Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La justice fixe des limites à l'indemnisation des dégâts de grand gibier par les fédérations de chasseurs

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

La prise en charge par les fédérations de chasseurs des dégâts causés par le grand gibier n'est pas sans limite, malgré la toute récente validation par le Conseil constitutionnel des articles du Code de l'environnement qui la prévoient. Par une décision en date du 25 mai 2022, la Cour de cassation vient en effet de poser une limite à cette prise en charge.

Si la loi du 7 mars 2012 a consacré à l'article L. 426-5 du Code de l'environnement un principe général de prise en charge des mesures de prévention des dégâts de grand gibier par les fédérations départementales de chasseurs, elle ne permet pas à un exploitant agricole de demander la prise en charge du coût des mesures de prévention des dommages susceptibles d'affecter son exploitation, juge la Haute Juridiction judiciaire.

Elle a donc rejeté, en l'espèce, les demandes d'un couple d'agriculteurs qui réclamait à la fédération des chasseurs de la Mayenne de prendre en charge les travaux d'extension des clôtures destinées à protéger leurs terres des dégâts causés par les sangliers. La fédération a fait valoir, avec succès, que l'indemnisation qu'elle peut être contrainte de verser à un exploitant agricole est limitativement définie par l'article L. 426-1 du Code de l'environnement et ne peut avoir pour objet que la seule réparation des dégâts causés aux cultures et aux récoltes par du grand gibier.

L'indemnisation des dégâts causés par les sangliers est un sujet de préoccupation pour les fédérations de chasseurs qui, face à l'explosion des populations de suidés, disent ne plus pouvoir assumer les coûts. La Fédération nationale de la chasse évalue ainsi à 77 millions d'euros la charge annuelle des dégâts. Les associations de protection de la nature estiment que les chasseurs ont toutefois une part de responsabilité dans la prolifération des sangliers du fait de certaines pratiques, comme le nourrissage toute l'année ou les lâchers d'animaux d'élevage.

Réactions1 réaction à cet article

 

En clair : aux agriculteurs de subir en la bouclant les conséquences de l'engouement de certains pour la "chasse au gros" ! Le retour des temps féodaux ?
En Brenne (Indre), c'est notamment le cas de la part de gens disposant de très gros moyens pour se constituer de grands domaines de chasse, où ils font nourrir à l'année des sangliers (= élevage) dans l'objectif de faire de gros tableaux de chasse lorsqu'ils viennent se défouler entre amis, sans se soucier le moins du monde des conséquences pour le milieu naturel et les exploitations agricoles riveraines. Les services de l’État semblent toutefois enfin décidés à y mettre un peu d'ordre. La pression croissante de l'indemnisation des dégâts gibier sur les finances de la fédération de chasse départementale, du fait du bon plaisir d'une poignée de grands propriétaires fonciers et cynégétiques, y est peut-être pour quelque chose...

Pégase | 02 juin 2022 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France