Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Commission européenne prépare des critères de réparabilité pour les sèche-linges

Déchets  |    |  P. Collet

Après, les smartphones et tablettes, l'Union européenne veut fixer des règles d'écoconception incluant la réparabilité pour les sèche-linges domestiques à tambour. La Commission européenne a pris un acte délégué qui prévoit l'introduction, via l'étiquette énergie, de critères de réparabilité. Toutefois, ces critères restent à déterminer.

Le règlement délégué, publié au Journal officiel de l'Union européenne, le 21 novembre, est pris en application du règlement de 2017 sur l'étiquetage énergétique, après consultation et contrôle du Parlement européen et des États membres. La nouvelle étiquette énergie augmentée de critères de réparabilité apparaîtra chez les vendeurs de sèche-linges le 1er juillet 2025.

Proposer des critères de réparabilité d'ici à fin 2024

« Les fabricants qui mettront des produits sur le marché de l'UE devront respecter des critères de durabilité, leur imposant de tenir des pièces de rechange à la disposition des consommateurs et des réparateurs », explique la Commission. Afin de justifier l'ajout de ces nouveaux critères, Bruxelles explique que la durée de vie des sèche-linges est passée de quatorze ans à environ douze ans, et que cette tendance devrait se poursuivre en l'absence d'incitations à les entretenir et à les réparer.

Pour l'instant, le texte acte ce principe et prévoit que l'exécutif européen « présente au forum consultatif une note de réparabilité pour les sèche-linges domestiques à tambour et, le cas échéant, un projet de proposition relative à un score de réparabilité pour les sèche-linges domestiques à tambour ». Cette note doit être finalisée d'ici au 1er janvier 2025.

D'autres mesures sont d'ores et déjà actées. Sur le plan énergétique, le nouveau règlement serre la vis : à partir du 1er juillet 2025, et contrairement à aujourd'hui, seuls les sèche-linges les plus efficaces (ceux équipés d'une pompe à chaleur, en particulier) obtiendront la note A, sur une échelle allant de A à G. Les économies d'énergie cumulées attendues sont estimées à 15 térawattheures (TWh), explique la commission, ajoutant que cela correspond à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 1,7 million de tonnes équivalent CO2 d'ici à 2040.

De même, le bruit sera mieux pris en compte avec un classement des équipements, de A à D, plutôt qu'un simple signalement du niveau sonore sans référentiel de comparaison (comme c'est le cas aujourd'hui).

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Pesage du papier recyclé - Mesure de débit massique DuoSeries LB 472 BERTHOLD FRANCE SAS
Solution de protection incendie pour convoyeurs - Firefly ConveyorGuard™ BERTHOLD FRANCE SAS