En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Deepwater Horizon : Il resterait environ 2,45 millions de barils dans les eaux du Golfe du Mexique

Selon la NOAA, il resterait dans le Golfe du Mexique la moitié des 4,9 millions de barils de pétrole déversés en mer à la suite de l'accident survenu sur la plateforme Deepwater Horizon. Ce pétrole devrait être consommé par des bactéries.

Eau  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
   
Deepwater Horizon : Il resterait environ 2,45 millions de barils dans les eaux du Golfe du Mexique
Nettoyage des plages en Alabama en juin 2010
© BP
   
Jane Lubchenco, la Sous-secrétaire d'État américaine au commerce pour l'océan et l'atmosphère et l'administratrice de l'Administration nationale pour l'océan et l'atmosphère (NOAA), a indiqué, mercredi 21 septembre, que quatre méthodes ont été utilisées pour évaluer à 4,9 millions de barils le volume de pétrole ayant fuit du puits de BP endommagé le 20 avril. Les experts de la NOAA considèrent que 25% de ce volume s'est évaporé ou dissout naturellement dans l'eau. Par ailleurs, une partie a pu être récupérée directement sur le puits suite à la mise en place d'un entonnoir (17% du volume), une partie a été brulée en mer (5%) et une autre a été récupérée sur l'eau ou la terre (3%). S'agissant du faible volume récupéré en mer et sur terre, comparativement aux moyens engagés, Jane Lubchenco l'explique par des opérations rendues difficiles par les côtes marécageuses, les conditions météorologiques, la présence de vagues importantes et la nature particulière du pétrole.

1,25 millions de barils dispersés et dilués sous la surface

Pour l'administratrice de la NOAA, ce ''désastre environnemental incroyable'', est différent des catastrophes liées à l'échouage d'un pétrolier, car la grande profondeur modifie la nature de la nappe de pétrole. En effet, du fait de la pression interne du puits, le brut sortait à une température élevée et se figeait en petites galettes au contact de l'eau froide à 1 500 mètres de profondeur. Ainsi, le brut se dispersait de façon multidirectionnelle et ne formait pas une nappe uniforme en surface. Par ailleurs, cela explique que la moitié du pétrole serait encore en mer. Il s'agit tout d'abord de pétrole qui serait présent sur l'eau, ou a très faible profondeur, sous forme de petites boulettes. Ce volume, représenterait 26% du volume total. Ensuite, une partie du brut se serait dispersé naturellement (16%) ou sous l'effet des dispersants chimiques (8%). Il y aurait donc un nuage diffus, de 1,25 millions de barils, sous forme de gouttelettes flottant à une profondeur de 1 000 à 1 300 mètres.

Ces gouttelettes, de quelques microns de diamètre, sont présentes à une dilution mesurée en parties par million, voire en parties par milliards. Néanmoins, Jan Lubchenco précise que ''dilué et dispersé ne veut pas dire bénin'' ajoutant que ces gouttelettes peuvent être ''hautement toxiques pour les œufs, les larves ou le plancton.'' Un aspect positif cependant : elles semblent ''se biodégrader relativement rapidement car elles sont consommées naturellement par les bactéries présentes dans le golfe.'' Il apparaît que le Golfe du Mexique présente naturellement des résidus de pétrole qui ont favorisé la présence de bactéries capables de les consommer. Ce sont ces bactéries qui devraient se développer face à la présence accrue de pétrole et devraient le consommer.

Il faudra ''des années et probablement des décennies'' pour connaitre l'ampleur de la catastrophe, insiste l'administratrice de la NOAA. S'agissant des premiers impacts en surface, les plus faciles à observer et à documenter, il apparait que 488 tortues marines ont été retrouvées mortes, ''un nombre important pour une espèce menacée d'extinction dans le Golfe du Mexique.'' De plus, de nombreuses espèces de poissons, de crevettes et de crabes étaient en période de reproduction au moment de la marée noire. Leur migration du large vers les zones côtières humides où elles se reproduisent peut en avoir protégé certaines, mais il y a maintenant d'importants mouvements de larves et de très jeunes poissons vers le large alors même que la pollution n'est pas achevée.

Réactions1 réaction à cet article

 
dirty dark horizon water (alabama oil ).

des millions d'années de fossiles en décompositions en pleine air et mer: quelles sont Les enzymes gloutons qui dévoreront ces milliards de m3 de nourritures ???? Ya t-il des chercheurs très savants pour venir en aide "urgently" au sauvetage diluvien de notre espace vital humain, car les espèces en dessous, elles,sont déjà empoisonnées. Vite trouver l'antidote , SOS la planète appelle au secours. help........... pour ce qui reste.free live please. stopper le massacre.........

lisa | 24 septembre 2010 à 07h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…