En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grenelle de l'environnement : à vous de parler !

Après deux mois et demi de négociations, les 6 groupes de travail ont présenté et rendu leurs propositions au MEDAD, marquant ainsi le début de la deuxième étape du Grenelle de l'environnement, celle de la consultation publique.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
   
Grenelle de l'environnement : à vous de parler !
   
Après 1.000 heures de débats et 53 réunions depuis juillet, les groupes de travail ont rendu aujourd'hui leur rapport à Jean Louis Borloo, Ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables (MEDAD), et Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie à l'occasion d'une conférence de presse, marquant ainsi le lancement de la deuxième étape du Grenelle de l'Environnement : celle de la consultation publique. La parole est donc maintenant aux Français : ce sont des propositions, pas des décisions, il faut à présent que les Français s'en emparent, a estimé Jean-Louis Borloo devant les présidents des groupes de travail. Nous n'avons aucune autre perspective que de changer radicalement la donne et de faire cette révolution écologique, que nous assumions pour avoir une croissance durable, a-t-il ajouté.

Rappelons en effet que le Grenelle, négociation lancée le 6 juillet et demandée par le Président de la République, doit aboutir à un plan d'action de 20 à 30 mesures concrètes et quantifiables. Les propositions ont été élaborées par six groupes de travail spécialisés sur un thème : la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles, l'instauration d'un environnement respectueux de la santé, l'adoption de modes de production et de consommation durables, la construction d'une démocratie écologique et la promotion de modes de développement écologique favorables à la compétitivité et à l'emploi. Les rapports des six groupes de travail ont été complétés par les conclusions de deux intergroupes particuliers sur les organismes génétiquement modifiés et les déchets.

À l'issue de cette première phase, Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie a tenu à souligner que le dialogue était engagé. Malgré certaines craintes, chacun des acteurs a pu participer pleinement aux travaux. C'est pour moi une immense satisfaction. Il s'agit maintenant d'engager la consultation publique, a-t-elle ajouté. Un grand débat national va en effet commencer sur la base des propositions des groupes de travail.

Du 5 au 19 octobre, dix-sept réunions régionales* seront organisées en France par les préfets et les maires. Une réunion se tiendra en Outre-mer, à Saint-Denis de la Réunion. L'objectif : recueillir les avis des acteurs locaux (élus, acteurs économiques et sociaux, associations) et du public, sur les propositions issues des groupes de travail. Il s'agira également de recueillir les commentaires sur la mise en oeuvre de ces propositions, et les applications aux spécificités régionales.

Les propositions seront également soumises aux commissions et délégations parlementaires, aux partis politiques et fondations, au Conseil national du Développement Durable, à l'OCDE ainsi qu'à l'ensemble des conseils nationaux spécialisés (air, déchets, bruit, eau, transport…) qui devront rendre leurs avis le 15 octobre prochain.

Parallèlement, les internautes pourront apporter leurs contributions sur Internet** du 28 septembre au 12 octobre 2007. En toute logique, la consultation devrait rencontrer un certain succès puisque selon un sondage LH2 publié jeudi 27 septembre par le Parisien / Aujourd'hui en France, et réalisé pour le ministère de l'Ecologie, 93% des Français se déclarent prêts à faire des efforts quotidiens pour la planète, contre 7%. Toutefois 42% contre 49% se déclarent pessimistes sur les retombées concrètes du Grenelle de l'environnement.

Enfin, le Gouvernement consultera le Parlement à l'occasion d'une déclaration suivie d'un débat sans vote à l'Assemblée nationale le 3 octobre et au Sénat le 4 octobre. Si toutes les parties de la société bougent en même temps, si nous sortons des faux-fuyants internationaux et des prétextes, un autre modèle économique plus durable est possible, a assuré le ministre d'Etat.

Une synthèse des débats sera ensuite présentée avant la table ronde finale du Grenelle, qui se tiendra fin octobre. Les discussions se fonderont sur les propositions des groupes de travail éclairées par l'ensemble des consultations et le rapport du rapporteur général, souligne le MEDAD. L'objectif est qu'à l'issue de cette discussion, le gouvernement arrête un plan de 15 à 20 programmes d'actions. Certaines correspondront à des engagements volontaires d'acteurs publics ou privés, d'autres seront engagées par voie réglementaire ou seront soumises au Parlement pour mise en œuvre d'une loi-cadre voire seront portées au niveau européen.

Jean-Louis Borloo a estimé que les groupes de travail réunissant des personnalités qui ont peu l'habitude de travailler ensemble avaient réussi un pari quasi impossible en allant jusqu'au bout de cette expertise et en évitant un consensus mou. Les six rapports représentants 1000 pages sont le fruit de convergences ou de compromis constructifs, a-t-il souligné.
Rappelons malgré tout que les OGM, les agro (ou bio) carburants le nucléaire, la construction des autoroutes, la place de l'incinération dans la politique de gestion des déchets, le rythme de réduction de l'utilisation des pesticides ont véritablement constitué des sujets de conflits ou blocages. De plus, si l'absence de dimension internationale a été remarquée durant les débats, Nathalie Kosciusko-Morizet a toutefois tenu à préciser que certaines mesures devront être adoptées au niveau européen, et la France, qui prendra la présidence de l'Union Européenne au second semestre 2008, pourra utilement relayer ces propositions.


Calendrier des réunions :
• Annecy-Le-Vieux (Haute-Savoie) 12 octobre
• Arras (Pas-de-Calais) 15 octobre
• Aurillac (Cantal) 8 octobre
• Besançon (Doubs) 8 octobre
• Bourges (Cher) 5 octobre
• Brest (Finistère) 16 octobre
• Chalons-en-Champagne (Marne) 15 octobre
• Drancy (Seine-Saint-Denis) 17 octobre
• Epinal (Vosges) 19 octobre
• Le Havre (Seine-Maritime) 8 octobre
• Laval (Mayenne) 10 octobre
• Mulhouse (Haut-Rhin) 15 octobre
• Périgueux (Dordogne) 15 octobre
• Perpignan (Pyrénées-Orientales) 12 octobre
• Saint-Etienne (Loire 15) octobre
• Saint-Denis-de-la-Réunion (La Réunion) 15 octobre (à confirmer)
• Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes) 8 octobre

** legrenelle-environnement.fr et forum.gouv.fr.

*** Sondage réalisé par l'institut LH2 pour le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables, les 21 et 22 septembre 2007, par télélphone. Échantillon de 1.052 personnes, représentatif de la population française, âgées de 15 ans et plus. Méthode des quotas.

Réactions21 réactions à cet article

 
La médiatisation du Grenelle de l'Environnement

Les français se sont mobilisés pour l'élection présidentielle qui a été largement médiatisée . Les temps de paroles télévisés des partis pour la campagne et les débats qui ont précédé cette élection ont sensibilisé les électeurs.
Pourquoi ne pas rendre publics les travaux (ou des résumés )des commissions ?
Nous étions a peine au courant que les travaux avaient commencé. On ne parle pas assez de la protection de la planète et je vois autour de moi trop de gens qui se moquent complètement de l'avenir des générations futures.
Merci

compagnat | 27 septembre 2007 à 21h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
sentienelles de l'environnement

Je ne comprends pas pourquoi au "grenelle de l'environnement", il n'y aura aucun représentant des apiculteurs français.Les apiculteurs par l'observation de leurs ruches sont les premiers a pouvoir signaler toutes pollutions subites. Ce sont les premiers à constater la nocivité des nouveaux insecticides ou pesticides, qui sont passés au travaers des organismes de controle, ou qui font l'objet d'AMM provisoires.
Ne pas prendre en considération l'outil formidable que peut représenter l'apiculture, autant au niveau de l'environnement que de l'agriculture, laisse l'impression de se priver d'un outil non seulement pas cher, mais d'une efficacité avérée. Les représentants de l'agriculture ne peuvent pas répondre aux noms des apiculteurs, ce n'est pas le même travail.
Merci de me répondre.

abeille | 28 septembre 2007 à 08h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et les constructeurs d'automobiles?

Certes il est nécessaire que les automobiles soient moins polluantes. Taxer les véhicules polluants est une bonne chose mais il ne faut pas oublier que bon nombre de français achète des véhicules d'occasion, moins chers que des véhicules neufs. Or ces occasions sont souvent "polluantes"...Aussi ne peut-on pas réfléchir à mettre sur le marché des véhicules "pas chers" neufs ?
Les français ne doivent pas être les seuls à payer, les constructeurs d'automobiles doivent assumer leur propre pollution!

Anonyme | 28 septembre 2007 à 08h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et les constructeurs d'automobiles?

Et surtout aujourd'hui un ménage ne se contente plus d'une voiture, mais en a parfois 3 voire 4.

Donc plus propre, mais plus de véhicules pour plus de kilométres... Y'a de quoi devenir fou !

Poil_a_gratter | 28 septembre 2007 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et les constructeurs d'automobiles?

loes voitures propres sont plus cher que les autres donc on ne peut pas les acheter les appareils a energie renouvelable sont bien plus cher que les autres donc l'environnement est une pompe a pognon pour soutirer un maximum d'argent au cytoen lambda en laissant les multi nationnales faire d'enormes profit en se moquant completement de la planete .

desabuser | 28 septembre 2007 à 13h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les biocarburants

Bonjour
Je suis vraiment désolé de constater que l'on veux nous imposer des biocarburants qui ne sont interressant que pour les gens qui les produisent et les grand groupes internationnaux. lamentable et désolant pour la planète
J'espère que beaucoup de personnes réagirons contre
ces produits.
Marc REUMAUX

Anonyme | 28 septembre 2007 à 14h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Des priorités ?

masi ya-t-il de spriorités au Grenlele de l'environnment ou tous les thèmes se valent -ils. DAns son discours au 4ème forum mondial de l'environnement en décemnbre 2006, N Sarkozy avait dit que ce qui comptait c'était le réchauffement climatique.... Or le Grenelle a tendance a tout aborder pèle-mêle sans prioriser... CErtains militent pour prioriser sur le climat. D'autres sur les OGM, d'autres sur les incinératuers, d'autres sur les autoroutes, et la plupart sur rine du tout. alors comment cela va-t-il tourner à l'heure de faire des choix, vu qu'on ne peut pas courir tous les lièvres à la fois (peut-être) ?

Pac | 30 septembre 2007 à 17h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les biocarburants

Tout à fait d'accord, les agrocarburants ont leurs limites sur le plan environnemental, comme l'actualité scientifique l'a fait remarquer
Dommage que le Grenelle n'ait pas réagi à ce sujet ...

Fulmar

Fulmar | 01 octobre 2007 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:les biocarburants

Les "agro-carburants" sont poussés en avant par les lobbies de l'agriculture industrielle et des intrants, inondant les média du côté "bénéfique "de leurs projets.

En face, les citoyens n'ont que le pouvoir de leurs convictions, contre le pouvoir de l'argent et de la manipulation des média.

Les agro-carburants vont augmenter encore plus l'état catstrophique de l'environnement rural (occupation des sols, érosion, pollution par engrais et pesticides, etc), aussi bien en France mais encore plus dans le sud. On va affamer la terre et augmenter la destruction de la biodiversité pour nourrir nos voitures et nos camions.

Véritablement surréaliste !!

Mais quand est-ce qu'un politique aura la capacité de voir global, de penser global et d'anticiper, pour le bien-être, non pas de quelques lobbies puissants, mais de celui de la planète et donc de nos enfants ?

Véritablement désolant, cette manque de remise en cause.

soleil vert | 02 octobre 2007 à 20h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:les biocarburants

Eh oui quand on sait que le bilan de cette fabrication est très défavorable à l'environnement ..merci les biocarburants la nature ne vous remerciera pas..
A quyand un lobbie pour la pile à hydrogène celui la sera d'une vrai utilité

hugo | 04 octobre 2007 à 08h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Des priorités ?

Je partage en grande partie ton point de vue, car, chacun de nous a sa priorité et "voit midi à sa porte". Néanmoins, tous les thèmes abordés ont un rapport avec le réchauffement climatique, mais ce rapport est, effectivement, plus ou moins lointain et l'on risque de se disperser en mettant tout "dans le même panier".
Il faut souhaiter que ces priorités se dégagent lors des conclusions et .... des actions, à l'issue du Grenelle de l'Environnement

Michou | 04 octobre 2007 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:les biocarburants

et et oui !! aujourd'hui c'est sur : les lobbies agricoles industrielles ont fait pression sur les gouvernements successifs depuis 30 ans pour imposer leur loi. On est droit de se poser la question suivante : Mais QUI est OU qui SONT ces gens qui sont à la tête de ces lobbies ?? le fils ?? le frère ?? ou tout simplement un ami de nos ministres qui se sont succédés depuis 30ans ?? allez savoir

laklass44 | 04 octobre 2007 à 12h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Inexact

selon un sondage LH2 publié jeudi 27 septembre par le Parisien / Aujourd'hui en France, et réalisé pour le ministère de l'Ecologie, 93% des Français se déclarent prêts à faire des efforts quotidiens pour la planète, contre 7%. Toutefois 42% contre 49% se déclarent pessimistes sur les retombées concrètes du Grenelle de l'environnement.

Tout journaliste sérieux devrait toujours écrire dans ce cas

93 % des Français INTERROGES ....

Il serait grand temps de cesser de nous faire croire
1/ que les sondages sont fait sérieusement et donnent des résultats honnêtes et crédibles et fidèles rien, déjà, que par rapport aux seuls personnes questionnées

2/ qu'il est sérieux de passer de ce petit échantillon de Français interrogés à l'ensemble des Français.

Et ce n'est pas seulement vrai pour les sondages électoraux.

Sprikritik | 04 octobre 2007 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Des priorités ?

Touts les sujets ont un point commun. Que ce soit les OGM, les transports, les loisirs, l'industrie, la consomation etc...
Nous ne changerons rien sans changer notre mentalité.
Et changer les mentalités c'est aussi changer nos habitudes de consomation.
Ce n'est pas avec le "travailler plus pour gagner plus" donc consommer plus, que les chose vont changer.

MB | 08 octobre 2007 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
des fonctionnaires mal ou pas percus !!

je suis tres étonnée de voir des propositions du type creation d'une agence environnement qui aborderait la santé sans que soit evoqué ce que font deja certains fonctionnaires et services d'etat comme les services santé environnement des DDASS et DRASS .Veut on rayer cette approche jugée par les discours que j'ai pu entendre trop rigoureuse et sans souci d'economie au sens noble du terme ...il est évident qu'il faut savoir si on part de l'environnement pour aller vers la santé ou de la santé pour aller vers les facteurs de risques environnementaux .Dans tous les cas il est important pour ne pas biaiser les approches qu'un conscensus soit trouvé entre ceux qui l'abordent en terme d'aménageurs ou contrôle de l'amenagement du territoire et ceux qui l'abordent uniquement par la santé sans actuellement il est vrai avoir de préoccupation economique .
Mon message n'a rien de provocateurs un juste équilibre doit être trouvé !!
bonne chance pour ce grenelle qui nous permet de nous exprimer et souhaitons pour tous en tant que citoyen que cet aspect soit geré au mieux
françoise chasles

Anonyme | 08 octobre 2007 à 16h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Laisser le choix au consomateur

Développer un étiquetage simple sur tous les produits de consomation pour connaitre rapidement le lieu de fabrication et la provenance des produits de base.
En tant que consomateur, je suis pret à choisir le produit qui est fabriqué à proximité.

Grenier | 12 octobre 2007 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Agriculture durable

Actuellement, tous les agriculteurs appliquent déjà les directives environnementales en cours.
La reglementation et les controles effectués par les pouvoirs public (SRPV) sont la pour le prouver, des progrès énormes ont déja été fait, mais ils n'ont jamais été médiatisés.
Tous font de "l'agriculture raisonnée" car c'est le moyen de peréniser leur métier financièrement et durablement.

Grenier | 12 octobre 2007 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agriculture durable

on retrouve bien la : je suis agriculteur et j'ai raison. Il faut voir un peu plus loin que sa lorgnette car le taux de participant à l'agriculture raisonnée est un flop !
C'est le moyen qu'on trouvé les fournisseurs pour justifier leur vente.
la loi, les réglements, les accords professionnelles encadre tellement que bien malin est l'agriculteur qui peut être sur de

paisible | 17 octobre 2007 à 21h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Agriculture durable

Il ne faut pas s'arréter aux exploitations qualifiée "agriculture raisonnée", mais bien aller voir sur le terrain les pratiques raisonnées de l'écrasante majorité des agriculteurs, soucieux de la viabilité de leur exploitation et de sa pérennité

F. Grenier | 22 octobre 2007 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
IL EST URGENT DE REAGIR

Sans trop déelopper l'urgence de minimiser l'effet du réchauffement climatique mais la mécanique du déréglement à commenceée.

elle ne pourra pas s'arrêter comme par magie, avec les mesures qui sont projetées pour les 10/ 20 ans à venir.
C'est vrai , rien faire est pire que tout . mais ces efforts doivent être fait au niveau de toute la planéte et malheureusement ( et pas seulement les USA) qui commencent eux aussi à faire des efforts.
les pays d'Asie ne veulent pas de limitation actuellement à leur dévellopement ECO....
sans être pessimiste, il se passe comme une sorte d'autisme. et il ne poura avoir une prise ce conscience qui lorsque les déreglements engendrerons des pertes plus qu'importanteSSS.

ce nous commencons à faire en France pourra servir de modéle aux autres. mais dans quelle mesures???

Salutations:

Anonyme | 28 octobre 2007 à 19h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agriculture durable

Tous font de l'agriculture raisonné?
As tu seulement lu le référentiel de l'agriculture raisonnée?
Celui-ci reprends les différents aspects légaux de l'utilisation des pesticides et ne va guère plus loin ce n'est pas de l'agriculture biologique même s'il veulent capter les clients de l'AB !Un enregistrement de la pratique sur un cahier ne vaut pas une abstinence d'épandage de produit chimique de synthèse !
Quant aux directives environnementales en cours l'éfficacité des bandes enherbées ,la présence d'une armoire à pharmacie ou l'entretien du pulvé me semble dérisoire par rapport à l'utilisation de molécules encore plus concentrée ou ayant des effets de perturbation endocrinienne avérées....ne voit on pas le cas de malformation ,d'allergies ,de cancers augmenter?

billou | 10 décembre 2007 à 22h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager