Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Guyane : le permis de construire de la centrale du Larivot rétabli en appel

Energie  |    |  L. Radisson

Le feuilleton judiciaire autour du projet de centrale électrique du Larivot, en Guyane, se poursuit, au bénéfice de ses promoteurs cette fois-ci. Par une décision du 28 mars 2023, la cour administrative d'appel de Bordeaux a en effet annulé le jugement qui, en juillet 2022, avait invalidé le permis de construire de la centrale. Elle avait déjà prononcé la suspension de ce jugement en octobre dernier.

La nouvelle centrale fonctionnant aux biocarburants liquides est destinée à remplacer celle de Dégrad-des-Cannes fonctionnant au fioul. Vétuste et polluante, cette dernière doit être arrêtée avant la fin 2023. Les associations Guyane Nature Environnement (GNE) et France Nature Environnement (FNE) avaient attaqué le permis de construire, tout comme l'autorisation environnementale, de la nouvelle centrale compte tenu de la valeur écologique du site d'implantation situé sur le littoral. Ils militaient pour son installation sur des sites déjà artificialisés. Le tribunal administratif de Cayenne avait fait droit à leur demande, estimant que le projet n'était pas conforme aux règles d'urbanisme applicables dans les espaces remarquables du littoral et que l'étude d'impact était insuffisante.

Les juges d'appel, au contraire, estiment que l'arrêté préfectoral accordant le permis de construire a été annulé à tort, donnant ainsi raison à l'exploitant EDF-PEI, au ministère de la Transition écologique et à la collectivité territoriale de Guyane. La cour administrative d'appel de Bordeaux a confirmé la légalité de l'autorisation environnementale de la centrale, a également annoncé la filiale d'EDF via un communiqué publié courant février. Cette autorisation avait été annulée en avril 2022 par le tribunal administratif de Cayenne.

EDF-PEI prévoit « une reprise du chantier de construction de la centrale dès la fin de la saison des pluies ». Mais la guérilla judiciaire autour de ce projet n'est peut-être pas terminée. « Un pourvoi en cassation devant le Conseil d'État fera l'objet de discussions dans les jours à venir », tant sur l'autorisation environnementale que le permis de construire, a indiqué Garance Lecoq à l'AFP. La coordinatrice de Guyane Nature Environnement estime que le projet ne tire pas parti des ressources de la Guyane, mais importera des carburants polluants.

Réactions2 réactions à cet article

Et si on demandait au Guyanais ce qu'il en pense par un référendum locale, la vie du peuple guyanais ne doit pas être régimenté par des associations qui bien souvent n'ont aucune connaissance scientifique et surtout géologique

le papet | 03 avril 2023 à 10h03 Signaler un contenu inapproprié

Et les Guyanais ont plus de connaissances scientifiques et géologiques?
Non, ce qui me fait surtout rire est le terme "biocarburant". C'est quoi exactement? Des céréales et des graisses animales.... Je ne vois pas grande chose de "bio" là-dedans. Je préfère largement le fioul!

Erikk | 03 avril 2023 à 14h34 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Chaudière compacte à granulés bois | PE1e Pellet Fröling
PE1 PELLETS : la solution compacte pour votre chaufferie ! Fröling