En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le 17 juin se tient la Journée mondiale contre la désertification

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
La Journée mondiale contre la désertification marquait le 17 juin l'adoption en 1994 de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et la sécheresse, qui est entrée en vigueur en 1996.

Selon l'ONU, la désertification affecte plus de 1,2 milliard d'humains, en Chine, en Inde et au Pakistan, en Asie centrale, au Moyen-Orient et dans une majeure partie de l'Afrique ainsi qu'en Amérique du Sud (Argentine, Chili, Brésil). En 2000, 70 % des terres arides étaient touchées, soit 3,6 milliards d'hectares. 110 pays qui accueillent les deux tiers des populations les plus pauvres du monde sont menacés.

Pour le seul continent africain, les pertes liées à la dégradation des terres sont évaluées à 42 milliards de dollars par an, a indiqué la fédération SOS Sahel. La désertification en Afrique risque également de pousser 65 millions d'Africains à chercher refuge en Occident à l'horizon 2025, selon le ministre algérien de l'Aménagement du territoire Chérif Rahmani.

D'après la Banque mondiale, il faudrait 10 à 12 milliards de dollars par an pendant dix ans pour restaurer la fertilité des terres.

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la désertification, de nombreux évènements seront organisés lors dans le monde pour sensibiliser les pays et promouvoir des initiatives. SOS Sahel propose notamment un grand concert gratuit le 17 juin à Paris dans le Jardin du Luxembourg, avec le soutien du Sénat. Sous la direction artistique de Cheikh Tidiane Seck, auteur-compositeur malien, ce concert réunira une soixantaine d'artistes.

Réactions3 réactions à cet article

 
Il faut passer à l'action...

Oui, la journée mondiale exsite pour sensibiliser sur le phénomène qui prend de l'ampleur. Mais je crois au moins qu'une fois ne sera pas coutûme de proposer concrétement des projets murement réflechis qui auront fait l'objet d'étude sérieuses pour les mettre en application. Et de les mettre à exécution, trop de projet sur le papier, des propostions, des jours de sensibilisations pour enfin ne rien donner sur le terrain. Donc, je vous en prie, Mesdames et Messieurs, lorsqu'on fait des journées de sensibilisation il faut et il faut absolument que cela soit accompagné de plan de mise en oeuvre qui ne reste plus qu'à éxécuter. Des journées comme celle du 17 Juin, permettrait justement de présenter les différents plans à faire découvrir au public avec l'introduction d'un martketing environnemental, car aujourd'hui c'est malheureux il faut vraiement pour faire adopter ou défendre des idées ou projet, il faut armé de solutions de management et user de l'outil marketing pour convaincre et appliquer. Voilà tout. D'ailleurs, si des organismes, des consultants, des collectivités locales, des institutions souhaitent bouger dans le domaine de la désertification et franchir le pas de l'acte, c'est à dire ACTION, alors je me propose de soutenir toute action ou projet qui ne demanderait plus qu'à s'introduire dans les milieux institutionnels ou médiatiques, voire financiers pour rendre possible sur le terrain pour l'avenir de nos enfants et des générations futures. Merci de votre attention.

ARTISTE | 14 juin 2008 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Définition du Barrage vert originel

Je reproduis partiellement un message adressé au forum d'Actu environnement relatif à la définition du Barrage vert originel.

'' Peuplements forestiers de grande étendue, d'origine artificielle, à fonction mixte de production et de protection, croissant sur des territoires initialement asylvatiques des Hautes plaines et de l'Atlas saharien.
À l'étape précédant leur installation, les reboisements du Barrage vert relèvent généralement du préaménagement orthogonal, les surfaces fortement déclives ne devant le plus souvent faire l'objet que de mises en défens strictes.
La mise en place des projets relevant du Barrage vert suppose au préalable l'existence d'une évaluation technique, économique et écologique notamment du point de vue de l'origine des graines, de la conduite des semis, de la gestion informatisée des territoires et des opérations,de la tenue des sommiers, des types de produits escomptés, des conséquences sur l'environnement.''

Lazare Hobarth | 15 juin 2008 à 14h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le Barrage vert: reprise ou arrêt définitif?

Dans son édition du 21 mars 2006 le quotidien El Watan nous apprend que le ministre de l'agriculture et du développement rural d'Algérie a annoncé ''solennellement'' le 5 janvier 2005 devant les députés algériens '' la volonté de l'État de relancer le Barrage vert.''
Qu'en est-il au 28 juillet 2008?

Lazare Hobarth | 29 juillet 2008 à 20h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager