En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Générations Futures constate une "contamination généralisée" aux perturbateurs endocriniens

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

A travers une nouvelle étude réalisée début janvier en Ile-de-France, l'association Générations Futures s'est intéressée aux jeunes femmes et à leur exposition aux perturbateurs endocriniens (PE). 29 femmes vivant en milieu urbain ont participé à une enquête en fournissant un échantillon de cheveux. 64 substances suspectées d'être des PE ont été recherchées dont 54 pesticides ou métabolites de pesticides, 6 retardateurs de flammes bromés et 4 PCB. "Les résultats sont sans appel et confirment nos craintes", commente l'association qui a rendu publics les résultats jeudi 12 mars. En moyenne, 21 PE ont été retrouvés par femme dont 19 pesticides. La quantité moyenne de résidus de PE trouvée par échantillon est de 109,39 picogrammes/mg.

"Ces résultats montrent une contamination généralisée de ces femmes en âge d'avoir des enfants, ce qui nous inquiète énormément sur de possibles effets qui pourraient apparaître plus tard dans la vie de leurs enfants", a déclaré François Veillerette. Le porte-parole de Générations Futures exhorte la Commission européenne à rédiger "une définition protectrice des PE" qui devront être interdits d'utilisation notamment dans le cadre du règlement 1107/2009 sur les pesticides.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager