En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grenelle des ondes : les associations dénoncent « l'improvisation » de la prochaine réunion technique

Risques  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Alors que doit se tenir demain la première table-ronde technique du Grenelle des ondes, les associations dénoncent dans une lettre ouverte destinée à Jean-François Girard qui assure la présidence des débats la précipitation et l'improvisation avec laquelle cette réunion a été organisée. Les associations Agir pour l'environnement et PRIARTéM remarquent que le Ministère de la Santé a retouché et retouche encore à moins de 48 heures l'ordre du jour de la réunion ce qui à leurs yeux n'est pas de nature à créer un climat propice à la sérénité.Les associations dénoncent également le fait qu'elles ne pourront faire appel qu'à deux experts pour l'ensemble du débat. L'improvisation de dernière minute qui semble prévaloir comme mode d'organisation de cette table ronde n'est très certainement pas à la hauteur des enjeux sanitaires et sociaux de ce dossier et laisse mal présumer d'une sortie de crise « par le haut » souhaitée par l'une des ministres à l'occasion de l'ouverture des travaux, expliquent les associations. Agir pour l'environnement et PRIARTéM demandent par conséquent de prévoir, dès à présent, une nouvelle session de dialogue courant juin.

En revanche l'association de médecins Association Santé Environnement France (ASEF) semble avoir bien préparé cette réunion à laquelle elle sera finalement conviée. L'ASEF a notamment identifié 10 propositions comme fixer à 1 volt/mètre le seuil de « bain électromagnétique » auquel les citoyens sont soumis (toutes sources confondues), prendre des précautions particulières pour les populations les plus vulnérables en mettant en place des restrictions sur des lieux dits « sensibles », instaurer la transparence et l'accessibilité des mesures pour tout un chacun ou encore imposer la consultation effective des locataires avant d'installer une antenne et dissocier les infrastructures de réseau et de leur exploitation.

Demain devraient être abordé l'état des connaissances sur les impacts sanitaires des radiofréquences, la méthodologie de l'expertise conduite par l'Afsset, la question de l'hypersensibilité aux champs électromagnétiques et les conditions d'implantation des antennes.

Réactions1 réaction à cet article

 
et les autres antennes !

il est très étonnant que ne soient jamais invoqués les effets des antennes de télévision, des radars de la navigation aérienne qui émettent a des puissances des milliers de fois supérieures et que dire de celles des Samu sur le toit des hôpitaux, de celles du ministère de l'intérieur sur le toit des préfectures, de l'émétteur de france inter à Allouis, des radios Fm ....14

mimi | 25 mai 2009 à 21h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…