Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le CODEVI est remplacé par le livret de développement durable

Les textes qui mettent en œuvre le nouveau livret de développement durable ont été publiés au Journal officiel. Ce livret absorbe le CODEVI, dont le plafond des dépôts est relevé de 4.600 euros à 6.000 euros.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Les textes réglementaires permettant la transformation du CODEVI en Livret Développement Durable (LDD), de manière rétroactive à partir du 1er janvier 2007 viennent d'être adoptés. Ils ont été publiés le 8 février 2007 au Journal officiel*.

La mesure avait été annoncée en octobre par Dominique de Villepin. Absorbant l'ancien CODEVI, avec un plafond remonté de 4 600 € à 6 000 €, ce livret accueillera une épargne liquide et rémunérée à 2,75 % actuellement, comme le livret A qu'il sera possible d'accumuler de façon défiscalisée. Les intérêts ne sont en effet pas imposables. Le décret précise que les intérêts de ces dépôts supplémentaires seront calculés à compter du 1er janvier et non du 8 février.

L'épargne défiscalisée ainsi accumulée sera utilisée par les banques pour les PME et pour des prêts aux particuliers et aux copropriétés afin de réaliser des investissements favorables à l'environnement. Il pourra par exemple s'agir de prêts pour financer des chaudières à condensation, des panneaux solaires, des pompes à chaleur…

Un arrêté également publié le 8 février précise que les sommes récoltées sur le LDD serviront, en partie, à financer des crédits pour les travaux d'économies d'énergie. Ils devront être réalisés dans l'ancien ou le récent de plus de deux ans. Seules les résidences principale ou secondaire sont concernées. La liste des travaux éligibles à ce crédit est précisée dans cet arrêté.

Le ministre de l'Économie, des finances et de l'industrie, Thierry Breton qui relève que beaucoup de Français ont été sollicités par leur banque à ce sujet, se réjouit de l'intérêt marqué par les épargnants, par les emprunteurs et par les établissements de crédit pour les nouvelles dispositions prises. Elles témoignent de la capacité de notre pays à concilier une politique d'épargne dynamique, orientée vers le financement de l'économie et les objectifs de durabilité du développement économique, souligne dans un communiqué le Ministère de l'Économie.
Dès 2007, 1 milliard d'euros au minimum devrait ainsi être prêté par les banques pour des utilisations orientées environnement, estime Bercy.

La Ministre de l'écologie et du développement durable, Nelly Olin a quant à elle tenu à rappeler que les émissions résidentielles et tertiaires de gaz à effet de serre responsables du changement climatique, représentaient 23 % des émissions françaises en 2004, en augmentation de plus de 10 % par rapport à 1990 et qu'il convenait de ce fait de développer les efforts en matière de réduction de la consommation énergétique des logements, dans l'intérêt même de leurs occupants.

Pour Nelly Olin, ce livret développement durable permettra à l'image de ce qui se pratique dans certains pays d'Europe du nord d'impliquer les citoyens comme contributeur à la protection des ressources naturelles et des biens publics. Il a vocation à s'étendre à d'autres investissements domestiques (récupération des eaux de pluie) ou a la gestion de la biodiversité.

Réactions2 réactions à cet article

 
pourquoi je n'y épargnerai pas...

...parce que j'ai trop peur que les gouvernants utilisent mon épargne au service du nucléaire.
Trop peu d'honêteté sur cette source d'énergie.
Trop d'intérêts géopolitique, où la conscience humaine s'efface derrière la concurrence.
Je préfère donner cet argent aux ONG que risquer de financer (encore plus) le nucléaire.
Trop peur que mes petits enfants me regardent comme nous regardons mon grand-père, qui a peut-être été Collaborateur. Trop envie de faire tout ce que je peux pour essayer d'être un mec bien. Sur les choses très dangereuses, je veux être être très prudent. J'assume en consommant le moins d'électricité possible.
Plutôt mourir jeune que risquer (davantage) d'irradier mes descendants. J'ai reçu la vie de milliers de générations qui me l'ont transmise en état de marche. Pourquoi je risquerai consciemment d'être le maillon faible ? Parmi des milliers ! Pourquoi moi j'aurai trop peur du froid, du noir, de la maladie, trop envie de vivre vieux pour respecter les jeunes ? Cauchemardesque. Pas moi.
Si on lève les secrets d'état sur le nucléaire, je mettrai de l'argent sur ce livret (sourire).

gewurtz | 16 février 2007 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La part d'épargne pour le développement durable

Un petit complément sur l'article. Il est utile de savoir que c'est cette fraction supplémentaire d'épargne sur le livret LDD (de 4600 à 6000 Euros) qui est dédiée au développement durable. L'autre fraction d'épargne du livret servant toujours à financer les PME (de 15 à 4600 Euros) comme l'ancien Codevi.

Rick | 20 avril 2009 à 13h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XPERT : analyseur RoHS pour le contrôle des produits de consommation Olympus France