En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Neuf communes du littoral français ont déjà reçu le nouveau label de qualité pour les eaux de baignade

Eau  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
A ce jour, neuf communes du littoral français (sur 3.200) et 35 sites de baignade ont déjà satisfait aux critères du nouveau label de qualité pour les eaux de baignade, lancé en août 2008 par le Ministère en charge du développement durable, en vue de l'entrée en vigueur en 2015 de la nouvelle directive européenne 2006/7/CE, présentant des valeurs guides plus strictes, concernant la pollution bactériologique.

Parmi les communes labellisées figurent Cavalaire (Var) qui s'est vue attribuer la certification le 20 juillet par la Secrétaire d'état à l'Ecologie Chantal Jouanno. Les autres communes sont Ramatuelle et La Croix-Valmer (Var), la communauté d'agglomérations de Dieppe et Quiberville (Seine-Maritime), Carnac (Morbihan) et Pornic (Loire-Atlantique).

Ce nouveau label de qualité pour les eaux de baignade, initié par l'Association des élus du littoral (ANEL) et l'Association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques (ANMSCCT), est basé uniquement sur les résultats des analyses physico-chimiques et microbiologiques de l'eau contrairement au Pavillon Bleu délivré aux plages et aux ports de plaisance pour leur gestion globale de l'environnement.

Le cahier des charges, élaboré par le bureau Veritas, exige notamment des communes qu'elles répondent à des critères précis comme la surveillance pendant toute la saison de baignade avec des prélèvements réguliers, l'engagement d'informer le public en cas de problème ou encore l'identification de toutes les sources de pollution potentielles et la mise en place d'indicateurs pour anticiper les pollutions.Les critères déterminent les notations ''très bonne qualité'', ''bonne'', ''suffisante'' ou ''insuffisante''. Dans ce dernier cas, la plage devra être fermée.

A travers cette certification, le Ministère espère laisser le temps aux collectivités d'améliorer la qualité des eaux et d'éviter la fermeture de plusieurs sites d'ici 2015. Selon l'association Surfrider, si la nouvelle directive européenne entrait en application aujourd'hui, une plage sur dix fermerait en France, soit 171 plages interdites à la baignade.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager