En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Incendie de Notre-Dame : la pollution au plomb n'impacte pas que l'espace public

La révélation par Robin des bois de la contamination d'un appartement situé à 2 km de Notre-Dame montre que la pollution au plomb n'est pas circonscrite. L'action de l'Etat et le plan de la Ville de Paris minimisent le rôle de l'incendie.

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Quatre jours après l'incendie de Notre-Dame-de-Paris, le 15 avril dernier, l'association Robin des bois alertait les pouvoirs publics. "Après la fusion d'au moins 300 tonnes de plomb dans les garnitures de la flèche et dans la toiture, l'emprise de Notre-Dame de Paris est un site pollué", avertissait l'ONG. Cinq mois après, il apparaît clairement que la pollution n'est pas circonscrite au site de la cathédrale.

Une concentration 23 fois supérieure à la valeur repère

Après avoir alerté sur l'exposition des artisans intervenant sur le chantier, puis la contamination de plusieurs établissements scolaires, Robin des bois a révélé ce vendredi 20 septembre celle d'un appartement situé à deux kilomètres de la cathédrale. Ce logement, situé au dernier étage d'un immeuble avec balcon et terrasse, s'était retrouvé sous le panache de fumée lors de l'incendie. Les prélèvements effectués dans cet appartement sont inquiétants : une concentration en plomb de 117.000 µg/m2 sur le balcon, soit 23 fois la valeur repère retenue par l'Agence régionale de santé (ARS) pour déclencher des prélèvements dans les établissements sensibles.

Les résultats de ces prélèvements devraient "pousser les pouvoirs publics à faire des investigations sur d'autres appartements analogues situés au dernier étage pour qu'ils soient diagnostiqués et si nécessaire décontaminés", a expliqué Jacky Bonnemains de Robin des bois, selon des propos rapportés par l'AFP. Le président de l'ONG conseille aux parents de faire pratiquer une plombémie aux enfants potentiellement impactés. Il alerte également sur la possible contamination de la faune et de la flore de la Seine.

L'action des pouvoirs publics apparaît dès lors une nouvelle fois en décalage avec ces révélations, alors que plusieurs insuffisances avaient déjà été mises à jour. Robin des bois a déposé une plainte fin juillet, estimant que la Mairie de Paris, la Préfecture de police et l'ARS avaient tardé à divulguer les résultats des analyses et n'avaient pas délivré les bons conseils à la population. L'ARS a été rappelée à l'ordre par le président de la Commission d'accès aux documents administratifs pour son retard dans la communication des données sur la pollution, a également révélé Médiapart début septembre.

Présence historique et résiduelle de plomb

Suite à ces avertissements, les autorités mises en cause cherchent à valoriser leur action. L'ARS actualise ainsi sur son site internet un dossier dédié à l'incendie de Notre-Dame. Dans son dernier point mensuel, publié le 12 septembre, elle fait état des premiers enseignements sur les plombémies réalisées et se veut rassurante. "Jusqu'au 31 août, trois plombémies au-delà de 50 µg/L et 34 entre 25 et 49 µg/L [sur 398 réalisées depuis avril] ont été mesurées, soit des niveaux de fréquence proches de ce que l'on retrouve chez les enfants en population générale", assure l'Agence.

Mais celle-ci met en avant plusieurs éléments imputant les contaminations à d'autres sources que l'incendie de Notre-Dame. Parmi les plombémies problématiques, elle note que, pour deux d'entre elles, les enquêtes environnementales ont révélé des sources de contamination au domicile. "On note une fréquence plus élevée de plombémies supérieures à 25 µg/L dans le 4e arrondissement, que dans les quatre autres arrondissements, sans pouvoir affirmer que ces résultats sont liés à l'incendie de Notre-Dame", met aussi en avant l'ARS, citant une analyse de Santé publique France.

L'Agence indique également que sur une centaine de structures accueillant des enfants ayant fait l'objet de prélèvements pendant l'été, cinq ont fait l'objet de recommandations de gestion spécifiques. Mais elle indique qu'à l'occasion de ces investigations, d'autres sources d'exposition au plomb liées au bâti (peintures anciennes dégradées, revêtements, etc.) ou d'autres sources présentes dans l'environnement ont été identifiées "sans que puisse être établi un lien avec l'incendie de Notre-Dame". Elle rappelle aussi que, dans le cadre de la saisine de l'Anses effectuée par les ministères compétents à sa demande, un travail va être engagé pour déterminer la réalité du "bruit de fond" lié à la présence historique et résiduelle de plomb sur la voirie.

Pas d'investigations dans les logements

De son côté, la Ville de Paris a annoncé le 18 septembre le lancement d'un plan d'actions contre la pollution au plomb. Si elle cite Notre-Dame dans son communiqué, c'est pour indiquer que la phase de mesures et d'actions centrées sur son périmètre se termine. La municipalité inscrit les cinq axes de son plan d'actions dans la durée, indiquant qu'ils prolongent son plan Paris Santé environnement adopté en décembre 2015.

La Mairie de Paris annonce le renforcement des dépistages du saturnisme, du suivi des enfants ayant une plombémie problématique et des tests dans les lieux accueillant des enfants en bas âge. Ce que préconise Robin des bois. Mais elle prévoit aussi de poursuivre l'identification des sources de pollution au plomb "dans l'ensemble de l'espace public parisien (bâti, voirie, espaces verts…)". Comme si l'incendie de Notre-Dame devait être relégué au même rang que les sources de pollution historiques au métal lourd.

Quant à d'éventuelles investigations dans les logements, il n'en est fait aucunement trace ni parmi les actions annoncées par l'Etat, ni parmi celles de la Mairie. Pourtant, la preuve existe maintenant que le panache de Notre-Dame n'a pas impacté que l'espace public et les établissements recevant du public.

Réactions1 réaction à cet article

 

et personne n'évoque la dangerosité pour les femmes enceintes lors de l'incendie ou des femmes contaminées ayant l'intention de faire un enfant. Il y a eu des études sur la dangerosité de la plombémie chez les femmes, pourquoi n'en parle-t-on pas?

romarinette45 | 23 septembre 2019 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager