En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La métropole de Lyon désignée capitale française de la biodiversité 2019

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

C'était la ville de Besançon l'année dernière. C'est au tour de la métropole de Lyon d'être désignée cette année « capitale française de la biodiversité ». « La métropole de Lyon associe depuis plusieurs années son travail sur le climat à celui sur la place de l'arbre, de l'eau et de la nature sur son territoire », expliquent l'Agence française pour la biodiversité, Plante & Cité et l'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France, organisateurs du concours. La capitale des Gaules a initié ce travail dès 1992 avec la mise en place d'une stratégie écologique urbaine puis d'une charte de l'écologie urbaine.

La collectivité a intégré dans son plan climat, et dans son plan local d'urbanisme et de l'habitat (PLU-H), des objectifs d'augmentation des surfaces ombragées par les arbres. Trois cent mille arbres supplémentaires d'espèces variées, plantés grâce à la mobilisation de plus de 120 acteurs publics et privés réunis au sein de la Charte de l'arbre, doivent faire passer la part du territoire ombragé de 27 à 30 % en 2030. Ces objectifs figurent dans un « Plan canopée » qui prévoit 25 actions de protection des arbres existants et de développement des plantations sur différentes strates.

La métropole a également engagé, à travers le projet « Ville perméable », un chantier de désimperméabilisation des espaces urbains et de stockage de l'eau de pluie dans les espaces verts. La collectivité lauréate mène également des travaux de renaturation des cours d'eau et de leurs berges, à l'exemple des bords de Saône. « La métropole de Lyon gère de manière écologique exemplaire de grands parcs, qui sont des poumons verts et des réservoirs de biodiversité. Ils forment autant d'îlots de fraîcheur en cas de canicule », saluent également les organisateurs du concours.

Ceux-ci ont aussi récompensé quatre autres collectivités : Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine) en tant que meilleure petite ville, Metz (Moselle) comme meilleure grande ville, et la communauté d'agglomération Maubeuge-Val-de-Sambre (Nord) comme meilleure intercommunalité pour la biodiversité. Saint-Paul à La Réunion a reçu le prix « coup de cœur », notamment pour son travail de restauration écologique de la plage de l'Hermitage.

Réactions1 réaction à cet article

 

En bonne lyonnaise je me réjouis. Oui nous nous promenons avec délice sur les rives de Saône et du Rhône ré-aménagées, la rue Garibaldi a retrouvé ombrages et allées pour tous, les plantations du côté sud de la place Bellecour sont si appréciées que l'on s'y bouscule, etc..
Mais comment comprendre le réaménagement en cours de la rue Victor Hugo, "l'une des plus grandes artères piétonnes d'Europe", tout en dalles de granit y compris sur la place Ampère ?

bleudeklein | 14 octobre 2019 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager