En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“CEE précarité énergétique : Ne créons pas une usine à gaz”

Le projet de loi sur la transition énergétique impose qu'au moins un tiers des économies d'énergies soit réalisé au bénéfice des ménages en précarité énergétique. Hugues Sartre de GEO PLC alerte sur la mise en œuvre complexe de cette obligation et ses répercussions sur les coûts.

Interview  |  Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Nous avons détecté une activité anormale depuis votre adresse IP 34.229.131.116
L'accès aux articles a été verrouillé
Pour levez cette limitation, merci de nous contacter par email ou par téléphone :+ 33 (0)1 45 86 92 26.
Environnement & Technique N°350 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°350
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]
   
“CEE précarité énergétique : Ne créons pas une usine à gaz”
Hugues Sartre
Responsable des affaires publiques chez GEO PLC
   

Actu-Environnement : Un tiers au moins du volume des certificats d'économies d'énergie (CEE) devrait bénéficier aux ménages précaires, prévoit le projet de loi sur la transition énergétique. Que change cette obligation, introduite en seconde lecture, pour les fournisseurs d'énergie ?

Hugues Sartre : L'article 8 du projet de loi relatif à la transition énergétique, adopté le 26 mai en nouvelle lecture par l'Assemblée, a profondément modifié le traitement de la précarité énergétique dans le cadre du dispositif des CEE. Alors que l'article L. 221-1 du code de l'énergie prévoyait déjà d'affecter une part des CEE aux ménages précaires, il n'avait jamais été décliné en une mesure règlementaire concrète.

Les actions de lutte contre la précarité sont présentes dans le dispositif CEE au travers de programmes de réduction de la consommation énergétique des ménages les plus défavorisés. Il s'agit des programmes "Habiter Mieux" conduit par l'Agence nationale de l'habitat (Anah), "Toits d'abord" par la Fondation Abbé Pierre ainsi que le "Pacte Energie Solidarité" (PES) et "Rénovation solidaire" portés par Certinergy et la Ville de Bordeaux. Pour la deuxième période des CEE, la fondation Abbé Pierre a déclaré que 3% des CEE ont été consacrés à la précarité entre 2011-2013, contre 10 à 15% pour la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) entre 2011-2014. La DGEC a inclus les bailleurs sociaux, ce qui a représenté, selon elle, un...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Abonnez-vous pour un accès illimité 12,50 € par mois

Déjà abonné ? Identifiez-vous pour consulter l'article

Mot de passe oublié ?

Partager