En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une étude montre les impacts économiques de l'ozone sur l'agriculture

Agroécologie  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com
Une étude montre les impacts économiques de l'ozone sur l'agriculture

L'Ademe, agence de la transition écologique, et l'Ineris, institut national de l'environnement industriel et des risques, publient une étude sur le « Coût économique pour l'agriculture des impacts de la pollution de l'air par l'ozone ». Cette étude s'appuie notamment sur les résultats issus du projet de recherche APollO qui dresse les premières tendances de l'évolution des impacts de l'ozone sur les pertes de rendement pour quelques espèces cultivées, forestières et prairiales en France.

L'étude confirme que l'ozone « provoque une baisse des quantités de production, des pertes économiques pour les exploitants et altère la qualité des produits agricoles ». À titre d'exemple, sur le blé tendre en 2010, la perte de rendement en France a pu atteindre jusqu'à 15 %, correspondant à près de 6 millions de tonnes de grains non produits.

Les activités agricoles constituent donc un secteur économique qui subit directement les impacts de la pollution de l'air. Les estimations des pertes économiques dues aux effets de l'ozone, agrégées pour la France métropolitaine, demeurent en effet importantes : en 2010, jusqu'à 1 Md€ pour le blé tendre, plus d'1 Md€ pour les prairies, et plus de 200 millions d'euros pour les pommes de terre.

Grâce à cette étude APollO, un outil d'aides à la décision a été développé, basé sur les flux stomatiques d'ozone (c'est-à-dire la quantité d'ozone entrant dans les feuilles par les stomates), ce qui permet de quantifier et de monétariser les effets de l'ozone sur les cultures et les forêts.

Réactions2 réactions à cet article

 

Si le milieu agricole productiviste arrive à intégrer l'information comme quoi la pollution nuit à sa propre activité, peut-être consentira-t-il de lui même à engager sa mutation écologique ? Il n'est pas interdit de rêver...
A moins que ses hobereaux servent à leur base l'habituelle explication toute faite dont elle raffole : la pollution, c'est pas nous, c'est les autres ! C'est beaucoup plus probable comme piste de "réflexion".

Pégase | 18 juillet 2020 à 15h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A quand une étude qui démontre l'impact des pollutions d'origine agricole sur l'agriculture elle-même ?!

Pégase | 21 juillet 2020 à 17h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager