Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'état d'urgence sanitaire voté, le plan de transformation de la société repoussé

MAJ le 24/03/2020

Députés et sénateurs ont voté en urgence le texte confiant des pouvoirs exceptionnels à l'exécutif. Mais l'opposition manifeste son inquiétude à la fois sur la mise entre parenthèse de la démocratie et l'absence de remise en cause du système actuel.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
L'état d'urgence sanitaire voté, le plan de transformation de la société repoussé

C'est un parcours express qu'a effectué la loi d'urge...

Réactions7 réactions à cet article

 

Ne nous faisons pas d'illusions: si les citoyens ne s'emparent pas du gouvernail pour changer de direction, il ne se passera strictement rien au sortir de cette crise, à part les habituels discours ronflants mais sans lendemain, domaine dans lequel le "nouveau monde" surpasse largement l'ancien!
Rappelez-vous de la crise financière de 2008-2009 et des déclarations martiales de "gauche" ou de droite vouant aux gémonies un capitalisme libéral qui venait de démontrer toute sa nuisance. On sait ce qu'il en advenait par la suite: business as usual...

adjtUAF | 24 mars 2020 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher adjtUAF,

La loi du 23 mars 2020 pour faire face à l'épidémie de coronavirus a été votée par les représentants des citoyens. Libre à chacun de la trouver inadaptée, liberticide, contraignante à l'excès, ou au contraire insuffisante, ceci ne change rien à sa puissance.

Voici mon avis:

Il est indiscutable que la dégradation des secteurs de l'économie est certes préoccupante, mais le reprise économique ne pourra se faire qu'après la fin de l'épidémie. Il convient donc, en priorité absolue, de se mettre en mesure de la juguler (tout en maintenant hors de l'eau les secteurs économiques les plus essentiels et les plus en danger), et de très vite se mettre en capacité matérielle de procurer, à un nombre croissant de personnes contaminées et malades, les soins médicaux d'excellence qui leurs sont dus, quel que soit le niveau de gravité de leur état et quel que soit leur âge - ceci est une obligation morale, légale et déontologique.

Ainsi:
- Les mesures d'isolement, de confinement et de protection individuelle des personnes atteintes ou non atteintes sont nécessaires et salutaires, la maladie étant très contagieuse (tout épidémiologiste le sait).

- Les traitements les plus efficaces devraient être instaurés chez les patients testés "covid -19+" et présentant des signes cliniques d'appel même bénins, ceci dès l'apparition de ces symptômes et sans attendre, afin de contrecarrer les complications graves de nature bactérienne (pneumocoque, haemophilus, etc ).

(...)

Euplectes | 24 mars 2020 à 16h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah,Ah,Ah! Qu'est ce que je disais dans un précédent mail ? Mais oui , c'est sans espoir. Et puis il est bien pratique ce petit virus pour pouvoir gouverner en tyran. Make our planet great again! Avec un peu de chance tous ces tartuffes vont l'attraper.

gaïa94 | 24 mars 2020 à 16h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)

Car bien des patients atteints par le coronavirus s'aggravent et décèdent le plus souvent d'une pneumonie. La pneumonie peut-elle être due au seul virus? Oui, mais pas toujours et de loin: des bactéries "opportunistes", parmi lesquelles le fameux et redoutable pneumocoque (mais pas que lui), peuvent profiter de l'affection virale première pour contaminer et infecter les poumons. L'affirmation, par prélèvement bactériologique, d'une telle infection bactérienne surajoutée est difficile, mais l'absence de preuve ne doit pas constituer, ici, la preuve de l'absence, en raison du sombre pronostic né de la présence concomitante du virus et de la bactérie. C'est ce qui a fait dire - et fait dire - à des spécialistes en infectiologie: "Ce n'est pas le virus qui tue, mais la pneumonie".

Les traitements par antiviraux, associés ou non à l'interféron, feront-ils la preuve de leur efficacité A COURT TERME (études actuelles de l'INSERM)? Nous le souhaitons. Mais je doute fortement de leur efficacité sur la pneumonie bactérienne.

Dans ces conditions, et en attendant, il y aurait lieu de faire grand cas des bons résultats de l'expérimentation récente menée par M. le professeur R... au CHU de Marseille sur 24 patients "covid +" présentant les premiers signes cliniques de la maladie. Le traitement administré était l'association d'hydroxychloroquine (un antipaludique) avec l'azithromycine (un antibactérien). J'apprends aujourd'hui qu'un test à grande échelle a été engagé.

(...)

Euplectes | 24 mars 2020 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)

En somme, je pense et me permets de suggérer que, pour ce cas d'urgence manifeste d'une épidémie virale de grande contagiosité et d'évolution rapide qui peut être fatale, il serait bon de décloisonner l'arsenal thérapeutique en notre possession:

- Tester l'efficacité significative d'un antipaludique (l'hydroxychloroquine) sur une maladie virale (le coronavirus);

- Tester l'efficacité significative d'un ou de plusieurs antibactériens (dont l'azythromycine) sur la prévention des complications bactériennes dont la maladie virale fait le lit;

- Tester, à plus grande échelle, l'efficacité significative de l'association antipaludique-antibiotique pour traiter précocement et guérir les malades du coronavirus, quels que soient le stade de l'évolution de la maladie, les affections dont ils sont atteints par ailleurs, et leur âge.

L'antibiothérapie préventive n'est pas à la mode. Mais si gouverner c'est prévoir, soigner et guérir est aussi prévoir et les décideurs de toute discipline devraient pouvoir souffrir, vu l'urgence et au nom de la précaution, cette exceptionnelle entorse aux canons de la thérapeutique.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 24 mars 2020 à 17h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non moins cher Euplectes (visiblement en manque d'activités durant ce confinement...),
N'étant ni virologue, ni pas même médecin, je me garderai bien d'alimenter les discussions de café du commerce sur la gestion de cette crise sanitaire, de même que je me garderai de faire la leçon au gouvernement en la matière (même si là, je vous avoue, ça me démange un peu...).
J'affirme simplement qu'au sortir de cette crise, il ne se passera strictement.....RIEN, comme au sortir des précédentes, contrairement à tout ce que cherche à nous faire gober les gouvernants actuels.

adjtUAF | 24 mars 2020 à 18h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait d'accord avec vous Euplectes mais les lois du marché préféreraient vacciner la terre entière plutôt que de fournir cette molécule d'hydroxychloroquine connue depuis belle lurette , facile à fabriquer et pas chère.
Et si on pensait "en même temps" à ce qui nous a mené là ? Parce que toute cette pandémie vient de nos modes de vie , de consommation, de déplacement et du non respect de la Planète (quelle idée de consommer des pangolins ! Si tant est que ce virus vient bien de cette bestiole...ce qui reste à prouver) La grippe aviaire a été initiée dans les pays asiatiques par des élevages concentrationnaires épouvantables; l 'ébola vient de la consommation d'animaux sauvages en Afrique notamment des singes! A force de faire n'importe quoi, il arrive n'importe quoi: et maintenant on se rend compte que les virus surfent sur la pollution atmosphérique, il faut dire qu'à ce niveau là, nous sommes servis. Quand l'être humain va t-il se responsabiliser?

gaïa94 | 24 mars 2020 à 23h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Portique de détection de la radioactivité dans les déchets - GammaScan®eV4 BERTHOLD FRANCE SAS