En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : l'ONG Oxfam dénonce la responsabilité des pays riches de l'OCDE

02 décembre 2015
Spécial COP - Retrouvez toute l'actu Cet article vous est offert par Citae

Les 10% des habitants les plus riches du monde émettraient environ 50% des gaz à effet de serre (GES), dénonce ce 2 décembre l'ONG Oxfam dans un rapport publié à l'occasion de la Conférence Paris Climat (COP 21). Or, la moitié la plus pauvre de la population mondiale, soit les 3,5 milliards de personnes les plus menacées par le changement climatique (tempêtes, sécheresses et autres phénomènes extrêmes), ne seraient responsables que de 10% de ces émissions.

Ce rapport porte sur les émissions de CO2 directement liées à la consommation individuelle, et prend en compte les produits importés. Il "dément l'idée reçue" selon laquelle la responsabilité du changement climatique incombe "principalement" aux pays en développement, indique l'ONG. Même si certaines économies émergentes telles que la Chine, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud ont des "émissions élevées et en rapide progression", les émissions liées au mode de consommation des habitants les plus riches dans ces pays "restent bien plus faibles que celles de leurs équivalents dans les pays riches de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)".

La moyenne des émissions par habitant pour les 10% les plus riches est 11 fois plus élevée que la moyenne des émissions pour les 50% les plus pauvres, précise Oxfam. Tandis que le total des émissions pour les 10% les plus riches est près de cinq fois plus élevé que le total des émissions des 50% les plus pauvres.

Une personne faisant partie des 1% les plus riches au monde "génère en moyenne 175 fois plus de CO2 qu'une personne se situant dans les 10% les plus pauvres", selon l'étude. Un Américain parmi la moitié la plus pauvre de la population de son pays génèrerait quant à lui en moyenne "vingt fois plus d'émissions que son pendant indien".

"Il faut enrayer les inégalités extrêmes d'émissions de CO2. L'accord doit préserver la possibilité de contenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C grâce à une révision régulière des réductions d'émissions et doit mobiliser les financements nécessaires pour aider les populations les plus pauvres et les plus vulnérables à s'adapter au changement climatique", a déclaré Tim Gore, responsable des politiques climat à Oxfam France. L'ONG réclame également que l'accord de Paris "reconnaisse la nécessité de faire face aux pertes et dommages causés par les effets du changement climatique auxquels il est impossible de s'adapter".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager