En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Gaz de schiste : une loi qui ne satisfait ni les industriels, ni les écologistes

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Au lendemain du vote, par l'Assemblée nationale, de la loi interdisant la technique de la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des gaz et huiles de schiste, l'Union française des industries pétrolières (UFIP) ''regrette vivement l'interdiction faite aux sociétés opérant en France de recourir à la fracturation hydraulique, une technique employée de longue date maîtrisée par les opérateurs''. Les industriels se réjouissent néanmoins du vote pour un rapport annuel remis par le gouvernement au Parlement qui ''mettra en évidence les nouveaux progrès accomplis et qu'ainsi pourront être autorisés les travaux utilisant cette technique''. Le lancement d'une expérimentation sous contrôle public permettra également de ''déboucher sur une évaluation incontestable des techniques requises''.

Pour Greenpeace, le texte qui finalement n'interdit que la technique de fracturation hydraulique permettra aux ''pétroliers de revenir à la charge, d'ici quelques années, voire quelques mois, avec une nouvelle technologie''. L'ONG s'alarme également d'un texte qui prétend interdire la fracturation hydraulique sans définir ce dont il s'agit. ''De plus, l'abrogation des permis existants est soumise à la bonne foi des pétroliers, qui ont désormais quelques semaines pour tenter de convaincre le gouvernement qu'ils ne prévoient pas de recourir à la fracturation hydraulique''. Même lecture pour José Bové, l'eurodéputé Europe Ecologie : ''ceux qui vont analyser ces rapports seront les mêmes personnes qui ont octroyé les permis au niveau du ministère de l'Energie. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela ne résout rien !'' (Journal du dimanche du 12 mai).

Réactions1 réaction à cet article

 

ce n'est pas un probléme,il y avait les faucheurs volontaires,il y aura les boucheurs volontaires,si les industriels pensent qu'ils vont pouvoir polluer nos campagnes, ils se mettent le doigt dans l'oeil ce n'est pas le far west.Quand je pense aux contraintes administratives qu'il y a pour installer une malheureuse éolienne on se fout vraiment de la figure du monde !

lio | 13 mai 2011 à 12h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager