Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Méthane : l'industrie gazière et pétrolière lance un programme de suivi de ses émissions

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 23 novembre, a été lancé la deuxième phase du Partenariat sur le méthane du pétrole et du gaz (OGMP, pour Oil and Gas Methane Partnership). Ce partenariat, lancé par de grandes compagnies pétrolières et gazières, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue), la Commission européenne, la Coalition pour le climat et l'air pur (CCAC) et le Fonds pour la défense de l'environnement (FED), doit permettre d'améliorer la transparence sur les émissions mondiales de méthane, grâce à un renforcement du reporting. « Soixante-deux entreprises, possédant des actifs sur cinq continents et représentant 30 % de la production mondiale de pétrole et de gaz, ont rejoint le partenariat », explique le Pnue. Parmi celles-ci figurent notamment les Français Total, GRDF et GRTGaz, et les géants BP, Shell, ou encore ENI.

L'OGMP propose un cadre de déclaration des émissions de méthane basé sur des mesures. Il permettra aux pouvoirs publics, aux investisseurs et aux citoyens de suivre et de comparer les performances des entreprises. Le dispositif doit aussi permettre aux entreprises du secteur de l'énergie de réduire de façon vérifiable leurs émissions de méthane au cours de la décennie à venir. Le partenariat évoque une réduction de 45 % d'ici 2025 et de 60 à 70 % d'ici 2030.

L'Union européenne veut imposer une obligation de reporting

Cette initiative de l'industrie pétrolière et gazière intervient alors que la Commission européenne élabore, dans le cadre de la stratégie européenne sur le méthane présentée en octobre 2020, une législation pour rendre obligatoire la mesure, la déclaration et la vérification de toutes les émissions liées à l'énergie. La commission explique qu'elle s'appuiera sur l'initiative de l'OGMP.

De même, le Pnue et la Commission élaborent un observatoire international des émissions de méthane (IMEO, pour International Methane Emissions Observatory) qui compilera et analysera les données disponibles sur les émissions de méthane, dont celles qui seront publiées dans le cadre de l'OGMP.

Pour rappel, le méthane est un puissant gaz à effet de serre dont le pouvoir de réchauffement global (PRG) à 20 ans est 80 fois plus puissant que celui du CO2. Réduire de 90 % les émissions de méthane du secteur énergétique permettrait de gagner deux dixièmes de degrés sur les prévisions d'élévation de la température moyenne du Globe à l'horizon 2050. Selon l'Agence international à l'énergie (AIE), l'essentiel de ces réductions est réalisable avec des techniques disponibles et à faible coût.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RES : des systèmes de stockage d’énergie pour un rendement maximal RES