En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'hydrolienne Sabella D10 est fin prête pour son immersion en juin

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

   
   
Après trois mois d'assemblage, l'hydrolienne Sabella D10 a été inaugurée le 24 avril à Brest. Cette machine, qui sera immergée dans le passage du Fromveur à deux kilomètres des côtes en juin, est lauréate de l'appel à manifestation d'intérêt démonstrateurs d'énergies marines. Elle sera raccordée au réseau électrique de l'île de Ouessant en juillet et sera ainsi la première hydrolienne connectée à un réseau en France. Cette campagne d'essais et de mesures devrait durer douze mois. Le ministère de l'Ecologie a par ailleurs publié, le 24 avril au Journal officiel, l'autorisation d'exploitation de cette unité de production. Avec ses 17 mètres de hauteur, 10 mètres de diamètre et 450 tonnes, elle affiche une puissance maximale de 1 MW.

"Un protocole de suivi environnemental a été défini avec le Parc naturel marin d'Iroise, indique le ministère de l'Ecologie dans un communiqué. L'objectif est de mesurer l'impact environnemental de la machine vis-à-vis de la faune halieutique et des mammifères marins, du transport sédimentaire ou encore de l'émergence acoustique sous-marine".

Un premier prototype de 3 mètres de diamètre, la Sabella D03, a été testée d'avril 2008 à avril 2009 dans l'estuaire de Bénodet.

Réactions3 réactions à cet article

 

Comme pour les éoliennes et le photovoltaïque, cette puissance maximale de 1 MW ne sera fournie qu'en conditions optimales ; les marées étant un phénomène sinusoïdal, l'intégrale théorique devrait être de 0,5. A t'on déjà, avec l'expérience de Bénodet, un chiffrage de rendement réel plus précis ?

Levieux | 28 avril 2015 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
L'entreprise Sabella estime que l'hydrolienne D10 permettra de couvrir 25% des besoins de l’île d'Ouessant en électricité. Sa puissance varie selon la vitesse des courants :
- 0,3 MW à 2,5 m/s
- 0,5 MW à 3 m/s
- 1,1 MW à 4 m/s
La D03, testée à Bénodet, était un prototype à l'échelle 1/3, d'une puissance de 50 kW. Cette expérimentation a permis de mener toute une série de mesures (acoustiques, impacts environnementaux...) et de valider la pertinence économique de ce mode de production.
Ce prototype aurait fonctionné à pleine puissance 40 à 50% de son temps et aurait fourni 80 kW/h, pour un courant de 5 nœuds.

Sophie Fabrégat Sophie Fabrégat
28 avril 2015 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

80 kW/h ne veut rien dire ; soit il s'agit d'une puissance de 80 kW ce qui serait étonnant pour un nominal de 50 kW, soit d'une énergie de 80 kWh, mais dans ce cas il faut préciser pendant quelle durée elle a été obtenue.
Quant aux estimations des fabricants...Attendons un an et on verra !

Levieux | 28 avril 2015 à 13h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…