En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un décret étend les bénéficiaires du fonds d'aide à la rénovation thermique des logements

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Un décret paru le 12 juillet au Journal officiel élargit les bénéficiaires du fonds d'aide à la rénovation thermique des logements privés (FART) pour engager des travaux d'économie d'énergie dans leur logement. Ce fonds est géré par l'Agence nationale de l'habitat (Anah) pour le compte de l'Etat. Le décret remplace celui adopté en avril 2012.

Les ménages propriétaires et disposant de ressources modestes pouvaient déjà obtenir une aide du programme national "Habiter mieux" au titre du FART. L'aide Habiter Mieux peut désormais financer jusqu'à la moitié du montant des travaux "comme par exemple le remplacement d'une chaudière, l'isolation des comble ou des murs", a indiqué l'Anah dans un communiqué.

La prime d'état à la réalisation de travaux (appelée aide de solidarité écologique, ASE) augmente ainsi de 1.600 à 3.000 € pour les propriétaires occupants éligibles aux aides de l'Anah, selon le décret. Et, ce conformément à l'annonce du plan de rénovation thermique par le Président de République en mars dernier, rappelle l'agence. Quels sont les bénéficiaires de l'aide Habiter mieux ? Tout propriétaire de son logement, dont les revenus imposables ne dépassent pas en Ile-de-France 35.000 euros pour un couple (26.500 € pour les autres régions) et 50.000 euros pour une famille de quatre personnes (37.000 € hors IDF), précise l'Anah.

Le décret élargit également le bénéfice du FART aux propriétaires bailleurs et aux syndicats de copropriétés : le montant de l'aide de solidarité écologique (ASE) est fixé à 2.000 € par logement pour le bailleur bénéficiaire, "pour le même logement, d'une aide de l'Anah". L'ASE s'élève à 1.500 € par lot d'habitation principale pour les syndicats des copropriétaires bénéficiaires d'une aide de l'Anah.

Le décret fixe à 35 % le gain énergétique à obtenir après travaux pour les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriétés, là où il est maintenu à 25 % pour les propriétaires occupants. 
Pour le diagnostic de performance énergétique (DPE), la méthode de calcul 3CL/DPE peut être utilisée, selon le texte.

Réactions1 réaction à cet article

 

Sur le fond, c'est tout à fait louable.
Maintenant quand on sait que si on fait faire les travaux, une isolation par l'extérieur c'est entre 200 et 250 euros du m², avec 3000 euros on fait 12 m². on avance pas vraiment: ceux qui on de l'argent peuvent investir 150 000 euros et ce n'est pas les 3000 euros qui vont changer quelque chose, et ceux qui n'ont pas d'argent ne peuvent rien faire avec 3000 euros.

zaravis | 16 juillet 2013 à 09h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager