Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Commission européenne renforce le réseau Natura 2000

La Commission a adopté aujourd'hui quatre décisions qui étendent considérablement le réseau Natura 2000 à 4.255 nouveaux sites d'importance communautaire représentant une superficie totale d'environ 90.000 km2 dans quatre régions biogéographiques.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Pièce maîtresse de la politique de l'UE en matière de protection de la nature et de préservation de la biodiversité, Natura 2000 est un ensemble de sites naturels, identifiés à travers toute l'Europe pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales et de leurs habitats. Ce réseau a pour objectif de contribuer à préserver la diversité biologique sur le territoire de l'Union européenne en assurant le maintien ou le rétablissement dans un état de conservation favorable des habitats naturels et des habitats d'espèces de la flore et de la faune sauvage d'intérêt communautaire. Il se compose de zones spéciales de conservation (ZSC) désignées par les États membres en application de la directive «habitats» (92/43/CEE) ainsi que de zones de protection spéciale (ZPS) désignées au titre de la directive «oiseaux» de 1979 (79/409/CEE).

Afin de renforcer l'action du réseau Natura 2000, la Commission européenne vient d'adopter quatre décisions qui étendent considérablement le réseau en y ajoutant 4.255 nouveaux sites d'importance communautaire représentant une superficie totale d'environ 90.000 km2 soit l'équivalant de la superficie du Portugal. Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l'environnement, s'est félicité des progrès notables accomplis pour compléter le réseau et s'est réjoui de constater que les listes de l'UE intègraient pour la première fois des sites des nouveaux États membres. En effet, compte tenu des grandes variations naturelles existant dans l'UE en matière de biodiversité, la directive européenne «habitats» de 1992 à l'origine de Natura 2000 divise la Communauté en différentes régions biogéographiques : atlantique, continentale, alpine, méditerranéenne, boréale, macaronésienne (îles Canaries, les Açores et Madère) et pannonienne. Cette dernière région biogéographique couvre la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie et constitue un nouvel ajout.

Les décisions prises hier par la Commission étendent également le réseau Natura 2000 dans les régions biogéographiques atlantique, boréale et continentale, en incluant les territoires des États membres qui ont adhéré à l'UE en 2004 et en ajoutant un grand nombre de sites d'importance communautaire situés dans plusieurs «anciens» États membres, notamment la France, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie. Ces nouveaux sites complètent ainsi les propositions faites au niveau national.
La désignation de vastes zones de l'environnement marin situées au large des côtes en tant que sites d'importance communautaire, notamment plus de 8.000 km² en l'Allemagne, est également un élément nouveau.

La Commission devrait mettre à jour les listes communautaires pour les régions biogéographiques alpine et macaronésienne d'ici la fin de l'année, et la liste pour la région biogéographique méditerranéenne en janvier 2008.

Réactions1 réaction à cet article

 
Domaine de Grangeneuve

Nous sommes une association de sauvegarde de l’environnement (Adepte nature) et à ce titre nous sommes préoccupés par un projet d'aménagement lourd qui menace le Domaine de Grangeneuve situé sur les communes de Peymeinade et du Tignet dans les Alpes-Maritimes en France.
Etablissement agricole fondé vers le XIe siècle par les moines de Lérins , le Domaine de Grangeneuve nous est parvenu à travers les âges miraculeusement préservé. Bordé par la Siagne ce territoire inscrit au réseau Natura 2000 est un véritable réservoir de biodiversité, il accueille des habitats naturels et des espèces exceptionnels. Localisé entre les Préalpes de Grasse au nord et le Tanneron au sud, le site est géologiquement complexe. Son paysage remarquable, composé de prairies, de mares, de garrigues et de forêts est l'un des derniers havres naturels si proche du littoral.
Le projet d’aménagement prévoit en particulier la construction de 180 villas, d’un hôtel et la réalisation d’un parcours de golf.
La préservation de la biodiversité et l'arrêt du mitage de nos collines sont deux résolutions fortes du Grenelle de l'environnement dans notre région. Nous souhaitons vous alerter sur les risques que fait courir au patrimoine naturel et culturel de l'Europe un tel projet qui détruira irréversiblement des espaces et des espèces protégés ainsi que des témoins de notre histoire.

Adepte nature | 14 janvier 2008 à 00h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager