En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le développement d'éco-quartiers est plus que jamais à l'ordre du jour

Préconisé dans le cadre du Grenelle, poussé jusqu'au concept d'éco-ville par la très controversée Commission Attali, le développement d'éco-quartiers, en retard en France, est plus que jamais à l'ordre du jour avec de nombreux projets en cours.

Aménagement  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
À l'instar des expériences menées en Europe, le groupe de travail climat du Grenelle de l'environnement a préconisé un plan volontariste d'éco-quartiers, c'est-à-dire un secteur urbain conçu de façon à minimiser son impact sur l'environnement, visant généralement au moins une autonomie énergétique, et cherchant à diminuer son empreinte écologique et/ou rembourser sa dette écologique. À l'issue des négociations, tous se sont accordés pour proposer qu'au moins un quartier de ce type soit développé avant 2012 dans toutes les communes ayant des programmes de développement significatif de l'habitat.

BedZED - pour Beddington Zero Energy (fossil) Development soit Développement énergie zéro fossile en Français - est le premier îlot résidentiel à avoir été construit à grande échelle au Royaume-Uni, sur le principe d'un apport neutre en carbone. Bâti sur un ancien site houiller de 1,7 ha et lancée à l'initiative de l'architecte Bill Dunster, BedZED rassemble une variété de lieux : 82 logements, 2.500 m2 de bureaux et commerces mais aussi un espace communautaire, une salle de spectacles, des espaces verts publics et privés, un centre médico- social, un complexe sportif, une crèche, un café et un restaurant. Pour un coût supérieur de 20% à une construction traditionnelle, l'architecte Bill Dunster a appliqué tous les principes de la construction écologique : économie d'énergie, co-génération, utilisation de matériaux locaux et a intégré les aspects sociaux et les problématiques de transports dans sa réflexion : mixité sociale, commerces de proximité, auto-partage, liaisons par transports en communs, espaces verts favorisant la biodiversité. Résultat : le chauffage y est réduit de 90%, la consommation totale énergétique de 70% et le volume des déchets de 75%. Enfin, plus de la moitié des logements a été réservée à des familles à revenus modestes, selon les vœux de la Fondation Peabody - la plus importante organisation caritative de Londres dédiée à l'habitat et partenaire du projet, selon l'ARENE Ile-de-France*.

Si d'autre pays Européen sont d'ores et déjà en mesure de présenter des expériences comparables, notamment celles de Vesterbro (Copenhague), Fribourg (Allemagne), Kronsberg (Hanovre) ou Hammarby (Suède), en France en revanche, les projets commencent seulement à voir le jour.

C'est le cas à Grenoble ou les logements de l'éco-quartier De Bonne à Grenoble sont conçus dans le but d'offrir une efficacité énergétique exemplaire, en visant les niveaux de consommations en énergie finale de 50 kWh/m2/an pour le chauffage, à comparer aux 90 kWh/m2/an correspondant à la réglementation française en vigueur au moment où les objectifs ont été fixés (RT 2000) de 35 kWh/m2/an pour l'eau chaude sanitaire au lieu de 40 kWh/m2/an et de 10 kWh/m2/an pour l'électricité des parties communes. Différentes mesures sont mises en œuvre pour parvenir à ces objectifs : isolation par l'extérieur et menuiseries très performantes (à lame d'argon), développement d'approches bioclimatiques en ayant recours à des dispositifs passifs limitant les apports solaires en été et les favorisant en hiver : morphologie des passées de toiture, des balcons, serres et loggias, végétalisation des terrasses ou pergolas, mise en œuvre d'une ventilation double flux avec récupération de chaleur et enfin utilisation d'équipements économes en électricité dans les parties communes.

Plusieurs projets d'éco-quartiers sont également en cours d'élaboration dans le Nord de la France. Douai a créé la ZAC du Raquet en 2006, éco-quartier de 12.000 habitants qui sera desservi par une ligne de tram et 15km de pistes cyclables. Un canal et une trame verte et bleue permettront la gestion des eaux pluviales sur site et de maintenir et restituer les corridors écologiques.
Lille a aussi annoncé la création à partir de 2007 d'un éco-quartier. La démarche figure sur l'Agenda 21 de Lille Métropole Communauté urbaine, adopté le 10 février 2006. Cet espace de 80 hectares de haute qualité environnementale (HQE), tiendra compte des besoins en énergie, en espaces verts, en déplacements, de l'élimination des déchets, mais également de la mixité sociale.
Au sud, Narbonne est quant à elle engagée dans la construction d'un éco-quartier dans le quartier du théâtre. Celui-ci prévoit de réduire de moitié les consommations d'énergie et d'eau potable, et comptera 650 logements dont 20% de logements sociaux.

