En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Expérimentation animale : la Commission de l'agriculture du Parlement vote le projet de directive

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
La commission de l'agriculture du Parlement européen a approuvé le 12 juillet un accord avec le Conseil de l'UE en deuxième lecture sur le projet de nouvelle directive visant à limiter l'expérimentation animale.

Ce projet vise à remplacer et durcir la directive de 1986 pour limiter l'expérimentation animale sur tous les vertébrés. Le texte prévoit notamment que ''les expérimentations animales soient remplacées, dans toute la mesure du possible, par une méthode de substitution scientifiquement satisfaisante''. Il demande également que ''la douleur et la souffrance infligées aux animaux soient réduites au minimum''. Seuls les tests ''utilisant des méthodes d'abattage qui causent le moins de douleur ou de détresse, tout en fournissant des résultats scientifiquement satisfaisants, seront agréés'', soulignent les eurodéputés. La nouvelle législation introduira des catégories de souffrance infligées lors d'un essai (sans réanimation, légère, modérée ou sévère).

L'utilisation d'animaux ne pourra donc être réalisée que pour les expériences ayant pour but de faire avancer la recherche sur l'homme, les animaux ou les maladies (cancers, scléroses multiples, maladie d'Alzheimer…), ''le contrôle des drogues et la préservation des espèces, mais aussi pour l'enseignement supérieur et les enquêtes médico-légales''. Une clause de sauvegarde a également été introduite. Les gouvernements nationaux conservent la possibilité de déroger à ces règles, mais seulement pour des raisons ''exceptionnelles et scientifiquement justifiables et après en avoir informé la Commission et les autres États membres''.

Les expériences sur des grands singes tels que les chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans et les bonobos, seront interdites. Mais des exceptions peuvent être tolérées lorsqu'elles seront scientifiquement indispensables (survie de l'espèce ou affection clinique invalidante ou mortelle chez l'homme). Enfin, les eurodéputés ont souligné la nécessité de contrôler les organismes qui réalisent des expériences scientifiques utilisant des animaux. Les gouvernements nationaux devront s'assurer que les inspections seront effectuées sur au moins 33% des laboratoires utilisant des animaux, dont ''certaines devraient être inopinées''. La Commission serait également chargée de contrôler les autorités nationales d'inspections.

Le texte sera examiné en septembre au Parlement, en séance plénière, puis retransmis au Conseil de l'UE. Les États membres auront deux ans pour transposer la nouvelle directive.

Selon la Commission, environ 12 millions d'animaux sont utilisés chaque année à des fins expérimentales dans l'UE pour des tests de sécurité et pour la recherche biomédicale. Les tests sur animaux pour les produits cosmétiques, à l'exception des tests de toxicité de longue durée seront bannis en 2013 dans l'UE.

Réactions2 réactions à cet article

 
ignorance humaine

Plus aucune expérience sur l'animal ne devrait exister!!!comment peut-on concevoir que, d'un coté, les médicaments conçus suivant les expériences sur les animaux,ces mêmes médicaments ne doivent pas être administrés aux animaux!!!!!de toutes les manières, à cause de la folie des "humains" qui méritent ces maladies de plus en plus répandues, suite à leur totale inconscience, leur égoisme, et leur peu de respect envers l'univers tout entier!! Les chercheurs dans leur orgueil, croient tout savoir, mais vu les résultats, on peut en douter!! car lorsqu'ils croient avoir trouvé le remède pour une maladie spécifique, quelques années après une autre maladie se propage et ainsi de suite!!! ce sont les CAUSES des maladies qu'il faut combattre, et celles ci on les connait, l'incommensurable bétise humaine envers la nature, et le non respect de toute chose vivante!!!!

bastacorr | 15 juillet 2010 à 08h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les inspections dans les laboratoires

Quel est l intérêt pour l application de la directive de faire des contrôles en prévenant les laboratoires à l avance ?

Pourquoi les contrôles ne sont pas tous inopinés ?

lilarot | 17 juillet 2010 à 15h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager