En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Phytosanitaires : la délivrance des autorisations de mise sur le marché bientôt confiée à l'Anses ?

Agroécologie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Vendredi 27 septembre, le collectif "Sauvons les fruits et légumes de France" a critiqué la volonté de l'Etat de transférer de la Direction générale de l'alimentation (DGAL) du ministère de l'Agriculture vers l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (Anses) la délivrance des autorisation de mise sur le marché AMM des produits phytosanitaires dans le cadre du projet de loi d'avenir pour l'Agriculture.

"Le collectif Sauvons les fruits et légumes de France s'inquiète de ce projet de transfert des AMM car il confirme le désengagement du Ministère sur ce dossier qui est pourtant crucial pour le maintien de la production de fruits et légumes en France, l'Anses n'ayant pas la compétence pour statuer sur les besoins de producteurs", indique le collectif qui considère que "le ministère semble ainsi troquer la filière fruits et légumes contre la paix avec les écologistes et les ONG environnementalistes".

Résultats de l'audit attendus

"Cette précipitation et cette opacité ne peuvent que pousser à l'interrogation", estime le collectif, alors que le ministère de l'Agriculture avait demandé en juillet un audit sur le sujet dont le résultat n'est pas encore publié, alors même qu'il serait achevé.

"L'audit conclut-il à la nécessité de ce transfert ? Est-ce au contraire une autre motivation plus politicienne qui justifie ce projet ? Faudrait-il satisfaire les ONG environnementalistes qui contestent sans fondements la gestion des AMM par la DGAL ? Est-ce une sanction politique et collective de la DGAL ?", interroge le collectif.

Réactions2 réactions à cet article

 

Le collectif "Sauvons les fruits et légumes de France"!!! rien que le nom m'amuse, on devrait leur faire un procès pour publicité mensongère.
"Sauvons l'industrie chimique" serait plus adapté

lio | 02 octobre 2013 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout-à-fait d'accord. Cela rappelle l'UIPP, (Union des industriels pour la protection des plantes), dont l'activité est de vendre les produits qui permettent d'en détruire.
Cela vérifie une fois de plus que " L'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu" (Montesquieu)

petite bête | 02 octobre 2013 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…