À Paris, l'EcoZac de Rungis dans le 13e arrondissement va par exemple bénéficier de cuves de récupération des eaux pluviales (6.000 m2 de toiture environ) qui seront intégrées dans les programmes de construction. L'eau servira à l'arrosage des jardins privatifs. Sous réserve de l'accord des services sanitaires de l'Etat (DDASS), elle sera également utilisée pour les sanitaires des immeubles de bureaux et des logements étudiants. Ces cuves alimenteront aussi un ouvrage réservoir existant destiné à l'arrosage du jardin public. Le volume récupéré des toitures sera de l'ordre de 4.500 m3/an.
Si cette opération de réhabilitation de 3,8 hectares, est pour l'instant le projet le plus avancé de quartier basse énergie dans la capitale, le réaménagement des 50 hectares de terrains de la zone « Batignolles-Clichy-Cardinet » (17e), lancé lors de la candidature de Paris aux JO 2012 pour accueillir le village olympique, pourrait être exemplaire en termes de performance énergétique des bâtiments. Sur ce territoire encore largement occupé par des installations ferroviaires obsolètes, la Ville de Paris a l'ambition de faire un « éco-quartier exemplaire ».
Cette ambition conduit notamment à rechercher un bilan d'émissions de CO2 nul reposant sur l'utilisation des énergies renouvelables et des économies d'énergie. Pour cela, les bâtiments devront avoir des caractéristiques permettant d'atteindre, voire dépasser de 75% les performances thermiques de la réglementation actuelle. En incluant notamment une très bonne isolation, une quasi-absence de ponts thermiques, une ventilation maîtrisée par double flux avec récupérateur à haut niveau, les premières études montrent que les besoins nets en chauffage pourraient être compris entre 18 et 28 KWh/m2, soit environ 10 à 15 fois moins que la consommation moyenne constatée dans les logements actuels. Le lancement des travaux est prévu pour fin 2007.

Dans ce contexte de multiplication des projets, la FFB (Fédération Française du Bâtiment) et la FNTP (Fédération Nationale des Travaux Publics) ont annoncé le 10 octobre dernier, le lancement d'un groupe de travail commun sur la réalisation des éco-quartiers. Son objectif sera de proposer un programme d'actions à moyen termedestiné à faciliter leur développement.
Pour ce faire, le groupe de travail qui devrait rendre ses conclusions d'ici la fin de l'année, réalisera un état des lieux des réalisations et des projets concrets d'éco-quartiers en France et à l'échelle européenne, dans des environnements urbains comparables. À partir de cet état des lieux, le groupe de travail devrait lister les actions prioritaires à même de réduire dans ces quartiers les émissions de CO2 ainsi que la consommation d'énergie et de ressources naturelles et de limiter la production de déchets. L'objectif sera aussi de définir les indicateurs permettant de caractériser un éco-quartier et recenser les obstacles techniques, méthodologiques, économiques, culturels ... au développement des éco-quartiers en France.
Le but visé par les deux fédérations : favoriser la mise en œuvre, dans les opérations d'aménagement de nouveaux quartiers ou de réaménagement de quartiers existants, de solutions concrètes à forte valeur ajoutée environnementale et de services.

Enfin, dans ses ''premières propositions'', remises au président Nicolas Sarkozy, la Commission pour la libération de la croissance française (CLCF) présidée par Jacques Attali avait quant à lui évoqué, outre des mesures réglementaires, fiscales et économiques très polémiques, la création avant 2012 de dix Ecopolis, villes d'au moins 50.000 habitants intégrant haute qualité environnementale et nouvelles technologies de communication. Celles-ci devraient servir à faire progresser massivement l'urbanisme général, au service d'objectifs de croissance durable tels que des infrastructures haut débit, des transports technologiquement à la pointe et des construction « durables ». Par ailleurs, ces « espaces urbains durables » devront intégrer emploi, logement, cadre de vie et mixité sociale et mettre en oeuvre des ressources énergétiques renouvelables comme les éoliennes et les panneaux solaires. La commission espère que ces Ecopolis joueront ainsi le rôle de laboratoires de la réduction de la consommation d'eau, du tri des déchets, du développement de la biodiversité, de la réduction de la consommation d'air conditionné, de l'aménagement de plans d'eau ou encore de la création d'espace vert (équivalant à 20% de la surface de la ville). Pour illustrer sa proposition, la commission cite l'exemple des Mountain View en Californie, des Hammerdy Sjöstat en Suède ou encore des Ecotowns anglaises et rappelle que le Premier Ministre britannique Gordon Brown souhaitait la construction dans les années à venir de cinq Ecotowns appelées à accueillir de 10.000 à 20.000 habitants. Près d'une quarantaine de collectivités territoriales se sont déjà portées candidates de sorte que le gouvernement britannique a décidé de porter le nombre de ces Ecotowns à dix.
Pour avoir autant de succès, la commission conseille de définir une vision, un cahier des charges et un financement équilibré associant Etat, collectivités territoriales, Caisse des Dépôts et secteur privé. Elle préconise également que les sites soient sélectionnés à partir des candidatures des villes, des pôles de compétitivité et des sites universitaires d'excellence et que trois Ecopolis sur les 10 prévues soient créées dans des quartiers prioritaires. Mais selon la commission, trois engagements préalables devront être pris par l'Etat à l'égard des collectivités territoriales et de leurs habitants à savoir l'absence d'impact de ces opérations sur la fiscalité locale, la qualité et la densité les plus adaptées aux exigences environnementales et la création d'emplois.
Les propositions faites par la commission n'ont pas été accueillies favorablement par les associations de protection de l'environnement qui, concernant les Eco-villes, évoquent les risques d'accélération de l'étalement urbain au détriment de la nature et la construction d'infrastructures routières. Selon elles, il vaudrait mieux améliorer les villes déjà existantes.

*Quartiers durables- Guide d'expériences européennes ARENE Ile-de-France - IMBE- Avril 2005

Réactions5 réactions à cet article

 
YES!!!

Enfin!!! Cela me fais un plaisir énorme d'entendre des nouvelles aussi prometteuses, de voir nicolas Hulos qui étais si septique ses derniers temps, et aujourd'hui si confiant, on a encore du chemin à faire, mais il faut y croire.

topal | 25 octobre 2007 à 21h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Où ? Quand? Comment?

Bonjour a tous! Nos chères petites habitudes, nos petits nids douillets, la quasi totalité de ce qui meuble notre vie, notre environnement, se trouve soudainement bousculé. Montré du doigt. Si c'est ainsi que doit commencer le vingt et unième siècle, je dis oui à ce nouveau chapitre. Et la France se reveille enfin. Mieux vaut tard que jamais... La rehab et la construction sera effectivement l'un des ces challenges de demain. Et non des moindres si l'on rappèle la pitoyable place qu'occupe le secteur du bâtiment en France : deuxième rang des activités les plus emissives en dioxide de carbone, derrière le transport(Aïe). Les solutions sont nombreuses à l'étranger, innovantes, et parfois surprenantes (pour avoir visité Bed-Zed). Il suffit de les appliquer et d'en developper de nouvelles. Surtout, stopper les impostures! Nous avons là une parfaite occasion de mettre à profit nos savoirs et faire evoluer la recherche. Ainsi, pour finir : jeunes ingénieurs, architectes, techniciens du bâtiment: à vos méninges! Cherchez, amusez vous. Le resultat n'en sera que méritant.

Happy Dreamer | 27 octobre 2007 à 23h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
éco quartier égal pollution

construire hors agglomération Comment peut-on parler de développement
durable après avoir créé un lotissement
à 5 kilomètres d’un centre aggloméré,
alors qu’à eux seuls, les coûts de
maintenance, de transports et d’énergie
de toutes sortes « mangent » chaque jour
l’économie du foncier faite une seule fois ?
Que pèsent les efforts de « haute qualité
environnementale » faits sur les matériaux
et les techniques de construction face aux
conséquences lourdes et récurrentes dues
aux indispensables transports,deux voitures par ménage notamment
pollution, gaz à effet de serre, couche dozone; stop au gaspillage des terres agricole construire les villes sur les villes tel est ma devise laissé la nature à chaque fois un sentier est ouvert disparait la faune sauvage
à bon entendeur salut
José

agri62 | 01 mars 2009 à 12h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
De l'écoquartier au quartier durable

Il est temps désormais d'abandonner le concept d'écoquartier au profit du concept de quartier durable. Ce dernier n'oublie pas les autres piliers de développement durable que sont l'économie, l'enjeu social et la gouvernance.

Manu Bucki | 22 septembre 2009 à 14h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
attention aux effets d'annonce

l'éco quartier de Narbonne est abandonné. Mais c'était plus un effet d'annonce qu'un quartier vraiment bien conçu. attention à l'aspect communication qui souvent dépasse la réalité ou l'enjolive vraiment beaucoup.

ecolonarbo | 09 novembre 2009 à 21h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…