Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Enquête en cours sur les drones survolant des centrales nucléaires

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Sept centrales ont été survolées par des drones, ce mois d'octobre, tard dans la nuit ou très tôt le matin, selon l'AFP.

L'association Greenpeace, qui a déjà mené plusieurs opérations d'intrusion ou de survol de centrales, a démenti toute implication dans le pilotage de ces drones. "Ce qui se passe avec ces nombreux survols est très inquiétant, a affirmé Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France. Nous demandons au Haut fonctionnaire de défense et de sécurité une enquête sur la sécurité aérienne des sites nucléaires".

Le survol des centrales nucléaires est interdit dans un périmètre de cinq kilomètres et de 1.000 mètres d'altitude autour des sites. L'espace aérien au-dessus des centrales nucléaires est surveillé par l'armée de l'air (dans le cadre d'un protocole avec EDF).

Après avoir constaté la présence illégale des drones, EDF a alerté les pouvoirs publics et déposé plainte auprès de commissariats pour les centrales de Gravelines (Nord), du Blayais (Gironde), de Cattenom (Moselle), de Nogent-sur-Seine (Aube), du Bugey (Ain), de Chooz (Ardennes) et de Creys-Malville (Isère).

A l'antenne de France Info, jeudi 30 octobre, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a souligné qu'une enquête judiciaire était en cours. "Des dispositions existent pour neutraliser ces drones mais je ne m'attarderais pas sur les modalités de leurs fonctionnements", a t-il-ajouté.

Réactions4 réactions à cet article

 

Je ne sais vraiment pas pourquoi on cherche midi à quatorze heure ?
Il existe une zone d'exclusion à la périphérie des sites nucléaires, qui inclus un périmètre de cinq kilomètres et de 1.000 mètres d'altitude autour des sites.
Tout aéronef pénétrant dans cette zone et qui ne se dérouterait pas après sommation doit être abattu.

Tireman | 31 octobre 2014 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je pense qu'il est difficile d'être plus précis et plus concis que "Tireman" dans son analyse à laquelle je souscris sans réserve.
A quoi riment ces mascarades et ses tergiversations incompréhensibles à chaque intrusion dans une INB ?

Le Glaude | 31 octobre 2014 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui a dit que l'atome était sans danger, pas de problème de ce genre avec les éoliennes

lio | 31 octobre 2014 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A chaque problème sa solution...
Déjà, une fréquence radio, cela se trace.
Ensuite, équiper les centrales de brouilleurs sur les fréquences utilisées pour le pilotage des drones, et/ou distribuer quelques fusils automatiques à des tireurs au sein des détachements de Gendarmerie qui gardent les centrales. Ca devrait calmer rapidement le jeu.

Tireman | 31 octobre 2014 à 20h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Expertise inondation pour votre site industriel 2 L'eau Protection