Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Mine d'or en Guyane : la société Gold'or est condamnée en appel

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Mine d'or en Guyane : la société Gold'or est condamnée en appel

Le 24 février, la Cour d'appel de Cayenne a confirmé la condamnation de la société Gold'or à une amende de 100 000 euros avec sursis et 1 euro symbolique au titre du préjudice écologique pour des faits de pollution. L'association Guyane nature environnement, partie civile dans ce dossier, a annoncé ce verdict. Gold'or a été condamnée en décembre 2020 par le tribunal correctionnel de Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane) pour avoir pollué, en juillet 2018, la crique Kokioko, sur la commune de Mana.

La société devra aussi verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Guyane nature environnement, l'Office national des forêts (ONF) et France nature environnement qui se sont aussi portés parties civiles.

« La confirmation de ce jugement en appel est un signal fort, qui invite à la plus grande prudence quant au respect des normes environnementales dans le secteur minier. A l'avenir, face à une telle négligence, on doute fortement de la capacité de ces gérants à exploiter une mine industrielle sans risque », déclare Garance Lecocq, coordinatrice de Guyane nature environnement. Cette décision « reste historique en matière d'extraction aurifère en Guyane ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Décision de justice en appel importante effectivement, même si l'euro symbolique "au titre du préjudice écologique pour des faits de pollution" est choquant par sa portée ridicule (ces sociétés prédatrices se fichent bien pas mal des symboles, elles qui ne connaissent que le rapport de force de l'argent). Et une victoire éclatante pour les parties civiles de l'affaire, qui ont le courage de se battre contre des industriels sans scrupules.
Reste néanmoins tout le volet de l'orpaillage clandestin, bien plus diffus, particulièrement dommageable à l'environnement et aux populations autochtones et extrêmement compliqué à appréhender.

Pégase | 28 février 2022 à 09h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XPERT : analyseur RoHS pour le contrôle des produits de consommation Olympus France