France en 2012". Des propos qui n'ont pas rassuré les organisations agricoles "sur la réelle volonté politique du gouvernement, dans son ensemble, de mettre en place une interdiction solide pour l'année 2012".

Règles de coexistence

En effet, elles observent des "signaux contradictoires" : d'un côté les représentants des ministères ont réaffirmé leur volonté de prendre une clause de sauvegarde et de l'autre elles "[observent] une précipitation du gouvernement dans l'adoption des règles de coexistence indispensables à la culture d'OGM en 2012".

"Entre un hiver particulièrement doux et une volonté affirmée de certains maïsiculteurs de semer des OGM le plus tôt possible, il est probable que des semis soient réalisés de façon précoce", avancent les organisations, ajoutant que "les producteurs d'OGM ont déjà annoncé une action en référé en s'appuyant sur la décision du Conseil d'Etat de novembre dernier : une suspension qui interviendrait avant le mois de mai permettrait encore de semer du MON810".

Réactions3 réactions à cet article

 

Les Français et les Européens ne veulent pas d'OGM, mais Monsanto a des moyens financiers convaincants auprès des autorités.

jeans | 16 janvier 2012 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Démocratie ou lobby de Monsanto ?
Personne ne veut d'OGM alors comment se fait il que nous laissions des guignols faire en sorte que ces produits inutiles soient encore en circulation en France. Que fait l'Etat dans ce domaine, mis à part de la parade et des beaux discours?

arthur duchemin | 17 janvier 2012 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

l'europe na pas besoin de monsanto pour ne pas accepter des argument anti OGM complétement bidon .
Arreté d'insulter des personnes qui n'accepte simplement pas que l'on se foute de leurs têtes avec des fait scientifique completement détourner des réalités.
OK pour la démocratie mais stope à la betise populaire.

yanquirigole | 18 janvier 2012 à 09h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

EcomZen 2 / EcomLite 2 : stations connectées pour la surveillance de la QAI Pollutec 2021