Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

44 tonnes : Thierry Mariani veut lancer une consultation sur les alternatives au 6e essieu

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

A l'occasion du congrès de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), le ministre des Transports Thierry Mariani a annoncé le 27 octobre son souhait de ''lancer une consultation de l'ensemble des acteurs (organisations professionnelles, constructeurs, fabricants de pneumatiques, etc.) pour recueillir leur analyse sur les diverses possibilités alternatives à l'équipement des véhicules (44 tonnes) avec un sixième essieu''.

Cette annonce intervient après que les députés ont voté le 12 octobre dernier en plénière la suppression du 6e essieu obligatoire à partir de 2014 pour les poids lourds 44 tonnes neufs et plaidaient en faveur du maintien des 5 essieux sur ces véhicules demandé par la FNTR . Ce 6ème essieu est pourtant prévu par le décret du 17 janvier dernier pour préserver ''les infrastructures routières", et pour tous les véhicules à compter de 2019.

L'objectif de cette consultation est d'étudier ''la maîtrise des impacts sur les chaussées à un niveau comparable : suspensions pneumatiques, caractéristiques des pneumatiques, optimisation de la répartition du poids du véhicule entre les différents essieux'', a précisé M. Mariani. ''Sur ces bases, je déciderai, d'ici la fin de cette année, les mesures d'accompagnement à mettre en œuvre pour concilier, à la fois, le nécessaire renforcement de la compétitivité de vos entreprises, et l'impératif de préservation de notre patrimoine routier'', a-t-il ajouté. Le ministre des Transports a également ''rappelé'' devant les transporteurs routiers ''que nous devons trouver le meilleur équilibre qui soit entre coût du matériel roulant et coût de l'entretien routier''.

Or, le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) s'est dit le 13 octobre défavorable au maintien des 5 essieux sur ces véhicules dénonçant dans un rapport ''un bilan socioéconomique globalement négatif dans l'hypothèse du maintien des véhicules à cinq essieux'', car ''les coûts de l'impact sur les chaussées dépassent l'avantage économique lié à l'amélioration de la productivité du secteur des transports''. Ce bilan est compris ''entre +28 M€ et -124 M€ dans le scénario de maintien des ensembles actuels à 5 essieux'', évalue le CGEDD.

En août dernier, le ministre avait déjà assoupli le calendrier de mise en œuvre des normes d'émissions de polluants atmosphériques (Euro IV, V) applicables aux 44 tonnes.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager