En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Coupe du Monde de Rugby 2007 bénéficiera d'un dispositif visant à réduire les impacts environnementaux

En vue de la Coupe du Monde de Rugby qui aura lieu en France en septembre prochain, le Comité d'Organisation, l'ADEME et la Fédération Française de Rugby ont mis au point un dispositif visant à limiter les impacts environnementaux de la compétition.

Gouvernance  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
3e événement sportif mondial, la prochaine et sixième édition de la Coupe du Monde de Rugby se tiendra en France du 7 septembre au 20 octobre prochain. 20 nations vont s'affronter en 48 matchs organisés dans 12 stades différents sous les yeux de 2,4 millions de spectateurs venus du monde entier.
Comme tout grand événement, cette Coupe du Monde va constituer une source d'impacts sur l'environnement. Selon la méthode Bilan Carbone™ de et réalisée par l'ADEME, intégrant le déplacement des spectateurs et la consommation des Téléspectateurs, elle provoquera l'émission de 570.000 tonnes équivalent CO2 dont 46.000 tonnes pour la seule organisation du tournoi. En comparaison, ce total correspond aux émissions annuelles des Iles SAMOA, pays participant à la Coupe du Monde. En outre, la totalité des matches du tournoi devrait engendrer la production de 778 tonnes de déchets dans les stades et la consommation de 4,7 GWh d'électricité soit 73.000 ampoules de 60 W allumées sans interruption pendant la compétition de 45 jours.

Par conséquent, l'ADEME et le Comité d'Organisation se sont associés pour mettre au point et déployer un dispositif visant à réduire ces impacts et profiter de cet événement pour sensibiliser tous les acteurs de la compétition mais également les spectateurs aux thématiques environnementales comme la lutte contre le changement climatique ou les déchets.

Sur le plan de la gestion de l'énergie, des diagnostics ont été réalisés dans la plupart des stades d'accueil. Les résultats obtenus doivent permettre de réduire les consommations d'énergie par la mise en oeuvre de plans d'actions sur chacun de ces sites. Certains stades ont déjà choisi de s'équiper d'installations solaires : celui de Saint-Etienne possède désormais 2.600 m2 de panneaux photovoltaïques raccordés au réseau qui produiront près de 205.000 kWh tandis que le Centre National de Rugby de Linas-Marcoussis a installé des panneaux solaires thermiques. Le Stade de France® a de son côté lancé une étude de faisabilité relative à l'installation d'équipements solaires dont les résultats ne sont pas encore connus.

Au niveau des transports, le Comité d'Organisation a privilégié le rail pour assurer les nombreuses liaisons sur le territoire français notamment pour le transport des joueurs et des délégations. Cette mesure, comparée à des déplacements par route, devrait faire économiser 1.000 tonnes équivalent CO2. En région parisienne, les véhicules qui transporteront les invités officiels de la Coupe du Monde utiliseront du carburant contenant 30% de biodiesel. En complément, les conducteurs des véhicules sous la responsabilité du Comité d'Organisation ont suivi un module de formation spécifique incluant les conseils pour une conduite plus sûre et plus économe. La promotion des modes de transport « doux » sera également recherchée pour faciliter l'accès aux stades : il est par exemple prévu d'installer un parking à vélo à Marseille.

Par ailleurs, le Comité d'Organisation a travaillé à la collecte sélective des déchets dans les stades qui sera effective dès la Coupe du Monde sur quelques sites et pérennisée après l'événement. Les Villes Hôtes ont également travaillé sur la récupération des déchets et la propreté des centres villes à l'occasion des projets d'accompagnement qu'elles réalisent.

Mais l'ADEME mise surtout sur cet événement pour sensibiliser de nombreux citoyens à l'éco-responsabilité. Le Comité d'Organisation a intégré en interne les principes promus dans le programme environnement en formant les 6.000 volontaires à la thématique environnementale. De plus, un engagement portant sur le respect de l'environnement dans les pratiques et comportements des compétiteurs durant le tournoi sera officiellement signé par l'ensemble des délégations participantes.
Une série d'affiches humoristiques va également proposer aux spectateurs de se faire accompagner dans leurs gestes de tous les jours par des joueurs de rugby transformés en conseiller. Enfin, un « Passeport de l'éco-supporter », parrainé par le capitaine du XV de France, Raphaël IBANEZ, proposera des réponses simples aux citoyens pour agir concrètement pour la protection de l'environnement.
Tous les documents édités à l'occasion de la Coupe du Monde de Rugby seront imprimés avec des encres à bases végétales et en utilisant du papier issu de forêts gérées durablement, chez un imprimeur Imprim'Vert.

Avec tout ce dispositif l'ADEME et le Comité d'Organisation espère que cette Coupe du Monde de Rugby 2007 laissera une empreinte formidable dans les esprits mais pas sur la Planète.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…