En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

EnR : une baisse de 12% des investissements en 2012

Si les investissements dans les énergies renouvelables a diminué de 12% pour atteindre 244 milliards de dollars en 2012, la demande pour les énergies renouvelables n'a cessé d'augmenter, selon deux rapports de REN21 et Frankfurt School-PNUE-BNEF.

Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com
EnR : une baisse de 12% des investissements en 2012

Près de 244 milliards de dollars : les investissements en 2012 dans les énergies renouvelables ont diminué de 12% par rapport à l'année précédente, selon le rapport "Tendances Mondiales de l'Investissement dans les Energies Renouvelables" co-produit par la Frankfurt School-PNUE et Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Les deux centres d'analyse expliquent cette chute comme une conséquence de l'incertitude liée aux politiques de soutien américaine ainsi qu'européenne mais également par la diminution du prix des technologies solaires.

Cette réduction est cependant à mettre en lumière avec les années antérieures : l'année 2012 est la seconde plus importante en ce qui concerne le volume des investissements dans le secteur et s'avère de 8% au-dessus des efforts consentis en 2010.

Autre nouveauté: la provenance des investissements devient plus variée. Alors que depuis 2007, les pays développés investissaient deux fois et demi plus dans le renouvelable (en excluant les grands projets hydroélectriques) que les pays en développement (par exemple Afrique du Sud, Maroc, le Mexique, le Chili et le Kenya) aujourd'hui, l'écart s'est réduit à 18%. Désormais, la balance 2012 s'équilibre entre 132 milliards dans les pays développés et 112 milliards de dollars dans les pays en développement.

Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord se démarquent avec une augmentation de 228% des investissements dans le secteur des énergies renouvelables, pour un montant de 12 milliards de dollars.

Après avoir été au coude à coude avec les États-Unis en 2011, la Chine s'affirme comme le pays dominant en 2012: le pays a vu une hausse de 22% des investissements (67 milliards de dollars), notamment grâce au solaire. Elle détient avec l'Union Européenne la place de grands acteurs du secteur : ils pesaient en 2012, 60% des investissements mondiaux. L'année 2012 était pourtant une année difficile pour l'Europe avec une chute de 11% des investissement solaires (140 milliards de dollars).

Ainsi, l'Allemagne a vu les investissements dans le secteur du renouvelable s'effondrer de 35% (20 milliards de dollars). Différentes raisons expliquent cette baisse : la pause dans le financement d'éoliennes en mer, des retards de raccordement au réseau mais surtout la chute des prix du solaire (leurs 7.6GW de capacité solaire installée en 2012 ne rapportent pas autant qu'en 2010 ou 2011).

À l'inverse, au Japon, les investissements dans les énergies renouvelables ont augmenté de 73% (16 milliards de dollars). Cette explosion est liée à la réforme du tarif d'achat pour les petites installations solaires qui a encouragé leur développement.

La demande en EnR : 19% de la consommation finale d'énergies mondiale

Selon le "Rapport Mondial sur les Energies Renouvelables" publié par le réseau REN21, la demande globale pour les énergies renouvelables n'a cessé d'augmenter au cours de 2011 et de 2012 : leur part a finalement atteint en 2011 près de 19% de la consommation finale d'énergies mondiale (dont un peu moins de la moitié sous forme de biomasse traditionnelle).

Concernant la capacité installée, le rapport constate un ajout de 115 GW de nouvelle capacité renouvelable (presque la moitié de la capacité totale ajoutée dans le monde).

"2012 marque à nouveau une année record en termes de nouvelles installations pour des projets renouvelables dans le monde et il est très encourageant de noter que plus de 138 pays ont mis en place des objectifs et des cadres politiques spécifiques pour les énergies renouvelables, s'est réjouit dans un communiqué, Arthouros Zervos, Président du comité de direction de REN21.

Avec une augmentation de 8,5% par rapport à 2011, la capacité installée totale en énergies renouvelables a dépassé les 1.470 GW en 2012. Le grand gagnant, l'électricité éolienne prend une part d'environ 39%. Viennent ensuite les énergies hydraulique et solaire photovoltaïque (plus de 100GW) qui représentaient chacune 26% du total.

Economies d'échelle, progrès technologique, surplus de production de modules et turbines, les énergies renouvelables (solaire photovoltaïque, éolien) sont de plus en plus abordables pour un large panel de consommateurs.

L'Asie, l'Amérique latine, le Moyen-Orient, l'Afrique en ont accéléré le développement. Les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) représentaient près de 36% du total des capacités d'énergie renouvelable mondiales (et 27% sans compter l'hydroélectricité). En Chine, la production d'électricité éolienne a augmenté plus rapidement que celle provenant du charbon, et a dépassé l'électricité nucléaire pour la première fois.

Une capacité européenne qui englobe 44% du total mondial

L'Europe reste toutefois en tête dans la course aux capacités avec une part qui englobe 44% du total mondial. Les énergies renouvelables ont ainsi représenté 70% des nouvelles capacités électriques installées en 2012 (majoritairement en installations solaires photovoltaïques et éoliennes). En 2011 (derniers chiffres disponibles) les énergies renouvelables représentaient 20,6% de la consommation électrique de la région et 13,4% de la consommation finale d'énergie.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…