En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Laurent Fabius met en place le "Comité de Paris" pour faciliter la négociation

05 décembre 2015
Spécial COP - Retrouvez les moments forts de la conférence Retrouvez les moments forts de
 la conférence climat de Paris le Bourget

A l'issue de cette semaine de négociations préliminaires de la COP 21 au Bourget, Laurent Fabius a officiellement ouvert la Conférence des Parties ce soir. "Nous ne disposons que de quelques petits jours et il nous reste un important travail", a déclaré le président de la COP. "Il nous faut maintenant passer à une nouvelle étape. Nous devons décider d'un Accord ambitieux et équilibré. Je souhaite que ce processus soit inclusif et transparent".

Une instance délibérative et transparente

En sa qualité de président de la COP, Laurent Fabius a proposé "de constituer une instance unique ouverte à tous pour mener des consultations informelles". Cette instance portera le nom de Comité de Paris. Elle aura pour tâche de recueillir les travaux de quatre groupes informels, qui seront mis en place dès lundi autour de quatre axes : renforcement des capacités, différenciation, ambition de long terme, et enjeux pré-2020. Le président de la COP réunira le Comité une fois par jour et chaque délégation pourra y être représentée. Ses débats seront diffusés afin d'accentuer la transparence. Et le président en rendra compte dans les sessions plénières.

Un groupe de juristes

Parallèlement, un groupe juridique et linguistique sera mis en place afin d'adapter le texte final en termes de droit et de le traduire. Il comportera des représentants des cinq groupes régionaux de l'ONU, des Etats insulaires et des pays industrialisés et en développement. Il aura pour tâche d'adapter juridiquement le texte de l'Accord qui lui sera remis dès jeudi 10 décembre, afin que celui-ci soit transmis à la COP vendredi 11 pour adoption.

Evoquant la COP de Paris, Laurent Fabius a conclu son discours d'ouverture par des considérations plus personnelles : "Cette fois, il s'agit de quelque chose de tout à fait particulier. Car cet accord, nous ne pouvons pas le remettre à demain. Ce dont nous discutons, ce n'est pas seulement l'environnement, ce n'est pas seulement le climat. C'est la vie".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager