Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Seule une entreprise sur dix dans le monde contrôlerait totalement ses émissions de CO2

Une étude anglaise dédiée au comportement des entreprises face au changement climatique démontre qu'encore très peu de sociétés agissent pour réduire leur impact mais que les gouvernements ont les cartes en main pour les pousser à agir.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Selon une étude commandée par l'organisation gouvernementale anglaise UK Trade & Investment* et réalisée par l'Economist Intelligence Unit**, seule une entreprise sur dix dans le monde contrôlerait totalement ses émissions de CO2. Intitulée « A Change in the Climate : Is business going green? », l'étude avait pour but de connaître le comportement des entreprises face au changement climatique. Résultat, selon les 634 dirigeants interrogés au niveau mondial, 32% des entreprises ne contrôlent pas leurs émissions directes de CO2 et n'ont pas l'intention de le faire. Environ une société sur cinq (18%) se contente de mesurer l'efficacité énergétique alors que 25% des entreprises contrôlent les émissions de certains secteurs. Au final, 10% d'entre elles seulement mesurent l'ensemble de leurs émissions de gaz carbonique.

Pourtant, l'étude met en évidence une certaine prise de conscience, légère mais notable : 20% des entreprises interrogées disposent en effet d'un plan de réduction des émissions de CO2 et 28 % d'entre elles prévoient de disposer d'un tel plan d'ici 2010. La notion de changement climatique a également eu d'autres impacts sur les entreprises et leur gestion. En effet, 35 % des sociétés interrogées ont soit déjà réduit le nombre de voyages en avion, soit en ont exprimé l'intention. Mais plus de la moitié (54%) y est encore réfractaire. De la même façon, 18% seulement des sociétés interrogées ont déclaré que leur entreprise utilise actuellement des véhicules à faibles émissions et 26 % d'entre elles ont prévu de les utiliser dans les trois prochaines années. De plus, 40 % de ces entreprises utilisent déjà des énergies renouvelables ou prévoient de le faire dans les trois prochaines années.

D'après l'étude, ces comportements sont plus une résultante de la pression réglementaire que d'une stratégie spécifique. La plupart des entreprises ne considèrent toujours pas que leur stratégie environnementale peut avoir un impact sur leur position sur le marché. Même si l'opinion publique semble très concernée par les émissions de gaz carbonique, le comportement du consommateur ne semble pas inquiéter les entreprises interrogées. La conformité réglementaire constitue donc la pression principale à la mise en place d'un plan de réduction d'émission de CO2. Il apparaît alors que les gouvernements ont un rôle majeur à jouer pour inciter les entreprises à prendre en compte leur impact climatique. Bien qu'un nombre relativement faible d'entreprises prenne des mesures pour réduire leurs émissions de gaz carbonique, il est intéressant de noter que les sociétés souhaitent une politique claire de la part des gouvernements au sujet des incitations fiscales, souligne James Watson, rédacteur de l'étude. Cette tendance est encore plus notable pour les entreprises européennes qui déclarent pour 55% d'entre elles que la réglementation a un effet significatif voire très significatif.
Par ailleurs, le coût relatif à la réduction des émissions de CO2 n'est pas non plus un facteur limitant. Les entreprises qui ont pris des mesures en faveur de la réduction des émissions de gaz carbonique n'ont pas à faire face à de fortes dépenses. Pour la plupart des entreprises européennes, le montant des frais d'exploitation ne dépasse pas 1% et s'aligne sur les moyennes mondiales. Seulement 12% des entreprises interrogées estiment que les efforts environnementaux auront un impact global négatif sur les dépenses.

Malgré tout, le passage à l'action reste difficile. D'après l'étude, les entreprises qui font de gros efforts pour contrôler leurs émissions de gaz carbonique doivent faire face aux difficultés habituelles que rencontrent les premiers adeptes. Les expériences pratiques sont encore peu nombreuses et des problèmes épineux restent encore à résoudre comme par exemple la stratégie à adopter si l'émission de gaz carbonique de l'entreprise se fait principalement lorsque les clients utilisent le produit.
De plus il semblerait que les entreprises ne soient pas encore convaincues par les actions de compensations, même si elles les considèrent comme une option importante. Les plans de compensation des émissions de CO2 ont fait l'objet de beaucoup de publicité ces derniers temps. Les entreprises qui se sont déjà engagées à réduire leurs émissions de gaz carbonique pensent qu'elles vont continuer à augmenter et 38% de ces entreprises s'attendent à ce que leurs efforts se traduisent par des actions en interne, comme la plantation d'arbres par des employés.


* UK Trade & Investment (UKTI) est l'organisation gouvernementale officielle du Royaume-Uni qui soutient les sociétés britanniques dans leurs activités

** L'Economist Intelligence Unit (EIU) est la division chargée de fournir des informations sur les entreprises au sein de The Economist Group, éditeur du journal The Economist.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Risques : essais abusifs sur batterie Lithium de forte puissance CNPP